Philippe Paradis a porté les couleurs du Crunch de Syracuse pendant quelques saisons.

Philippe Paradis avec les Marquis

Après une saison complète passée loin de son sport, Philippe Paradis a retrouvé l’envie de jouer au hockey et c’est avec les Marquis de Jonquière qu’il comblera ce besoin. L’équipe de la Ligue nord-américaine de hockey a refait l’acquisition du hockeyeur de Normandin lundi, en cédant les droits sur Olivier Labelle au Cool Fm de Saint-Georges-de-Beauce.

Pendant une bonne partie de la saison 2016-2017, les Marquis ont essayé d’entrer en communication avec Philippe Paradis pour l’inviter à tenter sa chance dans la LNAH. Leurs démarches n’ont obtenu une réponse que la semaine dernière, mais un problème s’est présenté. Quand le hockeyeur est entré en contact avec Marc Boivin, ce dernier venait de l’échanger à Saint-Georges en compagnie de Charles Landry, en retour de Nicolas Larocque-Marcoux. Son soudain intérêt pour les Marquis a évidemment changé la donne et mené à un nouveau marché entre les deux équipes. 

Choix de première ronde des Hurricanes de la Caroline en juin 2009, Philippe Paradis a été cédé aux Maple Leafs de Toronto six mois plus tard. Celui qui a également appartenu aux Blackhawks de Chicago et au Lightning de Tampa Bay a principalement évolué dans la Ligue américaine de hockey entre les saisons 2011-2012 et 2015-2016. Il s’est tenu loin du hockey l’an passé, histoire de prendre un peu de recul.

« Je me suis tenu en forme jusqu’en décembre et ensuite j’ai décidé de passer le reste de l’hiver ici (à Normandin), explique Philippe Paradis. J’aurais pu jouer dans un circuit professionnel, mais je préférais passer une année à la maison. Je voulais vérifier mes options et mon intérêt pour le hockey.

« L’an passé, j’ai voulu prendre du recul. Je ne voulais pas me présenter aux Marquis juste pour y aller. Je voulais me présenter en ayant de l’intérêt pour le hockey. L’intérêt est revenu au cours de l’été. Une petite flamme est réapparue. Ça me manque. J’ai le désir de jouer. En comparaison avec ce que j’ai vécu pendant plusieurs saisons, ce sera un peu un entre-deux. Ce sera plaisant de retomber dans le hockey, mais pas à 100 pour cent comme j’ai été habitué à le faire. »

Philippe Paradis ne sera pas en uniforme pour les Marquis en fin de semaine. Il pourrait faire ses débuts le 27 octobre, quand l’équipe rendra visite à Rivière-du-Loup, ou encore le 3 novembre à Jonquière.

Maintenant âgé de 26 ans, Philippe Paradis ne connaît pas le calibre de jeu maintenant offert par la LNAH. Il retrouvera par contre un visage familier avec les Marquis, celui du gardien Cédrick Desjardins.

« Nous avons joué ensemble à Syracuse, précise-t-il. Cette année-là, nous avons connu un long parcours en séries avec le club-école du Lightning de Tampa Bay. »

Porte ouverte

Dans la LNAH, Philippe Paradis n’aurait pas joué avec une autre équipe que celle de Jonquière. Il se réjouit à l’idée de pouvoir reprendre l’action pas très loin du domicile familial et croit qu’une saison avec les Marquis l’aidera à y voir plus clair et à évaluer toutes les options. Un retour au hockey professionnel n’est pas impossible.

« La porte n’est pas fermée encore, assure-t-il. Je veux voir où j’en suis. Est-ce que j’aime ça encore assez pour m’embarquer dans le hockey à 100 % comme c’était le cas avant ? »