Le Normandinois Philippe Paradis a hâte de pouvoir disputer son premier match dans l’uniforme des Marquis de Jonquière devant les siens, vendredi au Palais des sports, à l’occasion de la visite des Draveurs de Trois-Rivières.

Paradis fébrile pour son premier match

Le Normandinois Philippe Paradis avoue sentir la fébrilité le gagner, lui qui se prépare à disputer son premier match dans l’uniforme des Marquis de Jonquière vendredi soir, au Palais des sports. Surtout que la dernière fois qu’il a porté les couleurs d’un club local remonte à 2006-07, alors qu’il jouait pour les Élites de Jonquière midget AAA.

En entrevue téléphonique, le futur #21 des Marquis nourrit des sentiments partagés à l’idée de renouer avec le hockey de contact. Après une année loin du hockey, le Normandinois a recommencé à s’entraîner en salle et sur la glace le plus souvent possible, afin de s’assurer qu’il sera parfaitement rétabli d’une ancienne blessure pour laquelle il avait été opéré. Il profite donc de chaque occasion pour s’entraîner avec l’équipe junior AA des Éperviers de Normandin et avec une ligue de garage de son secteur. Il préfère renouer avec le hockey de contact graduellement, histoire de se présenter « le plus prêt possible aux épreuves de contact et au jeu physique ».

« C’est ce qui m’inquiétait le plus, admet le robuste attaquant de 6’02’’, 206 livres. On va voir comment ça aller vendredi, mais c’est sûr que j’aurai une petite adaptation à faire parce que ça fait un bout que je n’ai pas joué contact et que ça demande un peu plus d’énergie. »

« Physiquement, je me sens prêt, mais pas comme je l’étais avant. Il faut que je joue parce que la ‘‘game shape’’ va revenir à jouer des matchs. J’ai hâte de voir comment mon corps va réagir. Je me suis entraîné, mais je suis conscient que je ne serai pas à 100 % de ce que j’étais tout de suite en commençant. Par contre, j’espère que ça ne prendra pas trop de temps ! »

Motivé

Le hockeyeur de 26 ans ne sait pas avec qui il sera jumelé vendredi, mais ça ne l’inquiète pas vraiment. « Ce n’est pas quelque chose qui me stresse parce que la base du hockey reste la même partout », dit-il, en espérant tout de même « que ça va cliquer vite ».

« Je ne me mets pas de pression avec ça. Je me dis que je vais jouer un match de hockey et essayer d’aider le plus possible mon club. Et à partir de là, on va voir comment ça va aller. Je ne suis pas quelqu’un de stressé dans la vie et je vais essayer de garder les choses simples pour commencer. »

Le Jeannois ne sera pas trop dépaysé, car il connaît plusieurs de ses futurs coéquipiers pour avoir joué contre eux durant son stage dans le junior majeur, dont Jérémie Malouin, Alexandre Quesnel, Samuel Groulx. Il connaît bien sûr Jean-Simon Allard, même s’il ne l’a pas vraiment côtoyé durant son hockey région puisqu’il était un peu plus jeune que le Brunois. Par contre, il connaît bien le gardien Cédrick Desjardins avec qui il a joué pendant deux ans dans la Ligue américaine.

Son intégration dans l’équipe ne le stresse pas non plus. « D’habitude les joueurs de hockey sont assez accueillants. Et j’ai hâte de faire à nouveau partie d’une équipe et de vivre l’enthousiasme dans la chambre », avoue-t-il.

L’athlète de Normandin a aussi hâte de pouvoir enfin jouer devant les siens. Depuis qu’il a quitté les rangs juniors, il a toujours joué à l’extérieur de la région, souvent hors du Québec. La dernière fois qu’il a disputé un match dans la région, c’était lorsqu’il jouait junior majeur, mais dans l’équipe adverse.

Quant à la dernière fois qu’il a joué pour un club de la région, il faut remonter à l’époque où il jouait pour les Élites de Jonquière. « Dans ce temps-là, mes amis ne pouvaient pas vraiment venir me voir jouer parce que personne n’avait son permis de conduire », lance-t-il en riant. « Ça va être assez spécial (de jouer local vendredi), car ça fait vraiment longtemps que ce n’est pas arrivé. Pour moi, c’est juste le fun ; ça me fait plaisir et c’est une motivation de plus. Avant, c’était toujours loin et compliqué, surtout que plusieurs ont des familles. Vendredi, il devrait y en avoir une gang qui va venir. Ça va être le fun d’aller jaser avec eux après le match », a-t-il conclu. 


Je me suis entraîné, mais je suis conscient que je ne serai pas à 100 % de ce que j’étais tout de suite en commençant. Par contre, j’espère que ça ne prendra pas trop de temps !
Philippe Paradis

Petit changement à l’alignement

Après deux semaines d’absence, les Marquis de Jonquière renoueront avec leurs partisans vendredi, au Palais des sports, en accueillant les Draveurs de Trois-Rivières. Tant les Trifluviens que les Jonquiérois présenteront un alignement légèrement modifié à l’attaque pour l’occasion, les Draveurs venant de faire l’acquisition du rapide Yannick Tifu tandis que les Marquis ajouteront le robuste Philippe Paradis à l’attaque (voir autre texte).

L’entraîneur-chef des Marquis, Benoit Gratton, ne prend surtout pas les Draveurs à la légère, surtout avec l’ajout d’un joueur talentueux comme Tifu. Un plus pour les Draveurs qui ont déjà dans leurs rangs Jonathan Bellemare, couronné meilleur pointeur et passeur de la saison 2016-17 avec 67 points en 40 parties (23 buts, 44 passes).

« C’est une équipe qui sera à surveiller offensivement. Il faudra essayer de vraiment bien jouer défensivement et rester loin du banc de punition », mentionne-t-il, ayant encore en mémoire les trois buts consécutifs marqués par Rivière-du-Loup le week-end dernier, alors que les Marquis menaient 4-1. Une remontée coûteuse pour les Jonquiérois qui s’étaient finalement inclinés 6-4. « Il faut jouer notre match, sauf que c’est une équipe qu’il faudra respecter », souligne-t-il.

Concernant l’entrée en scène de Philippe Paradis, Benoit Gratton n’avait pas encore déterminé avec qui il le fera jouer. Toutefois, le Normandinois devrait évoluer sur les deux premières lignes. « Je vais lui parler avant le match pour savoir comment il se sent pour déterminer son utilisation. Mais j’ai quand même l’intention de l’utiliser le plus possible dans mon top-6, sur les deux premiers trios », a indiqué celui qui pourra aussi compter sur le retour de Jean-Michel Bolduc à la défensive et le retour de Samuel Groulx au Palais des sports. 

En fin de semaine, les joueurs qui ne seront pas en uniforme sont les attaquants Matthew Boudreau et Simon Tremblay ainsi que les défenseurs Christopher Guay et Luis Tremblay.

20 ans de hockey senior à Jonquière

Beau clin d’oeil pour souligner les 20 ans de hockey senior semi-pro à Jonquière lors de la cérémonie protocolaire qui précédera le match opposant les Marquis de Jonquière aux Draveurs de Trois-Rivières. En 1997, l’animateur radiophonique Michel Thiffault et quatre autres actionnaires (Pierre Larouche, Éric Arseneault, Mike Lee et le comptable Claude Gauthier) donnaient le coup d’envoi des Condors de Jonquière (1997-2002). Parmi les anciens joueurs, on retrouvait Donald Bugeaud comme capitaine, Jean Imbeau (1er compteur de l’époque : 25 buts/45 passes), François Boulianne, Joël Fillion (doyen/11 ans avec l’équipe), Éric Gravel et Martin Gagné (adjoint actuel des Marquis), entre autres. L’ancien homme fort jonquiérois Dave Lasalle a aussi été associé au club senior, tout comme Jean Leclerc qui en fut le premier DG.

L’ancien copropriétaire et coanimateur de l’émission « Dans le Vestiaire », Michel Thiffault, recevra quelques-uns de ses anciens troupiers vendredi, à compter de 15 h 30 sur les ondes de CKAJ 92,5. Thiffault racontera les débuts de l’équipe vers 15 h 45, avec une foule d’anecdotes en mémoire. Parmi les beaux moments, il sera certes question de la fois où les Condors de Jonquière ont rempli le Centre Georges-Vézina à pleine capacité !

En bref

Le commissaire de la Ligue nord-américaine de hockey, Richard Martel, sera l’invité de l’émission sportive radiophonique ‘‘Bonsoir les sportifs’’ vendredi, entre 23 h et 23 h 30, en compagnie de l’animateur Jérémy Rainville pour parler du début de la nouvelle saison.