Cédrick Desjardins n’y pouvait absolument rien sur le troisième but de l’Assurancia de Thetford Mines.

Une soirée de misère à Jonquière

Les Marquis de Jonquière (3-7-3) ont connu un vendredi soir difficile alors qu’ils ont été complètement dominés 7 à 2 par l’Assurancia de Thetford Mines (10-3) au Palais des sports. Une soirée où rien n’allait à Jonquière, si bien que même la zamboni a flanché lors du deuxième entracte.

Les Marquis n’ont jamais été dans la rencontre et Maxime Lecours a profité des largesses des deux cerbères de Jonquière pour inscrire six points à sa fiche. La troupe de Bob Desjardins a subi une septième défaite en huit matchs à domicile cette saison, et ce, malgré une domination de 39 à 27 au chapitre des tirs.

Les locaux ont pourtant bien entamé le début de match avec une première présence énergique et deux chances de marquer. Les choses se sont gâtées rapidement quand Alexandre Tremblay a déjoué Cédrick Desjardins pour ouvrir la marque après seulement 64 secondes de jeu.

Bien que les Marquis aient montré les dents après ce premier but, le gardien de l’Assurancia Étienne Marcoux en avait décidé autrement et a réalisé de beaux arrêts pour garder son équipe en avant. Les visiteurs ont remercié leur gardien en doublant leur avance. Maxime Lecours a décoché un tir qui a eu raison de Desjardins seulement deux minutes après le premier filet de Thetford Mines.

Lecours est revenu à la charge en milieu de période. Il a refilé le disque à Dominic Jalbert qui a eu raison de Desjardins. C’était le troisième point du match pour Lecours.

Comme rien ne fonctionnait du côté de Jonquière, ils ont décidé de se tourner vers la robustesse pour réveiller les troupes. Danick Malouin a jeté les gants et passé le K.O. à Shane Baker. Sébastien Laferrière et Jérémie Malouin ont aussi fait lever la foule avec des bagarres.

La robustesse n’a pas eu l’effet escompté alors que ce sont plutôt les visiteurs qui ont marqué une quatrième fois sur seulement huit lancers. Lecours marquait son deuxième du match et obtenait du même coup son quatrième point.

Si l’énergie n’était plus au rendez-vous dans les huit dernières minutes de la première période, c’était tout le contraire au retour du premier entracte. Dès les premiers instants, les Marquis ont imposé leur rythme et c’est Francis Verreault-Paul qui en a profité pour inscrire son huitième but de la saison.

Les réjouissances ont été de courte durée pour les 1302 partisans. Moins de cinq minutes plus tard, Lecours a réalisé son tour du chapeau avec un tir sur réception qui n’a laissé aucune chance à Karel St-Laurent, venu en relève à Desjardins après vingt minutes, et ce, seulement 17 secondes avant de voir Alexandre Giroux s’échapper et faire 6 à 1.

Alexandre Quesnel a répliqué quelques instants plus tard avec un tir parfait par-dessus l’épaule de Marcoux, pour porter sa séquence de matchs avec au moins un point à 11. Le capitaine a obtenu un point à chacune de ses sorties cette saison.

Alexandre Tremblay a complété la marque tard en fin de deuxième avec son deuxième de la rencontre, sur une aide de Lecours qui récoltait son sixième point de la soirée. La troisième période s’est déroulée sans débordement.

Les Marquis ont connu quelques bons moments en territoire offensif, mais comme c’est souvent le cas depuis le début de la saison, la situation a rapidement tourné en faveur de leurs adversaires.

Après la rencontre, Jérémie Malouin ne s’est pas caché que la performance n’était pas à la hauteur. « C’est frustrant. Ça arrive des fois que peu importe ce qu’on fait, ça se retourne contre nous. C’est fâchant et c’est décourageant. Ça arrive que ça va de notre bord aussi, mais dernièrement, ça s’acharne contre nous. »

Il reste toutefois confiant pour le reste de la saison. « Une saison, c’est long. Oui, ça ne va pas bien depuis le début de l’année, mais on est capables d’en coller neuf comme l’année dernière. Ça peut changer très vite. »

Les Marquis profiteront d’une semaine de congé avant de retrouver la glace pour une série aller-retour face Éperviers de Sorel-Tracy (7-4-1). Le premier match sera présenté vendredi soir à 20h au Colisée Cardin de Sorel-Tracy. Les deux équipes se retrouveront le lendemain au Palais des sports de Jonquière. Les Éperviers ont remporté l’unique rencontre disputée entre les deux clubs cette saison. C’était lors du premier week-end d’activités de la LNAH, le 18 octobre. La rencontre s’était terminée 5 à 4 en période de prolongation alors que les Marquis menaient 4 à 2 en troisième période. Une bagarre générale avait aussi ponctué ce match.

+

LES JOUEURS À LA DÉFENSE DE BOB DESJARDINS

Les frères Danick et Jérémie Malouin ont pris la défense de leur entraîneur-chef Bob Desjardins après la défaite de 7 à 2 des Marquis contre l’Assurancia vendredi soir.

C’est Danick qui a décidé de se présenter devant les journalistes à la place de Desjardins, accompagné de son frère Jérémie. Ils voulaient répondre aux critiques lancées à l’endroit de Bob Desjardins cette semaine et aux partisans qui ont crié des bêtises à son égard tout au long de la rencontre.

« Depuis le début de l’année, il assure nos arrières. C’est toujours lui qui parle à la radio durant la semaine et après les matchs. Sur les réseaux sociaux, on voit tout le monde lancer des flèches à Bob, mais ce n’est pas lui le problème. On est une équipe. Les Marquis de Jonquière, c’est une famille et on le sait depuis plusieurs années. Présentement, ce n’est pas sa faute et tout le monde lui lance des pierres. Ce qui est important, c’est de se soutenir », a dit Danick Malouin d’entrée de jeu.

« Je lui ai dit cette semaine qu’il n’a pas toujours à être la cible. C’est facile pour nous, on vient jouer notre match, mais après la rencontre, on ramasse notre équipement et on retourne chez nous à Granby et personne ne nous parle, à part nous demander si on a gagné. Les gens d’ici eux se font achaler toutes les semaines », a ajouté Danick.

De son côté, Jérémie a parlé de la confiance qu’ont les joueurs envers le personnel d’entraîneurs. « On a confiance en notre équipe. Dans la chambre, on le ressent. On a confiance en Bob, en Martin (Gagné) et en tout le personnel. On est soudés. C’est sûr qu’on n’a pas les résultats qu’on veut, mais on est prêts à agir tout le monde ensemble. On veut gagner avec ce groupe-là. »

Danick a ajouté que la solution se trouvait dans le vestiaire. « On est tous des êtres humains. Ça arrive de connaitre de mauvais matchs et on ne fait pas exprès. On veut trouver la solution et elle est dans la chambre. On a le talent pour le faire, il reste juste à le mettre en application. »

Il a également mentionné qu’il s’agit du meilleur moment pour connaitre des insuccès. « Quand on va se mettre à gagner, tout le monde va trouver ça rose. Présentement, ça ne va pas bien, mais c’est peut-être la meilleure chose que ça nous arrive en ce moment. Je ne pense pas qu’en arrivant dans les séries, c’est plaisant d’en perdre quatre de suite. Là, si on en perd cinq ou six, ce n’est pas le fun, mais c’est le temps de se resserrer les coudes, de se créer une chimie et de repartir vers l’avant. »

Jérémie a voulu remercier les partisans qui sont derrière l’équipe malgré les difficultés. « On se fait lancer des roches, mais quand on va gagner, ils vont tous nous aimer. Quand ça va moins bien, c’est là qu’on voit les vrais partisans. Ce soir (vendredi), il y en avait encore qui continuaient à nous encourager et on le ressentait. Le message n’est pas pour les partisans qui nous dénigrent, mais pour ceux qui continuent de nous encourager. Merci beaucoup et grâce à vous, ça nous remonte un peu le moral dans des moments difficiles. »

Cédrick Desjardins a cédé sa place à Karel St-Laurent après la première période.

De bons mots pour Cédrick Desjardins

Les deux joueurs se sont aussi portés à la défense de leur gardien Cédrick Desjardins qui connait un début de campagne difficile. « Les gens parlent de Bob Desjardins, mais aussi de Cédrick. Arrêtez de l’achaler, c’est le meilleur gardien de la ligue. L’année qu’on a gagné, on n’aurait rien gagné sans lui et même chose pour l’année dernière. Il se cherche présentement, mais ça arrive à tout le monde. Je ne pense pas qu’il descend de Québec pour échapper des rondelles », a exprimé Danick.