Après six saisons sur des patinoires européennes, le hockeyeur jeannois Francis Verreault-Paul endossera le chandail des Marquis de Jonquière, de la Ligue nord-américaine de hochey. Il est d’ailleurs prévu qu’il joue dès vendredi.

Verreault-Paul se joint aux Marquis

Joueur chouchou des Saguenéens de Chicoutimi pendant cinq saisons (2003-08), Francis Verreault-Paul fera à nouveau le bonheur de ses admirateurs à compter de vendredi soir, au Palais des sports de Jonquière. L’attaquant de 31 ans, qui s’est enfin entendu avec les Marquis de Jonquière, sera en uniforme pour le match contre les 3L de Rivière-du-Loup.

Joint alors qu’il venait d’atterrir à Toronto mardi, le sympathique athlète de Mashteuiatsh est très heureux de rentrer à la maison, lui qui a passé les six dernières saisons dans les différents circuits européens. Toutefois, avant d’entreprendre la présente saison avec le RossoBlu de Milan en Italie, il avait déjà décidé que ce serait sa dernière année en Europe.

« J’étais rendu là mentalement. Quand je suis parti pour l’Europe cette année, j’ai trouvé vraiment ça dur et je m’étais dit que ce serait ma dernière année. J’ai décidé que je voulais en profiter pleinement, mais dernièrement, mon équipe a connu des problèmes financiers et ils ont décidé de se départir de leurs quatre “joueurs importés” et d’un défenseur pour le reste de la saison », relate l’attaquant de 5’10’’, 187 livres.

Le Jeannois s’est ensuite donné deux semaines pour réfléchir à la suite des choses. « J’ai reçu de très bonnes offres, mais j’ai décidé de passer un coup de fil à Marc (Boivin, DG des Marquis). On s’est parlé vendredi dernier et j’ai pensé à ça durant la fin de semaine. Lundi, j’ai rappelé Marc et on a réglé les choses. Finalement, je suis content. C’est un peu plus tôt que ce que j’avais prévu (en avril), mais en même temps, je suis de retour pour les Fêtes. »

Enthousiasme au Lac

La nouvelle de l’arrivée de Verreault-Paul avec les Marquis a suscité un grand enthousiasme, surtout à Mashteuiatsh et à Roberval. Le hockeyeur a reçu une vague de textos et de messages Facebook saluant son retour. « Je suis content de jouer pour les Marquis, car c’est chez nous. Le monde de par chez moi est excité. Je pense aussi à mon père. Ça fait longtemps qu’il ne m’a pas vu jouer en personne. Ça va être plaisant et j’ai vraiment hâte ! »

Cela dit, Verreault-Paul n’a pas d’objectifs du point de vue statistique, car il ne connaît pas le calibre du circuit. « La façon de jouer sera aussi différente de ce que je jouais en Europe, parce que les dimensions de la patinoire sont différentes et le système de jeu le sera aussi. Mais je connais les gars et ce sont de très bons joueurs de hockey. Je ne m’attends pas à ce que ce soit facile ! »

Comme il n’a pas encore discuté avec l’entraîneur-chef Benoit Gratton, il ne sait pas quelle sera son utilisation. « J’ai quand même changé ma façon de jouer depuis mon junior majeur. Je suis beaucoup plus offensif, donc c’est certain que j’espère apporter de l’offensive. C’est d’ailleurs mon but premier. Le hockey en Europe est beaucoup axé sur la vitesse et les grandes glaces. Même si ça fait 9 ou 10 jours que je n’ai pas patiné, j’ai continué à m’entraîner. Et auparavant, j’étais sur la glace six jours sur sept depuis le 25 août. Ça devrait quand même revenir rapidement. »

+

DANS LA MIRE DEPUIS LONGTEMPS

Francis Verrault-Paul est dans la mire des Marquis de Jonquière depuis belle lurette. Pour le DG Marc Boivin, la venue de l’athlète de Mashteuiatsh est l’aboutissement de plus de trois ans de démarches.

«Ça fait longtemps qu’on travaille le dossier. Je l’avais rencontré à Métabetchouan il y a trois ou quatre ans et on se parlait. Notre recruteur en chef Lucien Paquette lui a parlé tout l’été. On sait que les gens l’aiment, qu’ils veulent le voir et nous aussi. C’est un bon joueur qui va nous aider», a indiqué Marc Boivin.

Verreault-Paul sera en terrain connu à Jonquière. Il connaît les joueurs locaux, mais il a aussi joué avec Danick Paquette dans la East Coast où il était son joueur de centre. 

Défenseurs rares

Les Marquis sont déjà très bien nantis à l’attaque, mais ils n’ont pas beaucoup de marge de manoeuvre à la défensive. Marc Boivin est toujours à l’affût. «C’est sûr qu’on magasine les défenseurs, mais dans la Ligue, c’est le problème: tout le monde en cherche. Et avec le règlement qui fait qu’on ne peut plus signer de joueurs autonomes à partir du 15 novembre, c’est ce qui fait qu’on vit la situation actuelle», déplore celui qui dit toutefois avoir «tous les outils dans les mains pour aller chercher un défenseur.»

Cela dit, il ne faudra pas compter sur le retour de Jean-Michel Bolduc à la ligne bleue des Marquis. «Je pense qu’on est mieux d’oublier pour cette année», de conclure Marc Boivin.

+

LE RETOUR DE VERRAULTVILLE

L’arrivée de Francis Verrault-Paul avec les Marquis de Jonquière fera-t-elle revivre la fameuse section Verreaultville comme à l’époque des Saguenéens? Tant les dirigeants des Marquis que le principal intéressé seront ouverts à cette possibilité si des partisans en manifestent le désir.

«Je n’ai pas d’attente envers ça, mais s’il y a des gens qui décident de le refaire, ça n’offusquera personne, estime Francis Verreault-Paul en entrevue. C’est quelque chose qui fait partie de mon histoire, de mon passage avec les Sags. Avec l’équipe qu’on avait avec les Sags, avec 4000 personnes, même un mardi soir, c’était vraiment spécial! Je ne sais pas ce qui va se passer du côté des spectateurs et quel sera leur accueil, mais je suis pas mal certain que les gens de Roberval et de Mashteuiatsh vont se déplacer. Pour le reste, j’ai hâte de voir!», ajoute celui qui s’est positionné en faveur du maintien du nom des Redmen pour l’Université McGill, où il a joué son hockey universitaire.

Le DG des Marquis, Marc Boivin confirme que les Marquis ne s’enfargeront pas les pieds dans les fleurs du tapis. «Si on a la demande pour Verreaultville, on va la faire. Il n’y aura pas de problème», assure Marc Boivin.