L’actuel entraîneur-chef des Élites de Jonquière midget AAA, Maxime Desruisseaux, fera certainement partie du processus d’embauche d’un entraîneur-chef par les Tigres de Victoriaville dans la LHJMQ
L’actuel entraîneur-chef des Élites de Jonquière midget AAA, Maxime Desruisseaux, fera certainement partie du processus d’embauche d’un entraîneur-chef par les Tigres de Victoriaville dans la LHJMQ

Maxime Desruisseaux aimerait diriger les Tigres de Victoriaville, mais attend la suite

Avec le départ de deux entraîneurs derrière le banc des Tigres de Victoriaville, impossible de ne pas se tourner vers l’entraîneur-chef des Élites midget AAA de Jonquière, Maxime Desruisseaux, qui a oeuvré pendant six ans comme adjoint de cette formation et qui a toujours sa résidence principale dans la ville des Bois-Francs.

En entrevue téléphonique mardi, le pilote des Élites, qui vient d’écouler la première année d’un contrat de deux ans, a confirmé qu’il est évidemment intéressé par le poste d’entraîneur-chef chez les Tigres et qu’il était flatté de voir son nom circuler comme potentiel successeur de Louis Robitaille. Il se sent prêt à relever le défi le cas échéant, mais pour le reste, il attend de connaître la suite des choses.

« Lorsque les Élites m’ont engagé, ils savaient très bien que mon objectif est de diriger dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) comme entraîneur-chef à court, moyen ou à long terme, a-t-il indiqué. Mais c’est (le départ de Louis Robitaille) arrivé lundi, alors il est encore tôt dans le processus et, comme Kevin Cloutier (DG des Tigres) l’a mentionné, il n’est pas pressé de faire l’embauche non plus. Mais c’est “l’fun” qu’il ait mentionné mon nom et je suis content de faire partie du processus. On va voir à partir de là comment ça se déroule. »

D’ailleurs, lors de son embauche en juin dernier, le Victoriavillois avait expliqué qu’il se sentait mûr pour prendre les rênes d’une équipe, après six années comme adjoint pour les Tigres.

« Ça faisait six ans que j’étais au niveau junior et je pense que j’étais rendu là dans mon cheminement de carrière. Je voulais un nouveau défi. J’ai adoré mes six années avec les Tigres de Victoriaville. Mais même si c’est “le fun” de faire des suggestions à l’entraîneur-chef, je pense que j’étais rendu à l’étape où je voulais prendre les décisions (moi-même). Ça faisait déjà un an ou deux que je songeais à me diriger vers la Ligue midget AAA comme entraîneur-chef. Le “timing” était donc parfait pour moi », avait-il expliqué à l’époque en conférence de presse.

« Je suis vraiment content de l’avoir fait parce qu’aujourd’hui, je suis un bien meilleur entraîneur que je l’étais il y a un an. Cette décision d’aller à Jonquière, je suis vraiment content de l’avoir prise et on verra ce que le futur nous réserve, mais je trouve ça plaisant de voir mon nom circuler à Victoriaville », convient celui qui, depuis vendredi, est maintenant papa d’une petite fille, lui qui avait déjà un petit garçon.

Pour Maxime Desruisseaux, pas question de vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Oui, il est heureux de faire partie des candidats potentiels, mais il ne tient rien pour acquis. « Je ne suis pas seul sur la liste, rappelle-t-il. Il y a plusieurs bons candidats. J’essaie de ne pas trop me faire d’idées, mais je suis vraiment content d’être là et je suis confiant en mes moyens pour la suite des choses, en ce sens qu’en ayant été à Jonquière, mon bagage d’expérience est beaucoup plus garni et je serai prêt à relever ce défi s’il se présente. »

Avant le repêchage

Pour le reste, ce sont des choses sur lesquelles le pilote des Élites n’a aucun contrôle. « Le processus d’embauche n’est pas établi encore. Le retour au travail est maintenant prévu pour le 4 mai. Est-ce qu’ils vont attendre au 4 mai pour rencontrer les gens? Je ne connais pas le déroulement, mais j’imagine que l’organisation va me contacter prochainement. On va suivre le déroulement », dit-il, ajoutant que « le plan, jusqu’à preuve du contraire, est que je retourne à Jonquière la saison prochaine ».

Évidemment, avec les réseaux sociaux, la nouvelle n’a pas tardé à circuler. Lundi, plusieurs joueurs des Élites lui ont écrit pour s’informer de la situation. « La majorité de ceux qui m’ont écrit sont contents de voir que mon nom circule. Ils étaient au courant de mon désir et de mon objectif en allant à Jonquière, alors les gars sont contents pour moi et je l’apprécie beaucoup! »

Rappelons que le collègue du Droit d’Ottawa, Jean-François Plante, avait révélé le congédiement de l’entraîneur-chef de Gatineau Éric Landry et son remplacement par Louis Robitaille dans les doubles fonctions d’entraîneur-chef et directeur général. Quelques jours plus tôt, l’un des adjoints de Robitaille, Nicolas Boucher, avait quitté pour le nouveau programme de hockey des Vulkins du Cégep de Victoriaville, en division 2. La porte est donc grande ouverte pour un retour au bercail pour Maxime Desruisseaux, d’autant plus que l’adjoint toujours en poste, Carl Mallette, travaille déjà avec lui au sein de l’Académie de hockey Desruisseaux Mallette de Victoriaville, qui amorce une 13e saison.

Le DG des Tigres de Victoriaville, Kevin Cloutier, a indiqué au journaliste de La Nouvelle Union, Ghislain Chauvette, que sa priorité, pour l’instant, est la préparation de la prochaine séance de sélection. Il a toutefois fait savoir que le nouvel entraîneur-chef des Tigres sera nommé avant le repêchage.

« Je veux prendre mon temps. Il n’y a aucune urgence. Le Québec est sur pause jusqu’au 4 mai. On devrait avoir un meilleur portrait de ce qui nous attend tous à ce moment », a-t-il déclaré lundi.