Le défenseur Vincent Richer a été sacrifié par les Marquis pour faire l’acquisition du gardien Karel Saint-Laurent.

St-Laurent revient avec les Marquis

Le gardien Karel St-Laurent est de retour avec les Marquis de Jonquière. Le vétéran gardien a été acquis des Éperviers de Sorel, mardi, en retour du défenseur Vincent Richer, pour seconder Cédrick Desjardins.

« On avait besoin d’un deuxième gardien. Je ne veux pas manquer de respect à Étienne (Roy), mais c’est un jeune gardien qui n’a pas beaucoup d’expérience. Karel était disponible, on pouvait aller le chercher et je n’ai pas hésité une seconde. Le prix à payer, c’était Vincent. Il a rendu de fiers services aux Marquis au cours des deux dernières années, mais c’était le prix à payer. Les deux DG, on s’est gratté le dos là-dedans », a expliqué l’entraîneur-chef et directeur général des Marquis Bob Desjardins, après avoir reçu la confirmation des autorités de la Ligue nord-américaine de hockey, mercredi midi. « Ç’a été fait avec respect cette transaction avec Christian Deschênes », a-t-il pris la peine de souligner.

À sa quatrième saison complète avec les Éperviers, Karel St-Laurent se trouvait pris derrière le duo de Marc-Antoine Gélinas et Mathieu Dugas. Il n’a obtenu que deux départs, accordant cinq buts lors des deux occasions. « L’an dernier en finale, je l’avais vu face aux Marquis et je l’avais trouvé bon », souligne Bob Desjardins à propos du nouveau venu qui avait maintenu un pourcentage d’arrêt de ,908, l’an dernier, en cinq matchs en séries éliminatoires.

Après son stage junior et un passage chez les professionnels, Karel St-Laurent avait porté les couleurs des Marquis en 2012-2013 avant de poursuivre sa carrière dans les rangs universitaires à McGill. Il s’est ensuite joint à Laval, puis aux Éperviers. St-Laurent a réagi sur Facebook dans un long message. Il a d’abord remercié les partisans des Éperviers avant de montrer son enthousiasme face à ce nouveau départ à Jonquière.

Le DG des Marquis a toutefois sacrifié un défenseur dans une brigade déjà amochée, surtout depuis la suspension de dix rencontres imposée à Jonathan Diaby pour des événements survenus à Laval. Bob Desjardins assure avoir un plan B si la suspension à Diaby est maintenue à la suite de l’appel survenu mardi soir à Québec. La réponse définitive tombera d’ici vendredi matin au maximum.

« Je n’ai pas fait cette transaction pour me mettre dans le trouble à une autre position », annonce Bob Desjardins, satisfait du déroulement de l’appel.

« Je pense que ç’a bien été, à moins que je me fasse de fausses impressions. Éric Gravel avait monté un très bon dossier. On était prêts et on a apporté de bons points. En espérant maintenant que ce soit positif, mais je suis confiant », d’exprimer Bob Desjardins.