Les dirigeants des Voyageurs de Saguenay, Guy Hébert (vice-président baseball) et Audrey Tremblay (présidente), ont annoncé le retour de l’entraîneur-chef Martin Pouliot à la barre de l’équipe de baseball junior élite.

Martin Pouliot de retour avec les Voyageurs de Saguenay

Après avoir pesé les pour et les contre, l’entraîneur-chef des Voyageurs de Saguenay, Martin Pouliot, a choisi d’être de retour à la barre de l’équipe de baseball junior élite la saison prochaine.

La bonne nouvelle a été annoncée jeudi en conférence de presse, en présence de la présidente de l’organisation jonquiéroise, Audrey Tremblay, et du vice-président baseball et gouverneur, Guy Hébert. En entrevue, Martin Pouliot a indiqué qu’il avait fait part de sa décision à Guy Hébert la semaine dernière. Le soir du match qui scellait l’issue des huitièmes de finale contre les Diamants de Québec, les Voyageurs avaient été blanchis 10-0. L’entraîneur-chef avait alors remis en question son association avec la formation jonquiéroise même s’il restait encore une année à écouler à son contrat.

Avec le recul, il a pu relativiser les choses. « Je viens de voir que Québec a gagné ses deux premiers matchs contre Repentigny par des pointages similaires aux nôtres. Ça me console un peu, mentionne Pouliot, aussi DG de l’équipe. Et en repensant à tout ça, ça fait deux ans qu’on échange nos gars de 22 ans et qu’on fait tout ce qu’il faut même s’il faut souffrir un peu. Sans dire qu’on est à maturité et qu’on a une équipe pour gagner le championnat, on peut dire qu’on a une équipe pour compétitionner. On a plein de joueurs de 22 ans et j’aurais trouvé ça plate que ce soit quelqu’un d’autre qui en récolte les fruits. J’ai donc décidé de revenir. »

Un retour qui a fait plaisir aux dirigeants des Voyageurs. « On fait confiance à Martin et on était contents de savoir qu’il voulait revenir avec nous », a indiqué la présidente, en avouant que l’équipe n’avait pas vraiment de plan B. « Nous avions confiance qu’il revienne. Au niveau de l’organisation, on a pris conscience que certaines choses auraient dû être faites pour mieux l’entourer. L’an prochain, on va le supporter encore mieux. Martin a besoin de se concentrer sur le match et il doit avoir un bras droit. On a un candidat en tête et on va tendre la perche », ont indiqué Audrey Tremblay et Guy Hébert. 

L’organisation projette notamment l’embauche d’un entraîneur pour les lanceurs, lequel se joindra au personnel existant. Pour sa part, Martin Pouliot se promettait de contacter les trois adjoints, Jean-François Savard, Dominic Fortin et Frédéric D’Amour, au cours des prochaines semaines afin de connaître leur intérêt à poursuivre le travail l’an prochain. « On veut que ce soit réglé pour le 1er décembre », souligne la présidente. 

Les Jonquiérois plaident pour des changements

Les dirigeants des Voyageurs de Saguenay ont hâte de connaître les résultats du travail des trois comités mis sur pied par la Ligue de baseball junior élite du Québec. Au cours des dernières semaines, les comités se sont penchés sur les dossiers du calendrier débalancé, le repêchage et le format des séries. Les résultats devraient être dévoilés dans le cadre du banquet annuel de la ligue le 26 novembre.

«Les membres des comités connaissent déjà ce que les équipes pensent (des trois dossiers) parce qu’on en parle depuis des années. Reste à savoir s’ils ont marqué ce qu’on voulait dans leurs rapports», souligne Guy Hébert, vice-président baseball et gouverneur des Voyageurs. L’organisation jonquiéroise préconise un calendrier balancé, c’est-à-dire que chaque équipe dispute un nombre égal de parties contre les autres. «(À l’époque), ils avaient instauré le calendrier débalancé et par section pour générer des économies de transport, mais ça n’a pas généré d’économie pour personne. Il n’y a que nous qui avons fait des économies, mais on ne s’était jamais plaint de l’autre formule. L’argent était prévu au budget, car ça fait partie de notre réalité», rappelle Guy Hébert. Ce dernier croit aussi que le calendrier a été modifié parce qu’il y a trois ans, c’était les équipes de Québec, Charlesbourg, Trois-Rivières et Saguenay qui étaient dans le carré d’as. Or, ces quatre formations sont toutes dans la même division (Financière Sun Life) actuellement. 

Le gouverneur des Voyageurs souhaiterait aussi que les joueurs repêchés qui ne veulent pas aller jouer dans le club qui les a choisis soient suspendus pendant un an et que l’équipe qui l’a repêché ait un autre choix de compensation. À ce sujet, l’entraîneur-chef et DG Martin Pouliot rappelle que depuis son entrée en poste, il a eu à convaincre des joueurs de se présenter à Saguenay et il a toujours réussi à le faire.

«Après un premier match ici, ils ont hâte à la deuxième, affirme Guy Hébert. Ils sont bien reçus et bien traités. Il faut qu’ils se disent aussi qu’ils ont 21 matchs à jouer ici et 21 à l’extérieur.»

D’autre part, Martin Pouliot fait partie du comité de travail sur le repêchage, mais il n’a pas encore reçu d’appel pour se présenter à une réunion du comité. «Peut-être qu’ils ne m’ont pas appelé parce qu’ils connaissent déjà ma position», avance-t-il, sans vouloir présumer de rien. Le pilote des Voyageurs n’a pas changé son discours, mais il espère une ouverture de la ligue. Car la formule actuelle du repêchage annuel ne permet pas aux petites équipes d’améliorer leur sort. 

«J’ai hâte de voir si ça va avoir créé quelque chose, s’il va y avoir une ouverture dans la ligue. Ça fait deux ans que je suis revenu dans le circuit et le seul moyen de s’améliorer et de demeurer compétitif est d’échanger nos joueurs de 22 ans en retour de gars de 17-18 ans.» Ça devient un cercle vicieux puisqu’après avoir développé les jeunes, les équipes de tête souhaitent les obtenir en redonnant des plus jeunes. Les gros clubs sortent toujours gagnants au bout du compte. «Faut que ça arrête parce qu’on ne verra jamais le bout du tunnel. (...) La moins bonne équipe devrait avoir le droit de mettre la main sur le meilleur joueur. Sinon, comment voulez-vous que les petites équipes se remontent si elles ne mettent pas la main sur le meilleur joueur disponible?», plaide Pouliot. Guy Hébert serait même en faveur que les équipes ne puissent protéger qu’un seul joueur de leur territoire avant le repêchage, au lieu des deux actuellement.

Les Voyageurs en bref

•Dans la Ligue bantam AA, la formation des Voyageurs dirigée par Bob Desjardins a connu un lent départ, mais elle a eu une excellente fin de saison. «Nous avions huit recrues et nous étions d’ailleurs l’équipe dans la ligue qui en comptait le plus. Au tournoi provincial et dans les séries, ç’a été un peu plus difficile, mais c’est vraiment prometteur pour l’an prochain», a résumé Audrey Tremblay, présidente de l’organisation des Voyageurs...

•En midget AAA, les Voyageurs, qui comptaient quatre joueurs de l’extérieur, étaient supervisés par Kevin Lafrance. Ils ont connu une saison en dents de scie. «Par contre, au tournoi mi-saison tenu à Montréal, nous avons perdu en demi-finale. Ils ont vraiment vécu un beau tournoi. Au provincial, ç’a été un peu plus difficile. Cela dit, le midget AAA représente toujours des défis. À mon avis, dans deux ans, nous aurons un discours différent parce que nous avons une excellente relève qui arrivera du bantam AA», avance la présidente... 

Aux amateurs qui s’interrogeaient sur l’absence de l’adjoint Jean-François Savard lors des matchs contre les Diamants de Québec, son absence était prévu. Guy Hébert a expliqué que Savard avait avisé l’organisation qu’il ne serait pas disponible à cette période de la saison et qu’il se trouverait à l’extérieur du Québec...