Mélaurie Boivin attire l’attention sur la scène du patinage artistique.

Mélaurie Boivin sur la plus haute marche

On est peut-être encore au beau milieu de l’été, mais Mélaurie Boivin attire l’attention sur la scène du patinage artistique. La jeune fille de 14 ans, originaire de Desbiens, a remporté les grands honneurs dans la division novice, en fin de semaine dernière, lors d’une compétition à Minto, en Ontario.

L’événement regroupait principalement des patineuses du Québec et de l’Ontario. Après avoir obtenu la deuxième meilleure note lors du programme court, Mélaurie Boivin a réédité le lendemain, lors de son programme long, pour s’emparer de la première place au classement général. « Elle a été la plus constante », fait valoir son entraîneuse, Marlène Picard, qui a noté une amélioration dans la prestation de sa protégée.

À la mi-juillet, elle avait terminé au cinquième rang du Skate Milwaukee, au Wisconsin, où elle avait été invitée par les responsables de Patinage Canada.

Mélaurie Boivin a terminé deuxième lors de ses deux programmes, pour remporter, au cumulatif, une compétition regroupant principalement des patineuses du Québec et de l’Ontario, à Minto.

« Même si c’est quand même l’été. Tout le monde est pareil, et les programmes ne sont pas rodés totalement. Ce sont des précompétitions, mais ce sont des précompétitions importantes. Elle s’en est bien sortie, mais ce n’est pas encore le niveau qu’elle est capable d’offrir. C’est tout à fait normal. Si elle était prête présentement, ce ne serait pas normal. Elle doit être au sommet en janvier. Elle ne doit pas être ‘‘hot’’ trop de bonne heure », rappelle, en riant, Marlène Picard, convenant que ses performances montrent également que la patineuse régionale, qui a déménagé à Montréal depuis déjà quelques mois pour la suite de sa carrière, sera à surveiller l’hiver prochain.

D’ici là, Mélaurie Boivin participera à une autre compétition d’envergure, le 10 et 11 août, à Pierrefonds, avec les Championnats provinciaux d’été.

« Ce sera sa troisième en peu de temps, après Milwaukee et Minto. Elle s’en vient de mieux en mieux. À Pierrefonds, le niveau devrait être encore meilleur », indique Marlène Picard.