L’entraîneur-chef des Marquis, Benoît Gratton, pourra compter sur un alignement représentatif, vendredi soir, au Palais des sports de Jonquière.

Plusieurs réguliers en uniforme

La période de rodage s’amorce vendredi soir pour les Marquis de Jonquière, avec la tenue du premier de deux matchs préparatoires face au Cool FM de Saint-Georges, au Palais des sports. Avec un court camp d’entraînement et la rareté des répétitions, Benoît Gratton va aller au-delà du camp avant de tout chambarder.

Après la rencontre de vendredi, les deux équipes s’affrontent de nouveau samedi soir, en Beauce. La saison régulière sera lancée vendredi prochain, face à l’Isothermic, à Thetford.

«On a beaucoup de nouveaux joueurs et je me suis dit qu’on allait se servir des cinq à dix premiers matchs de la saison régulière pour faire une évaluation, a expliqué l’entraîneur-chef des Marquis, Benoît Gratton. Ce serait malhonnête d’évaluer les joueurs en deux matchs présaison. Ceci dit, je vais me servir de ces deux rencontres pour instaurer le système de jeu et pratiquer les unités spéciales. C’est pour cette raison que c’est bien de compter sur plusieurs joueurs réguliers pour entamer le travail.»

Les partisans jonquiérois pourront effectivement voir à l’oeuvre plusieurs joueurs réguliers pour le duel face à Saint-Georges. Un grand nombre de vétérans ont confirmé leur présence, dont James Desmarais, absent la fin de semaine dernière pour le début du camp d’entraînement. Premier choix de l’équipe au repêchage, Jonathan Diaby sera en uniforme, en plus des nouveaux venus mis sous contrat au cours des dernières semaines et des derniers mois. C’est Raphaël Girard qui sera le gardien partant.

«On n’aura pas un alignement complet, mais ça devrait être assez intéressant, s’est réjoui Benoît Gratton. Habituellement, on a de la difficulté à habiller une dizaine de vétérans, mais cette fois, environ le trois quarts de l’alignement sera composé de joueurs réguliers qui seront avec nous au cours de la saison.»

Alors que les Marquis travaillent toujours à embaucher quelques candidats de qualité, Benoît Gratton a environ 22 joueurs sous la main. Un nombre qui le satisfait parfaitement.

«J’ai vu que d’autres équipes avaient 36 joueurs à leur camp, mais ce n’est pas comme si on avait un camp d’entraînement de trois semaines, a-t-il fait remarquer. On n’a pas beaucoup de temps pour implanter notre système donc ça ne donne pas grand-chose dans notre ligue d’avoir autant de joueurs.»