L’entraîneur-chef des Marquis de Jonquière, Benoit Gratton, est convaincu que le vent finira bien par tourner. Même si ses troupes triment dur, les résultats ne sont pas au rendez-vous depuis quelques temps.

Un lent départ coule les Marquis

Un lent début de rencontre aura été coûteux pour les Marquis de Jonquière qui se sont inclinés 3-2 face à l’Assurancia de Thetford Mines, devant à peine 778 spectateurs au Centre Mario-Gosselin. Les protégés de Benoit Gratton ont amorcé une remontée en deuxième moitié de rencontre, mais en vain.

Loin d’être découragé après la rencontre, l’entraîneur-chef des Marquis était plus convaincu que jamais que ses troupes sont sur la bonne voie et que le vent finira bien par tourner.

«À l’exception des dix premières minutes où l’on n’avait comme pas de jambes et une erreur individuelle qui a mené à un but sur notre jeu de puissance, dans les 50 autres minutes, on a limité les lancers à 13 ou 14 lancers», fait-il valoir. «Je sais qu’on n’a pas les résultats présentement, mais je trouve qu’il y a du positif à retirer des deux derniers matchs», affirme Benoit Gratton, qui estime que ses hommes auraient mérité de gagner les deux derniers duels.

Parfois, sur la glace, les efforts des troupes ne sont pas toujours récompensés, souligne-t-il. «Cette année, on a gagné des matchs où je n’étais pas satisfait de notre façon de jouer, mais comme on gagnait, ça paraissait bien. Par contre, je pense que depuis deux matchs, on joue de la bonne façon et je crois que ça va nous rendre plus fort. Les gars veulent se sortir de ce creux de vague et ils prennent les moyens pour s’en sortir. C’est dur mentalement pour tout le monde parce qu’on n’a pas les résultats, mais le processus s’en va dans la bonne direction.»

Benoit Gratton rappelle que même si les Marquis tiraient de l’arrière 3-0 en deuxième, ils n’ont jamais baissé les bras et ils ont même redoublé d’ardeur en troisième, bataillant jusqu’à la toute fin. «Je trouve que ça envoie un signal qu’on a des vrais dans cette équipe et qu’on ne baisse pas les bras. La seule chose qu’on peut faire, c’est rester uni et continuer à travailler fort, car il y a beaucoup de négatif autour de l’équipe», déplore-t-il.

Mauvais départ

À Thetford, les Marquis ont mal amorcé la rencontre, puisqu’il n’y avait même pas cinq minutes d’écoulées que Maxime Lecours parvenait à déjouer le gardien Cédrick Desjardins malgré un désavantage numérique. À mi-chemin de la première, Marc-Olivier Mimar a réussi à doubler l’avance des locaux sans que les Marquis ne parviennent à répliquer.

Malgré les efforts des Jonquiérois pour se relancer, ce sont encore les locaux qui ont réussi à conforter leur avance à 3-0 à mi-chemin de la rencontre. Heureusement, à peine une minute plus tard, Jonathan Diaby a réussi à percer la muraille de Philippe Cadorette à la faveur d’un avantage numérique. Yannick Riendeau et Alexandre Quesnel ont récolté une mention d’aide.

Mais l’indiscipline des Marquis aurait bien pu être coûteuse puisque les Jonquiérois se sont retrouvés à court de deux hommes pendant 3:35 minutes, et ce, avec moins de cinq minutes à faire dans la médiane. L’Assurancia a multiplié les lancers pour doubler les visiteurs 11-5, mais la défensive jonquiéroise a fait le boulot, dont Diaby qui a bloqué plus d’un tir.

Les troupes de Benoit Gratton ont augmenté le tempo en troisième et ç’a fini par porter fruits. Danick Paquet a réduit l’écart à un seul but sur un tir de revers, avec moins de huit minutes à faire dans la rencontre. Malgré une nette domination des Marquis dans les lancers en troisième (13-2), ces derniers ont dû concéder la victoire.

Les deux gardiens ont mérité une étoile, Cadorette la deuxième et Desjardins la troisième. Le premier a fait face à 29 lancers tandis que Desjardins en a repoussé 22 sur 25.

Les Marquis voudront certainement prendre leur revanche samedi soir, au Palais des sports, alors qu’ils croiseront le fer une dernière fois contre les meneurs au classement en saison régulière.

+

EN BREF

Les défenseurs Danick Malouin (blessé) et Napessis André, ainsi que l’attaquant Samuel Blanchet n’étaient pas de l’alignement vendredi...

Par contre, Jérémy Vigneault-Bélanger a disputé son premier match dans l’uniforme des Marquis cette saison. Il avait porté les couleurs jonquiéroises en début de saison de 2016-17 avant d’être échangé à Trois-Rivières...

Mine de rien, après le présent week-end, il ne reste que cinq matchs au calendrier des Marquis, dont trois à domicile. Le 15 février, ils recevront Saint-Georges au Palais des sports, puis le 22, ce sera la visite des Pétroliers de Saint-Jérôme, une formation qui a bien changé depuis leur dernier passage. Le lendemain, les Marquis leur rendront visite à Saint-Jérôme. Le 1er mars, les Marquis visiteront les Éperviers à Sorel, et la saison régulière prendra fin avec la visite de Rivière-du-Loup au Palais des sports le 2 mars...

Bonne idée que celle des Éperviers de Sorel-Tracy de participer à une Classique dans la ville de Saint-Ours, samedi, afin d’y participer à une première classique hivernale. En plus de patiner en compagnie des amateurs de hockey, les joueurs prendront part à concours d’habiletés et à un match amical avec les jeunes de l’endroit...