Les trois premières minutes de la deuxième période ont été explosives, alors que les Éperviers de Sorel-Tracy et les Marquis de Jonquière ont chacun marqué deux buts. Pour Jonquière, Alexandre Picard (20) a déjoué Karel Saint-Laurent deux fois en 30 secondes, avec l’aide de Gabyel Paquin-Boudreau (23) et de Francis Verreault-Paul.

Un 4e revers de suite à la maison pour les Marquis

Les Marquis de Jonquière traversent un creux de vague à domicile. Vendredi, pour un quatrième match consécutif au Palais des sports, les hommes de Benoit Gratton ont subi la défaite en s’inclinant 5-2 contre les Éperviers de Sorel-Tracy.

Pourtant, jeudi, à Sorel-Tracy, les Marquis s’étaient imposés 4-1 face à ces mêmes Éperviers. Un scénario de déjà-vu que l’entraîneur-chef Benoit Gratton avait tenté de contrer dans la préparation d’avant-match. En vain cependant.

«C’est ce qui est le plus frustrant. Jeudi, nous avons joué un bon match, nous avons compétitionné, on a bloqué des lancers. On a joué un match sur la route un peu comme ils l’ont fait ce soir. Ça fait deux fois que ça arrive, qu’on va les battre à Sorel et que le lendemain, ils viennent nous battre chez nous. La mission était d’aller chercher un deuxième gain consécutif contre la même équipe et les deux points», a commenté le pilote des Marquis, évidemment déçu de ce revers devant 1451 spectateurs.

Ce dernier estime que ses troupes ont manqué de concentration en début de rencontre, peut-être en raison du retour de Jean-Michel Bolduc. «Notre focus n’était peut-être pas à 100 % dans le match, mais l’émotion, ça prend ça et je crois que Jean-Michel va en amener. C’est certain que ce sera positif dans les prochaines semaines», estime-t-il.

Après une première période sans but, les deux formations ont explosé en début de deuxième. En trois minutes, chaque équipe a marqué deux buts. Il faut dire que le premier des Éperviers était un peu prévisible, puisque les Marquis ont écopé d’une double pénalité pour ainsi se retrouver à court de deux hommes. Louis Mandeville a fait mouche 34 secondes après le début de la médiane, tandis que son coéquipier Benjamin Rubin doublait la mise 10 secondes plus tard, toujours en avantage numérique.

La réplique des Jonquiérois a été tout aussi électrisante, Alexandre Picard (2e étoile) marquant deux buts en 30 secondes (le premier sur un jeu de puissance), avec la complicité de ses compagnons de trio, Gabryel Paquin-Boudreau et Francis Verreault-Paul. Mais ce sera la seule étincelle fructueuse des locaux qui ne parviendront plus à déjouer le gardien Karel Saint-Laurent par la suite. De son côté, Cédrick Desjardins a encore eu une soirée occupée et après 40 minutes de jeu, il avait cédé à quatre reprises sur 31 tirs, Adam Leblanc-Bourque et André Bouvet-Morissette faisant bouger les cordages.

Saguenay (Chicoutimi) 
 Hockey les Marquis 
 Photo Rocket Lavoie Le Quotidien

Avec une avance de deux buts, les Sorelois ont fermé le jeu et neutralisé les unités spéciales des Jonquiérois en au moins trois occasions. Première étoile de la rencontre, Bouvet-Morissette inscrira le dernier but du match avec 23 secondes à faire dans un filet désert. Au final, Desjardins a fait face à 40 lancers contre un total de 24 pour Saint-Laurent.

La trappe

«(Les Éperviers) ont joué une ‘‘game’’ plate en nous attendant à cinq en zone neutre et on est un peu tombés dans le piège en essayant peut-être de travailler un peu plus individuel ou en essayant la longue passe, on n’a pas de grandes chances de rentrer dans la zone. On s’est ajusté un peu et à 2-2, c’était plus difficile en zone neutre. Malheureusement, ils ont marqué deux buts et ont repris la trappe. Je pense qu’on a manqué d’énergie à force d’essayer et on n’a pas su profiter de nos chances», avance Benoit Gratton.

L’entraîneur-chef est conscient que ce quatrième revers à la maison peut susciter la grogne des partisans. Mais cette situation déplaît aussi aux joueurs. «Les joueurs sentent peut-être une certaine pression. J’ai senti que sur l’avantage numérique, nos joueurs tenaient leur bâton un peu plus serré et on essayait de forcer. Et j’ai senti beaucoup de frustration, notamment en troisième période. Pour avoir été dans cette situation, je sais comment ils se sentent et en tant qu’entraîneur, j’essayais de leur dire de rester dans le présent et d’oublier ce qui venait de se produire sur la glace, mais parfois, c’est plus fort que soi», convient l’entraîneur-chef.

Ce dernier refuse de tomber dans le négatif, puisque ses protégés ont tout de même une fiche de .500 en fin de semaine.

+

LES MARQUIS EN BREF

• Malgré le retour de Jean-Michel Bolduc, la défensive des Marquis est toujours amputée de deux excellents éléments en Jonathan Diaby et Mathieu Brisebois. Mais la situation devrait se résorber dès vendredi prochain, alors que les Marquis rendront visite à l’Assurancia de Thetford...

• Diaby a purgé son dernier match de suspension vendredi tandis que Brisebois prend du mieux. Il était à Sorel jeudi et il pourrait être en uniforme vendredi. L’absence de Brisebois et Diaby lors des avantages numériques se fait cruellement sentir...

• Les officiels avaient la mèche courte vendredi. Ils ont décerné deux 10 minutes d’inconduite à des joueurs des Marquis, Jonathan Oligny et Yannick Riendeau. D’ailleurs, les partisans des Marquis n’ont pas apprécié leur travail et leur ont fait savoir avec leur rengaine bien connue...

• Outre Brisebois, Samuel Blanchet et Napessis André n’étaient pas en uniforme...

• Les Marquis ne sont pas chanceux à domicile avec le retour de leurs enfants prodigues. Que ce soit pour le retour de Christian Ouellet, de Francis Verreault-Paul ou de Jean-Michel Bolduc, leur premier match à la maison s’est soldé par une défaite...

• Qu’à cela ne tienne, les locaux restent fort populaires. Après la rencontre de vendredi, Jean-Michel s’est prêté avec plaisir aux photos en compagnie de ses fans...