Les Marquis de Jonquière ont perdu les services de leur capitaine et meilleur marqueur, Alexandre Quesnel, vendredi, lors du match à Thetford Mines. Le #42 rencontre un spécialiste lundi et il connaîtra la durée de son absence, mais il y a de fortes chances qu’il soit à l’écart pour les séries.
Les Marquis de Jonquière ont perdu les services de leur capitaine et meilleur marqueur, Alexandre Quesnel, vendredi, lors du match à Thetford Mines. Le #42 rencontre un spécialiste lundi et il connaîtra la durée de son absence, mais il y a de fortes chances qu’il soit à l’écart pour les séries.

Saison terminée pour le capitaine des Marquis, Alex Quesnel

Une mauvaise nouvelle n’attend pas l’autre pour les Marquis de Jonquière qui ont perdu les services de leur capitaine, Alexandre Quesnel, pour le reste de la saison régulière et probablement pour les séries. Le meilleur marqueur de la formation jonquiéroise, qui pointe au 4e rang de la Ligue nord-américaine de hockey, a en effet subi une blessure majeure à une épaule lors du match de vendredi soir, à Thetford Mines, et tout porte à croire qu’il ne sera pas de retour avant plusieurs semaines.

Joint dimanche, Quesnel n’a pas voulu se prononcer sur la durée de son absence avant d’avoir été vu par un spécialiste, ce qui devrait être chose faite lundi, alors qu’un orthopédiste pourra lui donner l’heure juste sur sa blessure. Le #42 semblait bien malheureux à l’autre bout du fil, parce qu’il a l’impression de laisser tomber ses coéquipiers à un mauvais moment de la saison, mais aussi parce qu’au fond de lui, il garde espoir que la blessure soit moins importante qu’anticipée.

«J’ai subi une mise en échec durant une supériorité numérique et c’était une mise en échec bien normale. C’est juste que je n’ai pas vu le gars arriver. J’ai senti qu’il y avait quelque chose de pas correct à mon épaule et en rentrant au banc, j’ai réalisé que ça faisait un peu plus mal que je pensais. Je suis allé dans la chambre et en enlevant mon équipement, je me doutais de ce que c’était parce que ça m’était arrivé à mon autre épaule (à 19 ans dans le junior majeur) et je me souvenais de la douleur. Je vais rencontrer un orthopédiste demain matin (lundi) et on va pouvoir avoir un diagnostic plus précis», a-t-il relaté.

«Ça allait bien et je trouve ça plate, mais ce sont des choses sur lesquelles je n’ai aucun contrôle, soupire-t-il. C’est dommage! On dirait que je me sens comme si je laissais tomber les gars même si je sais que ce n’est pas le cas et que ce n’est pas de ma faute.»

Tant qu’il n’aura pas reçu l’avis de l’expert, Quesnel préfère ne pas s’avancer sur la durée de son absence. «Honnêtement, je ne veux pas me prononcer là-dessus. J’aime mieux ne pas penser à ça et y aller un jour à la fois. Je ne veux pas me faire de faux espoirs ni à personne non plus. Je vais attendre le diagnostic, mais disons que ça ne regarde pas bien», convient celui qui avait amassé 35 points (16 buts, 19 passes) en 22 matchs jusqu’à maintenant.

Le capitaine des Marquis a discuté de sa situation avec Hugo Carpentier, l’ancien capitaine des Marquis, qui avait déjà subi une blessure similaire par le passé. «Il m’a dit que ça lui avait pris deux mois, mais je ne sais pas si c’était la même chose.»

Lors de son année de 19 ans avec les Olympiques de Gatineau, Alex Quesnel avait subi une blessure semblable à l’épaule juste avant les séries qu’il avait bien sûr ratées. Le point positif, s’il en est un, c’est qu’il n’a jamais ressenti de douleur à cette épaule après avoir subi l’opération.

Des briques sur la tête

Avec huit matchs à disputer en saison régulière, dont la moitié à la maison, l’entraîneur-chef des Marquis, Bob Desjardins, est découragé de voir tant de ses guerriers affligés par les blessures. «Après sa blessure, vendredi, (Quesnel) était tellement déçu. Il était démoli et nous aussi d’ailleurs. On lui a fait prendre l’avion parce qu’il ne pouvait pas conduire. Mais on a vu le joueur de hockey en lui. Il nous a dit qu’il se ferait opérer cette semaine pour revenir dans les séries, mais ça tiendra du miracle si c’est le cas parce qu’il a les quatre ligaments de l’épaule déchirés. C’est une blessure de grade 4», a expliqué le pilote des Jonquiérois, d’autant plus déçu que les Marquis semblaient avoir retrouvé une bonne lancée.

Outre Quesnel, Desjardins était en attente de nouvelles de James Desmarais, blessé à un genou. Ce dernier a passé une résonnance magnétique dimanche et l’entraîneur-chef se croise les doigts pour que la saison du #78 ne soit pas terminée elle aussi.

Il était même prêt à faire brûler des lampions à Saint-Antoine de Padoue ou à Saint-Jude pour que ses troupes retrouvent la santé. Car Mathieu Brisebois et Jean-Simon Allard sont absents pour encore deux semaines et Jérémy Vigneault-Bélanger pour deux ou trois semaines. Le Shérif Sean McMorrow a été opéré pour une fracture à la main qui tarde à guérir.

«Philippe Paradis, c’est incroyable qu’il ait été capable de jouer le match de samedi (où il a récolté deux buts et une passe) et Garrett Clarke joue sur une jambe. Il n’a pas fini le match», a résumé Bob Desjardins qui avait fait appel à Yann Joseph, Yann Poirier, Guillaume Veilleux et Simon-Claude Blackburn en renfort. Les Marquis ont subi deux revers crève-coeur, l’un de 4-3 vendredi à Thetford et l’autre de 5-4 samedi, à Rivière-du-Loup.

Le pilote des Marquis ne veut plus prendre de chances. «D’ici la fin de l’année, les gars qui seront dans l’alignement seront à 100 %. On ne prendra plus de risques.»

La bonne nouvelle, c’est qu’ils pourront à nouveau compter sur Danick Paquette, qui a purgé ses deux matchs de suspension, mais aussi sur le fait qu’ils n’auront qu’un match au programme par week-end pour les deux prochaines semaines. Prochain match samedi, au Palais des sports, avec la visite des Éperviers de Sorel-Tracy à 19h30.