Cédrick Desjardins a été laissé à lui-même à plus d'une occasion face aux Éperviers.

Une défaite au goût amer

Les Marquis de Jonquière sont tombés à plat devant leurs partisans, samedi soir, s’inclinant devant les Éperviers de Sorel-Tracy par la marque de 7-3. Cette performance a laissé un goût amer dans la bouche de Benoît Gratton.

Le fait est qu’au lendemain de la victoire de son équipe face à ces mêmes Éperviers, l’entraîneur-chef des Jonquiérois espérait voir une certaine constance s’installer. Une constance, qui, à ses yeux, fait défaut depuis le tout début de la saison.

«On ne s’est pas présenté en première période, a tranché Benoît Gratton. Après une bonne performance à Sorel, je m’attendais à ce qu’on en sorte une deuxième de suite et c’est le message qu’on avait lancé. Honnêtement, notre première période, c’était une vraie honte. Nos défenseurs étaient atroces, nos attaquants étaient atroces. À part Cédrick Desjardins et (le défenseur Ryan) Sullivan qui a défendu son gardien, je pense qu’il y a juste du négatif. J’espère que des joueurs vont se regarder dans le miroir parce qu’une performance comme ça, ce n’est pas acceptable. Je ne pense pas que l’organisation va accepter ça très longtemps. On sait qu’on a une lacune en défensive, mais les défenseurs en uniforme doivent nous prouver qu’ils veulent être là et qu’ils veulent y demeurer. Si ça continue comme ça, on va jouer à deux trios et trois défenseurs.»

En retard 2-0 après 20 minutes de jeu, les Marquis ont littéralement couru à leur perte en deuxième période. En l’espace de six secondes, Danick Paquette et Jonathan Diaby ont écopé d’une pénalité majeure de cinq minutes, en plus d’être expulsés de la partie. Les deux s’en sont pris directement à un joueur de Sorel-Tracy, sans droit de réplique possible.

«Ce sont des gestes stupides, a concédé Gratton sans détour. Quand tu vas à la guerre pour défendre ton chum, je peux comprendre, mais c’était assez gratuit et égoïste. Les deux doivent le savoir et ils ne doivent pas être très fiers d’eux. En même temps, j’en ai fait aussi des niaiseries dans ma carrière et ce sont des genres de choses que tu regrettes. On ne peut pas se permettre de faire des choses de ce genre.»

Les Marquis devaient donc se débrouiller à trois contre cinq pendant près de cinq minutes, mais ils venaient aussi deux perdre deux pièces importantes du casse-tête. Les Éperviers ont pleinement profité de la situation en marquant deux fois pour faire 4-0, puis ils ont profité d’une autre supériorité numérique pour en ajouter une couche.

Francis Verreault-Paul a poursuivi sur sa lancée depuis son arrivée avec les Marquis en complétant un beau jeu de Jean-Simon Allard, mais le mal était fait. En retard 5-1 en troisième, Christian Ouellet et Yannick Riendeau ont redonné un peu d’espoir, en vain. Sorel-Tracy a finalement ajouté deux autres buts avant la fin du match.

«On a trouvé le moyen de revenir dans le match donc si on veut aller chercher un peu de positif, on va prendre ça, a laissé tomber Benoît Gratton. Disons que c’est difficile de ressortir du positif.»

Les Marquis reprennent l’action vendredi soir prochain. L’Assurancia de Thetford sera de passage au Palais des sports. Jonquière devra se débrouiller sans les services de Vincent Richer, blessé pour une période évaluée à deux semaines. Victime d’une infection à une main, Jérémie Malouin se rapproche d’un retour au jeu.

Ryan Sullivan est venu à la défense de Cédrick Desjardins en première période.