Le duel entre les Marquis et les 3L marquera également les retrouvailles pour le gardien Loïc Lacasse avec son ancienne formation.

Premier choc face à Rivière-du-Loup

Les Marquis de Jonquière devront avoir à l’œil le premier trio des 3L de Rivière-du-Loup, durant la demi-finale de la Ligue nord-américaine de hockey qui se mettra en branle vendredi soir, au Palais des sports.

Aussi invraisemblable que ça puisse paraître, les Marquis et les 3L n’ont jamais croisé le fer en séries. En fait, ils se sont affrontés deux fois en 2010 alors qu’un tournoi à la ronde faisait office de première ronde et que la formation de Rivière-du-Loup s’appelait le CIMT... Les deux équipes ont remporté quatre victoires en saison régulière. 

Le trio de Marc-André Tourigny, Marc-Olivier D’Amour et Keven Veilleux a fait la pluie et le beau temps cette saison, cumulant pas moins de 169 points. Au premier tour, dans la victoire des siens en sept, Tourigny a mené la charge avec 11 points. « Ils ont quand même été constants. Ils n’ont pas eu de passe plus difficile. Ce sera vraiment une ligne à surveiller. Le plan de match sera axé sur ce trio. C’est certain qu’on devra bien jouer en équipe contre tous leurs trios, mais particulièrement contre celui-là. On devra être concentrés et prêts à les affronter », de faire valoir l’entraîneur-chef des Marquis, Benoît Gratton.

« Ils ont d’autres joueurs qui peuvent contribuer. Tu regardes des gars comme Dominic Léveillé, Nicolas Corbeil et Maxime Villemaire qui sont aussi capables de la mettre dedans. Je m’attends à une longue série. C’est l’approche qu’on a comme on l’a fait contre Saint-Georges. Il y a tellement de parité qu’on ne peut pas penser que ce sera facile », de soulever Benoît Gratton. Ce dernier est toutefois convaincu d’une chose, le défi est à la mesure du talent dans son vestiaire, si ses troupiers font les choses de la bonne manière.  

« C’est un peu ce que je vais dire aux joueurs demain. À l’entraînement la semaine dernière, ç’a été le même discours. Si on est capables d’amener la même pression autour du filet adverse, comme on l’a fait contre Russo, je pense qu’on va avoir du succès. Rivière-du-Loup a une grosse défensive et leurs défenseurs ont joué physique face à Thetford. Ils ne nous laisseront pas vraiment d’espace en zone offensive. On va devoir payer le prix et aller se mettre la face où ça fait mal. Il n’y a pas de secret en séries, tu dois aller devant le filet pour aller chercher les deuxièmes chances. Je suis confiant qu’on va obtenir notre part de chances si on joue de la même façon qu’on l’a fait face à Saint-Georges », d’estimer Benoît Gratton. 

« On ne pourra pas se permettre de faire d’erreurs en zone neutre ou des revirements, parce que comparativement à Saint-Georges, la rondelle va se retrouver plus rapidement dans notre but », rappelle l’entraîneur-chef.

Bilan des blessés

Alexandre Quesnel, qui a raté la première ronde, participera à la période d’échauffement avant la première rencontre. Si son retour n’est pas pour vendredi, l’attaquant réintégrera l’alignement pendant la série. « C’est 100 % sûr qu’il va être là dans la série. Je ne peux juste pas dire quand », d’annoncer Gratton. Dans le cas de Stefan Chaput, sur la touche depuis plusieurs semaines, les prévisions sont moins optimistes. « On espère le revoir, mais présentement, on doit se concentrer sur les joueurs qu’on a », de laisser tomber l’entraîneur des Marquis. 

Fait à noter, la deuxième rencontre de dimanche ne sera pas disputée à Rivière-du-Loup, mais plutôt à Edmundston.