Francis Verreault-Paul a disputé les 15 derniers matchs des Marquis en saison régulière, en plus des 18 rencontres éliminatoires.

Verreault-Paul, Oligny et Lessard sous contrat

L’alignement des Marquis de Jonquière continue de prendre forme en vue de la prochaine saison dans la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH). Lundi midi, l’organisation a annoncé avoir renouvelé des ententes avec les attaquants Francis Verreault-Paul et Steven Oligny, en plus du retour au jeu de Dannick Lessard, qui revient de très loin.

Francis Verreault s’est amené avec les Marquis à la mi-décembre la saison dernière après avoir entamé la saison en Italie. Il a cumulé un point par match, dont dix buts, en 15 rencontres, ajoutant huit points en 18 matchs éliminatoires.

Pour le directeur général et entraîneur-chef, Bob Desjardins, il n’y a aucun doute que l’attaquant natif de Mashteuiatsh fait partie du top-6 offensif de l’équipe. «Je pense qu’il est encore meilleur que ce qu’il a montré l’année passée. Peut-être que c’est l’ajustement de la ligue et il ne jouait peut-être pas autant qu’il le voulait. Francis veut avoir du gaz et il va en avoir. Il va avoir des responsabilités. Je veux qu’il soit aussi important pour notre club qu’il l’a déjà été par le passé. Il n’a pas été le meilleur joueur universitaire au Canada pour rien. Il a quelque chose de spécial et je pense qu’il est capable d’encore plus. L’utilisation que je veux en faire va se refléter dans son jeu», a révélé Bob Desjardins, convaincu que l’attaquant de 32 ans se présentera au camp d’entraînement dans un bon état d’esprit. 

Dans le cas de Steven Oligny, le robuste ailier a été limité à seulement 13 matchs la saison dernière en raison d’une commotion cérébrale. De retour en janvier, il a également été en uniforme pour 15 rencontres de séries.

«Le monde le voit beaucoup comme un goon en termes de hockey, mais Steven, c’est plus que ça. Il est capable de jouer au hockey. Il amène une présence et c’est un agitateur, fait valoir Bob Desjardins, en entrevue téléphonique. Il n’a jamais reculé devant personne. Il ne laissera jamais tomber ses coéquipiers. C’est un gars d’équipe. Il va avoir plus de responsabilités pour amener une présence physique et du respect.»

Le directeur général mentionne que les discussions se poursuivent avec son frère, Jonathan Oligny, afin de l’amener comme joueur affilié. Son emploi ne lui permet pas de s’amener comme joueur régulier pour le moment. Bob Desjardins continuera sa ronde de signatures d’ici quelques jours. 

«On a des ententes faites. Il reste seulement les points et les barres à mettre sur les contrats. Ça avance super bien et Lucien (Paquette, DG adjoint) fait un travail remarquable de ce côté-là. On est en train de monter quelque chose de solide», signale Bob Desjardins, convaincu d’avoir amélioré des maillons faibles de la dernière saison, la défensive, la profondeur et la robustesse.

+

LESSARD REVIENT DE LOIN

Gravement blessé en 2012, Dannick Lessard effectuera son retour sur patins la saison prochaine et c’est avec les Marquis qu’il va le faire avec l’objectif d’effectuer son 500e combat. 

Portier dans un bar de danseuses à l’époque, le 28 octobre 2012, il avait été atteint par balles, ce qui a mis sa carrière de hockeyeur sur la glace pendant plusieurs années. «Quelques semaines avant le repêchage, il nous avait mentionné qu’il était prêt à effectuer un retour. Il est dans une forme incroyable et vraiment très motivé à faire ce retour. Il a ça dans le sang. C’est ce qu’il aime faire. C’est dans son ADN. Avec tout ce qu’il a traversé au niveau personnel, ça tient quasiment du miracle. Il nous a choisis pour faire ce retour», de souligner Bob Desjardins, promettant que ce 500e combat aura lieu devant les partisans jonquiérois au Palais des sports.

Dannick Lesard et Bob Desjardins ont débuté ensemble dans la LNAH avec les réputés Chiefs de Laval et se retrouvent maintenant à Jonquière. «J’ai vu ses débuts, mais je suis là au bout, 20 ans plus tard. Ça veut dire qu’on est des vieux de la vieille dans cette ligue qui nous a donné beaucoup et on veut redonner aussi, d’exprimer Bob Desjardins. Ça fait quand même 20 ans qu’on se connaît. Je l’ai eu un peu partout, que ce soit à Laval ou Joliette. Même si nos cheminements se sont séparés et qu’on s’est retrouvé l’un contre l’autre, on a toujours eu un grand respect et du plaisir à se côtoyer.»