Benoit Gratton

Reprise des hostilités vendredi

Après une première fin de semaine qui n’a pas fait de maître, les Marquis et les Éperviers reprendront les hostilités, vendredi soir, au Colisée Cardin de Sorel, avec une égalité de 1-1 dans la série quatre de sept.

« Ça pourrait être 2-0 pour eux comme ça pourrait être 2-0 pour nous. C’était vraiment deux matchs qui auraient pu tourner d’un bord comme de l’autre. Dans les deux rencontres, il y a vraiment eu de gros changements de momentum des deux bords. Les deux gardiens ont été solides aux bons moments. Les amateurs sont bien servis jusqu’à maintenant. C’est une belle série physique avec des buts marqués. L’intensité est déjà à son plus haut », signale l’entraîneur-chef des Marquis, Benoît Gratton.

Dans cette fin de semaine initiale opposant les équipes 3 et 4 au classement de la Ligue nord-américaine de hockey, les deux équipes l’ont emporté devant leurs partisans. Les Éperviers ont ouvert avec une victoire et les Marquis ont répliqué le lendemain. « De notre côté, ç’a l’air cliché, mais on doit en voler une dans leur bâtisse. Dans le hockey d’aujourd’hui, je trouve que l’avantage de la glace n’a pas la même importance qu’il y a une vingtaine d’années, mais quand même. Si on veut remporter la série, on va devoir aller en chercher une là-bas », rappelle Benoît Gratton.

« Mathématiquement, on n’a pas le choix d’aller en chercher une sur leur patinoire si on veut gagner. Le plus tôt possible sera le mieux. C’est sûr qu’on veut éviter d’aller jouer un 7e match là-bas. S’il y a un moment où l’avantage de la glace peut avoir plus d’importance, c’est dans un match ultime. On ne veut pas devoir se rendre là. Notre objectif, c’est d’arracher un match sur la route le plus tôt possible. C’est certain qu’on va arriver prêts vendredi », d’assurer l’entraîneur-chef des Marquis.

Gratton espère toutefois une plus grande discipline de la part de ses troupiers que lors des deux premiers affrontements qui se sont déroulés sous des styles d’arbitrage différents. À moins de changements de dernière minute, il pourra compter sur le même alignement, à commencer par le gardien Cédrick Desjardins.

« Souvent, on entend que le match numéro 3 est le pivot de la série. Est-ce que c’est vraiment vrai ? Le prochain match est toujours aussi important que celui que tu viens de jouer. Si on s’en va à la maison avec une avance de 2-1, c’est sûr qu’il va y avoir une petite pression de leur côté. Ce sera encore une fois une guerre de tranchées. On va devoir se battre pour chaque pouce sur la glace », estime Benoît Gratton.