Les esprits se sont echauffés en première période, mais les officiels ont vite mis de l'ordre.

Une 9e victoire pour les Marquis

Et de 9! Les Marquis de Jonquière restent invaincus à la maison et pour les hommes de Richard Martel, il n'était surtout pas question de laisser les Éperviers de Sorel-Tracy, leurs principaux rivaux au sommet du classement de la Ligue nord-américaine, venir briser cette séquence parfaite. De sorte que malgré une deuxième période plus difficile, les Marquis de Jonquière ont doublé les Éperviers 4-2 devant les quelque 1690 spectateurs du Palais des sports.
Jean-Simon Allard a marqué deux fois pour les siens, dont un but dans un filet désert. Il a été cependant frustré sur ce lancer.
Il fallait voir les sourires des hommes de Martel à la sortie de la patinoire pour constater leur fierté à l'issue de cette victoire. Fait à signaler, ce sont trois joueurs de la région qui ont enfilé les buts, soit Jean-Simon Allard (2), Jean-Michel Bolduc et Christian Ouellet. Allard a d'ailleurs mérité la première étoile et Ouellet, la troisième.
Comme il l'avait fait la veille à Saint-Georges, l'Almatois Jean-Simon Allard a ouvert la marque avec à peine trois minutes de jouées en première. Dix minutes plus tard, Jean-Michel Bolduc doublait l'avance des Jonquiérois en marquant son premier but de la saison sur un beau tir de la pointe. Les esprits se sont échauffés et c'est finalement le jeune Simon Tremblay qui a jeté les gants devant Samuel Carrier. Le combat était en train de s'enflammer, chaque belligérant ayant perdu son casque, mais les officiels ont rapidement empêché la reprise des hostilités, au grand dam de la foule.
Si la première a été dominée par les Marquis, ce sont les Éperviers qui ont été les plus opportunistes en deuxième. Stéphane Roy et François Ouimet ont marqué les deux buts des visiteurs en autant d'avantages numériques, tandis que les Jonquiérois n'ont pu capitaliser sur leurs trois occasions.
En troisième, les Marquis ont levé leur jeu d'un cran pour reprendre l'avantage au pointage et sur les tirs au but (10-2). D'ailleurs, les Sorelois doivent une fière chandelle à leur gardien Charles Corsi (2e étoile) qui a tenu les siens avec des arrêts parfois in extremis. Christian Ouellet a trompé sa vigilance à la faveur d'un jeu de puissance tandis que Jean-Simon Allard a inscrit son second but de la rencontre dans un filet désert, alors que les Éperviers avaient retiré leur cerbère pour un sixième attaquant.
Trop confiants?
En entrevue d'après-match, Richard Martel estimait que ses troupes ont manqué de cohésion en deuxième. «Même s'il s'agissait d'un troisième match en autant de soirs pour Sorel, de la façon dont leur équipe est faite, je savais que nous aurions de la difficulté parce qu'ils ont joué à quatre sur la ligne au centre de la glace, donnant ainsi peu d'espace pour pénétrer dans la zone. En troisième, on s'est dit qu'on n'avait pas le choix de jouer plus fort qu'eux et les joueurs ont bien répondu, surtout la ligne de (Hugo) Carpentier, (Benoit) Gratton et (Jean-Simon) Allard. Ils ont bourdonné autour du filet et Benoit a pris les coups devant le filet et se relevait. Il était vraiment fatigant pour l'adversaire et c'est là que le tempo est arrivé», a analysé l'entraîneur-chef.
Quant au désir des siens de se venger du dernier match à Sorel, Martel admet que ses troupes ont un peu pris les choses un peu à la légère, surtout qu'ils menaient 2-0 après le premier vingt. «On avait tellement joué un bon match à Saint-Georges que les gars sont arrivés ici, et l'humain étant ce qu'il est, ils savaient que c'était le 3e match en trois soirs pour Sorel, et que des gros joueurs comme Marco Charpentier, Rose et Dumas n'étaient pas là. On s'est occupé de mettre le bon focus pour le match et on a bien sorti en première et on voyait qu'il y avait de l'électricité dans l'air. Mais en deuxième, quand tu ne profites pas tes chances, ça devient 2-1 ou c'est 3-0. Le 2-1 change souvent le match et le 3-0, ça explose et ça finit 6-1. C'est toujours le fameux but important où la game se joue.»
Enfin, Martel estime que la victoire à la maison est toujours importante, peu importe le moment de la saison. «Les bonnes équipes sont difficiles à jouer chez eux. Ici, c'est notre forteresse et il faut toujours sortir avec la victoire.»
Les Marquis en bref
Maxime Sauvé, qui connu un bon premier match à Saint-Georges aux côtés de Stefan Chaput et Alexandre Quesnel, a été muté avec Jérémie Malouin et Jean-Sébastien Bérubé. Le pilote des locaux estime d'ailleurs que le nouveau venu a connu ses meilleures chances avec Malouin et Bérubé...
Richard Martel se demandait s'il avait eu une bonne idée en tenant une pratique optionnelle pour les joueurs alors qu'ils étaient revenus de Saint-Georges à 3 h du matin. Douze étaient présents et à voir le manque de finition de ses protégés autour du filet, il s'est demandé si ces derniers avaient suffisamment récupéré....
L'animateur de l'émission de sport Dans le vestiaire à CKAJ, Michel Thiffault, a lancé l'idée de tenir un défi LNAH contre la ECHL ou la Ligue américaine pour donner de la visibilité aux talents qui sont de plus en plus nombreux.. L'ancien propriétaire des Condors de Jonquière a discuté du projet avec son collaborateur Max Bradette, de CJMS, qui était bien connu dans le monde des courses de chevaux à l'époque où il résidait à Jonquière. Samedi soir, Michel Thiffault a moussé l'idée lors d'une discussion avec Gilles « Pélo » Péloquin, descripteur des matchs des Éperviers à CJSO. Les deux matchs hors concours contre une formation des circuits américains pourraient être les deux meilleures équipes de la LNAH qui ont fini en tête du classement. Thiffault aimerait que la LNAH examine au moins la faisabilité d'un tel projet...
Le Saguenéen Guillaume Coudé s'est contenté de regarder le match des gradins. Les services de l'homme fort des Éperviers n'étaient pas requis puisque Richard Martel n'habille qu'un tough pour le match....
Martel a eu un bon mot pour Vigneault-Bélanger. « Ça faisait trois ans qu'il attendait son tour et il n'acceptait pas du tout d'être réserviste, alors il m'a demandé si je pouvais bouger. C'est un bon kid qui vient de la région. Il a sa place (dans la ligue), mais ici, il y a embouteillage (à l'avant)... Johanne Saint-Pierre