L’Assurancia de Thetford mène la série 3-2 et aura l’occasion d’en finir vendredi soir au Palais des sports.

Un autre match sans lendemain pour les Marquis

Pour une troisième fois depuis le début des séries éliminatoires de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH), les Marquis disputeront un match sans lendemain, vendredi soir. Pour une première fois, ils profiteront de l’appui de leurs partisans, lors du sixième match face à l’Assurancia de Thetford, au Palais des sports.

En première ronde, les Éperviers de Sorel avaient terminé le travail lors du cinquième match à domicile. Les Marquis avaient une deuxième chance de tout de même accéder à la demi-finale dans une courte série 2 de 3 face aux 3 L de Rivière-du-Loup, et lors du match ultime, Christian Ouellet a joué les héros en prolongation. « Là c’est vrai », a noté l’entraîneur-chef des Marquis, Benoit Gratton, sur l’urgence de la situation après la cinquième partie, mercredi soir, où ses troupiers se sont effondrés en troisième période pour s’incliner 4-0. Ce revers permettait aux Thetfordois de prendre une avance de 3-2 dans la série. Pourtant, même s’ils tiraient de l’arrière 1-0 après 40 minutes, les Marquis dominaient 29-14 dans la colonne des tirs au but, ayant obtenu plusieurs bonnes occasions, mais se butant à Philippe Cadorette. Ils ont ensuite été complètement embourbés dans leur territoire au troisième engagement, n’obtenant que deux tirs alors que les locaux ont marqué trois fois.

« C’est drôle parce que de la manière dont on a joué durant les deux premières périodes, si on est capables d’aligner trois périodes consécutives comme ça vendredi, dans le match 6, on va avoir une bonne chance de revenir à Thetford samedi », d’estimer Benoit Gratton.

Le gardien de l’Assurancia, Philippe Cadorette, n’a permis qu’un seul but au cours des deux dernières rencontres, des victoires de 2-1 en prolongation et de 4-0.

Quesnel confiant

Le capitaine des Marquis, Alexandre Quesnel, a connu cette situation de match sans lendemain à plusieurs reprises et des deux côtés de la clôture. Dans son esprit, les Marquis ont ce qu’il faut pour venir à bout de l’Assurancia, mais ils doivent absolument éviter les baisses de régime comme mercredi.

« C’est comme si on avait levé le pied en troisième et c’est ce qui nous a coûté le match. C’est dommage, mais il faut se regarder dans le miroir. On devra travailler ensemble vendredi pour forcer ce fameux match numéro 7 », avançait l’attaquant de 29 ans à sa sortie du vestiaire.

« On a joué quasiment le double des matchs de toutes les autres équipes. On a fait face à de l’adversité et on sait ce que ça prend pour gagner. C’est ce qu’on va amener vendredi », d’assurer le vétéran.

En 13 rencontres éliminatoires, Alexandre Quesnel a jusqu’ici cumulé 12 points. Il n’est devancé à ce chapitre au sein de la formation régionale que par Yannick Riendeau avec 14. Le gardien Philippe Cadorette a toutefois eu le dernier mot sur l’attaque jonquiéroise lors de l’équivalent des cinq dernières périodes. « Il faut mettre un peu plus de trafic devant lui. C’est un bon gardien, mais il n’est pas incroyable. Il a ses faiblesses comme tout le monde. On en a marqué quelques-uns contre lui depuis le début de la série », d’observer Alexandre Quesnel. Lors des cinq premiers duels, les Marquis ont touché la cible à 13 occasions tandis que Cédrick Desjardins a été déjoué 18 fois, dont 11 fois lors des matchs 1 et 5.