Le gardien Cédrick Desjardins a fait face à 59 tirs en un peu plus de quatre périodes.

Un but controversé en 2e prolongation coule les Marquis [VIDÉO]

Après avoir tous deux gagné sur la patinoire adverse en fin de semaine, les Marquis et l’Assurancia sont de nouveau de retour à la case départ après les quatre premiers matchs de la série demi-finale de la Ligue nord-américaine de hockey. Samedi soir, au Palais des sports, un but controversé en début de deuxième prolongation a permis aux visiteurs de se sauver avec une victoire de 2-1.

Marqueur du seul but des siens en temps réglementaire en première, Marc-Olivier Mimard a joué les héros pour Thetford, faisant dévier la rondelle avec son patin. Il restait à déterminer s’il avait fait un mouvement intentionnel vers l'avant et après consultation, les arbitres ont jugé que non, au grand déplaisir des 1501 amateurs qui ne se sont pas gênés pour laissé savoir leur mécontentement. Les officiels ont même eu besoin de l’aide des agents de sécurité pour quitter la patinoire alors qu’en même temps, des joueurs des Marquis continuaient d’argumenter. Leurs adversaires avaient quitté festoyer dans leur vestiaire depuis quelques minutes. 

«C’est certain qu’en ce moment, il y a une certaine frustration», a reconnu l’entraîneur-chef des Marquis Benoît Gratton après la rencontre, préférant ne pas commenter la séquence, d’autant plus qu’il n’avait pas encore vu la reprise au moment de son point de presse. À ce propos, il a expliqué que le système de reprise vidéo permettait seulement de valider si la rondelle avait franchi la ligne rouge. 

Les locaux ont connu un départ chancelant et la rencontre a véritablement pris son rythme en troisième période. Lors du premier 20 minutes de prolongation, les Marquis ont obtenu quelques bonnes chances de mettre fin à la rencontre et du même coup envoyer leurs rivaux dans les câbles, mais Philippe Cadorette a sorti la jambière à quelques occasions, deux fois plutôt qu’une aux dépens de Jean-Sébastien Bérubé. À l’autre bout, Cédrick Desjardins a été occupé tout au long de la soirée, faisant face à 59 tirs. 

«Ils ont eu beaucoup plus de tirs en première période de prolongation, mais on a eu beaucoup plus de chances. On n’a pas été capables de la mettre dedans comme on dit. Leur gardien a bien fait, Cédrick aussi. En prolongation, c’est souvent ça, c’est un lancer. C’est exactement ce qui est arrivé. Ils ont eu leur chance et malheureusement, c’est eux qui ont marqué», de laisser tomber Benoit Gratton qui a dû composer encore une fois avec un alignement réduit dans cette rencontre. 

«On ne veut pas utiliser d’excuses. Eux aussi ont quelques joueurs qui sont hors de l’alignement. Dans les séries, tu utilises les joueurs que tu as et ils doivent essayer de donner leur meilleur et c’est ce qu’ils ont fait. Je suis fier de mon équipe présentement. On était à un but de mener la série 3-1, mais là c’est 2-2. Il faut retourner à Thetford et essayer de faire le même coup que vendredi», de raconter l’entraîneur jonquiérois, précisant que le défenseur Mathieu Brisebois et l’attaquant Danick Paquette, blessé dans la rencontre de vendredi, devraient normalement être en uniformes pour le cinquième duel qui sera disputé mercredi soir au centre Mario-Gosselin.  

Après quatre matchs, l'animosité se fait sentir entre les deux équipes.

Très efficace depuis le début de la série avec un taux d’efficacité frôlant 35%, l’attaque massive jonquiéroise a été réduite au silence samedi en huit occasions. Marc-Olivier Mimard a même marqué alors que les siens évoluaient à court d’un homme sur une échappée à mi-chemin en première. C’était la quatrième fois que les Thetfordois ouvraient la marque et la dixième fois en 12 rencontres que les Marquis concédaient le but initial depuis le début des séries. Ce pointage est demeuré jusqu’en début de troisième période quand Alexandre Quesnel s’est moqué de la défensive de l’Assurancia sur une superbe pièce de jeu individuelle. 

«Si on l’avait compté ce but-là (en avantage numérique), on l’aurait gagné la ‘‘game’’. Si tu regardes après, ce qui a fait la différence, c’est sûr qu’il faut regarder ce qui s’est passé avec l’avantage numérique. Je trouve qu’on ne prends peut-être pas assez de lancers au filet. Il faut leur donner crédit, ils sont vraiment dans les lignes de tirs. C’est difficile de les trouver. Il faut peut-être y aller pour des lancers plus simples au lieu d’y aller pour la grosse bombe, un lancer du poignet pour envoyer des rondelles au filet rapidement. C’est plus difficile pour les joueurs de désavantage numérique de se trouver dans les lignes de tirs à ce moment», d’expliquer Benoit Gratton.

Marquis en bref
• Après le cinquième match de mercredi, la sixième rencontre sera disputée vendredi soir au Palais des sports. Si une septième partie est nécessaire, elle aura lieu le lendemain, à Thetford. 

• L’attaquant de l’Assurancia Francis Wathier voulait vraiment disputer ce quatrième match. Entraîneur de l’équipe de hockey dans laquelle son fils, il est parti de Gatineau en matinée en voiture en direction du Saguenay. Il retournait à la maison après la rencontre pour de nouveau se retrouver à l’aréna dimanche matin.