En première période, Yannick Riendeau a trompé la vigilance du gardien Maxime Clermont.

Une victoire, mais un effort insuffisant

Les Marquis de Jonquière ont eu besoin des tirs de barrage pour arracher une victoire de 5-4 aux BlackJacks de Berlin devant 1855 spectateurs réunis au Palais des sports. Mais malgré ce 6e gain consécutif, l’entraîneur-chef Benoit Gratton était mécontent de la tenue de ses troupes qui ont semblé prendre les visiteurs à la légère.

Malgré des effectifs réduits, le pilote des Jonquiérois n’a pas été tendre à l’égard de ses troupes. «Je n’ai pas aimé notre match dans l’ensemble. On a peut-être joué une dizaine de minutes sur les 60. C’est sûr qu’en prolongation, ça aurait pu aller d’un bord comme de l’autre. Mais honnêtement, ç’a été l’une de nos pires performances depuis le début. Je ne sais pas si les gars pensaient que ce serait un match facile, mais c’est une meilleure équipe que ne l’indique leur fiche (1-7)», a-t-il fait valoir en rappelant que l’équipe Berlin compte de bons joueurs et qu’elle doit être respectée.

La première période a donné lieu à du jeu décousu où les BlackJacks ont tout de même été plus menaçants, doublant les locaux pour les tirs au but (12-6). Malgré trois avantages numériques, les visiteurs n’ont pas été en mesure de marquer. Mais ils ont tout de même été les premiers à s’inscrire au pointage sur un tir de l’imposant Ryan Sullivan avec sept minutes à faire en première. Profitant du trafic devant le filet adverse, les Marquis ont répliqué deux minutes plus tard par l’entremise de Yannick Riendeau, sur des passes d’Alex Quesnel et Samuel Blanchet. On était loin du premier affrontement entre les deux clubs il y a deux semaines, alors que les Marquis s’étaient imposés 6-2 avec quatre buts en première.

«C’est sûr que l’indiscipline n’aide pas, convient Gratton. Mais on dirait que chaque fois qu’on essayait de créer un peu de momentum, on retombait au banc de punitions. Ça n’a pas aidé, mais ça va plus loin que ça. Il y en a qui devront se regarder dans le miroir. Je pense que c’était triste comme performance. Parfois, la cohésion n’est pas là et c’est plus difficile. Mais c’est plus l’effort qui n’était pas là et pour ça, il n’y a pas d’excuse. Les gars ont assez joué pour savoir que cette performance est inacceptable, surtout à la maison.»

Coriaces

En début de deuxième, les BlackJacks ont repris les devants, Francis Desrosiers trompant la vigilance de Cédrick Desjardins. Profitant d’un jeu de puissance, Dannick Paquet, bien campé devant le filet, a créé l’égalité avec six secondes à faire dans la période pour relancer le duel de plus belle. Riendeau et Brisebois ont récolté une passe.

En troisième, Riendeau, avec son deuxième du match, a permis aux locaux de prendre les devants pour la première fois dans le match en logeant au vol, derrière Maxime Clermont, un tir de Gabriel Lévesque. Les BlackJacks n’avaient pas dit leur dernier mot et Thomas Beauregard a trouvé le moyen de niveler la marque 3-3 avec six minutes à faire.

En fin de match, même un avantage numérique n’a pas permis aux Marquis de capitaliser. Et avec 0.5 seconde au cadran, Jonathan Diaby s’en voulait d’avoir raté un but ouvert sur une passe parfaite qui aurait scellé l’issue du match. En fusillade, Yannick Riendeau (1re étoile) et Dannick Paquette (2e étoile) ont déjoué Clermont du revers tandis que seul Beauregard a eu le meilleur sur Desjardins (3e étoile).

Les Marquis prendront part à une première séance d’entraînement depuis le camp d’entraînement samedi matin avant de prendre la direction de Saint-Georges. Au programme : peaufiner l’avantage numérique et l’échec avant, le 4 contre 3, bref certaines situations qu’ils n’ont pas souvent la chance de pratiquer.

+

LES MARQUIS EN BREF...

• Outre le renfort en muscle du Shérif McMorrow, il semble que le Jeannois Christian Ouellet se rapprocherait de Jonquière. Un ajout offensif qui serait bienvenu ! À suivre...

• Danick Paquette (47) des Marquis applique vraiment de retentissantes mises en échec et certains adversaires se poussent rapidement quand ils le voient arriver. En première, l’Ontarien Ryan Sullivan, 6’4’’, 200 livres, n’a pas apprécié, ce qui a donné lieu à une brève épreuve de force. Les deux belligérants sont tombés à la renverse, mais Sullivan a eu un léger avantage...

• En deuxième, les officiels ont suscité la colère des partisans des Marquis. En plus du slogan habituel, certains les ont traités d’arbitres du Dollarama ! Comme quoi les partisans ne sont jamais à court d’idées...

• Pour la première fois de l’histoire de la Ligue nord-américaine de hockey, les spectateurs ont eu droit à l’interprétation de deux hymnes nationaux, soit la version musicale de l’hymne national américain, suivi de l’Ô Canada dans les deux langues...

• L’organisation des Marquis a eu un beau geste en soulignant le retour de son ancien défenseur Jonathan Paiement qui a joué six saisons dans l’uniforme jonquiérois et qui a contribué aux trois conquêtes de la coupe Vertdure. Paiement, lui, n’a pas fait dans la dentelle avec ses anciens coéquipiers...

• Il fallait voir la fierté des deux petits garçons de Yannick Riendeau quand leur papa a été nommé première étoile du match. En plus, le gardien Cédrick Desjardins leur avait donné la rondelle de la rencontre. Les étoiles étaient dans leurs yeux ! ...

• Avec les faibles assistances à Berlin, plusieurs partisans des Marquis s’attendent à ce que ce soit pas mal la seule visite des BlackJacks au Saguenay. Qui vivra verra comme on dit...