Trois buts en sept tirs ont mis fin à la soirée de travail de Karel St-Laurent (photo), qui a cédé sa place à Paul Bourbeau.

Une soirée où tout fonctionne

Il y a des soirées où tout fonctionne et ç’a été le cas vendredi pour les Marquis de Jonquière qui se sont imposés 6-2 contre les Éperviers de Sorel-Tracy devant 1400 spectateurs au Palais des sports. Même si les Marquis ont remporté leurs deux premiers duels contre les Éperviers, ces derniers occupent toujours le premier rang, mais par un seul petit point.

La première période a été un festival offensif pour les locaux qui ont retraité au vestiaire avec une avance de 4-0. Le robuste Danick Paquette (1re étoile) a sonné la charge avec deux buts d’affilée. À peine deux minutes venaient de s’écouler que les Marquis ont noirci la feuille de pointage. Christian Ouellet (3e étoile) a fait ricocher la rondelle à l’arrière du filet, ce qui a laissé la porte grande ouverte pour Danick Paquette qui n’a pas raté sa chance. Cinq minutes plus tard, les Marquis, qui avaient éprouvé des difficultés en avantage numérique la semaine dernière, ont cette fois-ci été parfaits. Paquette a enfilé son deuxième de la soirée avec l’aide d’Alexandre Quesnel et de Yannick Riendeau, mais on pourrait aussi ajouter sans gêne la contribution de Mathieu Brisebois et Gabriel Lévesque sur la séquence.

Quinze secondes se sont à peine écoulées que les Marquis ont creusé l’écart à 3-0, Yannick Riendeau déjouant Karel St-Laurent d’un beau tir bas, sur des passes de James Desmarais et Vincent Richer.

Ce troisième filet en sept tirs a mis fin à la soirée de travail de St-Laurent qui a cédé sa place à Paul Bourbeau. Pendant ce temps, à l’autre bout de la patinoire, le cerbère Cédrick Desjardins (2e étoile) était lui aussi en feu, stoppant les attaques soreloises parfois deux fois plutôt qu’une. Toutefois, avec 1mn20 à faire, Yan Joseph a fini par faire mouche avec la complicité de Paquette et Christian Ouellet.

En deuxième, sur un jeu de puissance, Ouellet a porté l’écart à 5-0 sur une belle passe de James Desmarais de l’arrière du filet. Ces deux filets en avantage numérique ont fait plaisir à l’entraîneur-chef Benoit Gratton, heureux du travail de ses protégés malgré l’absence d’un pilier défensif comme Jonathan Diaby. « Si on regarde le dernier match où l’on n’avait pas été opportuniste, ce soir, ç’a vraiment roulé pour nous. Contrairement à notre avantage numérique qui n’avait pas fonctionné le dernier week-end, ce soir, on a bien bougé la rondelle et on a marqué sur nos chances. C’est là qu’on voit l’importance d’un Danick Paquette devant le filet. Non seulement il a une présence physique, mais il est capable de la mettre dedans », a-t-il mis en relief.

Dominés par leurs hôtes en deuxième, les Éperviers ont tout de même fini par s’inscrire au pointage avec 2mn37 sur un tir d’André Bouvet-Morissette.

En troisième, les frères Malouin ont porté l’écart à 6-1, Jérémie logeant dans le filet le retour de lancer décoché par son frère Danick. Ce dernier a ensuite été chassé pour 10 minutes de mauvaise conduite pour sa prise de bec avec l’adjoint des Éperviers. Même au cachot, le 51 a poursuivi ses invectives à l’endroit du camp adverse.

Évoluant à 5 contre 3 pendant 1mn30 en fin de rencontre, les Marquis n’ont pas marqué, ni sur un autre 28 secondes à 5 contre 3 consécutif. Puis, avec 48 secondes à faire, Samuel Carrier a logé la rondelle derrière Desjardins pour faire 6-2. Après la sirène, certains joueurs avaient encore des comptes à régler, mais les officiels ont fait en sorte que ce soit pour la prochaine fois. David Lacroix s’est d’ailleurs amusé à provoquer un peu les partisans avant de rentrer au vestiaire.

Brio défensif

Si Desjardins a été étincelant, le travail défensif de ses coéquipiers a aussi contribué au succès. « En ayant seulement cinq défenseurs, incluant Gabriel Lévesque qui n’est pas un défenseur naturel, c’était un peu le mot d’ordre de jouer le mieux possible en zone neutre et de jouer en unité de cinq et c’est exactement ce qu’on a fait. Il faut donner crédit aux défenseurs, mais aussi aux attaquants qui sont venus aider les défenseurs en zone défensive », a fait valoir Gratton qui avait confiance que ses troupes sauraient relever le défi.

Les Marquis pourront se reposer le reste du week-end avant de reprendre le collier vendredi prochain à Saint-Georges.

+

EN BREF

• Les renforts s’en viennent. David Ling sera en uniforme vendredi pour le match à Saint-Georges et samedi pour celui contre Berlin au Palais des sports. Le Shérif McMorrow sera officiellement de retour le 19 décembre tandis que Peter Sakaris pourrait s’aligner avec les Marquis dans deux semaines. Quant à Alexandre Picard, il se rapproche de Jonquière, mais rien n’est réglé. Les pourparlers se poursuivent.

• Un combat d’hommes forts a éclaté à mi-chemin de la rencontre. Dannick Paquette a jeté les gants contre David Lacroix, un imposant attaquant de 6’1’’, 240 livres. Ce dernier a eu le temps d’appliquer quelques droites sans vraiment atteindre solidement Paquet. L’épreuve de force n’étant pas concluante, les deux belligérants ont donc été dirigés au banc des pénalités. 

• La Ligue nord-américaine de hockey a confirmé que les défunts BlackJacks de Berlin joueront leur prochain match samedi, à 19h30, au Palais des sports de Jonquière. Toutefois, ils évolueront sous l’appellation «Pétrole et propane Bélanger de la LNAH» pour l’occasion et les Marquis seront les visiteurs. Vendredi, ils ont vaincu Saint-Georges 4-1.

• Le commissaire de la LNAH Jean-François Laplante, qui pilote ce dossier depuis quelques semaines, espère être en mesure de faire une annonce très bientôt dans le dossier de relocalisation de la sixième formation du circuit. 

+

UN BEAU GESTE

Les Marquis de Jonquière ont posé un beau geste en remettant un don au jeune Brian Grenon, membre de l’équipe du Québec de hockey-luge. L’entraîneur adjoint Martin Gagné (ci-haut en compagnie de Brian), appuyé par le capitaine des Marquis, Alexandre Quesnel et son assistant Jérémie Malouin ont sollicité leurs coéquipiers, le personnel et les propriétaires des Marquis. Tout le monde a répondu avec générosité, ce qui leur a permis de remettre un montant de 600 $ au jeune Saguenéen lors du cocktail dînatoire organisé jeudi pour l’aider à poursuivre son développement dans son sport.