Bob Desjardins

Marquis de Jonquière: ajout de renfort à la ligne bleue

Le défenseur Christopher Guay viendra combler la perte de Vincent Richer à la ligne bleue des Marquis de Jonquière.

Le directeur général de la formation régionale de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH), Bob Desjardins, s’est entendu avec le joueur originaire de Pont-Rouge maintenant établi au Saguenay depuis quelques années. L’ancien des Saguenéens dans la LHJMQ a disputé des matchs avec les Marquis, au cours des quatre dernières saisons, un seul l’an dernier.

« Je suis bien content qu’il soit de retour avec nous », a exprimé Bob Desjardins en confirmant l’entente avec celui qui a travaillé deux ans à ses côtés au sein du sport-études de l’École polyvalente Arvida.

« Je calcule que, par le passé, il n’a pas vraiment eu sa chance de jouer d’une bonne façon. Avec son travail, il ne pourra pas être à temps plein, mais c’est un gars qui est de calibre pour jouer dans la ligue et un gars de chez nous. On ne passera pas à côté de ça », d’indiquer l’entraîneur-chef et DG, confirmant sa présence, vendredi soir, lors de la visite des Pétroliers de Laval au Palais des Sports.

Malgré tout, les Marquis seront privés de trois réguliers lors de leur seul match de la fin de semaine. En plus de la suspension de Jonathan Diaby, les attaquants Alex Picard et Gabryel Paquin-Boudreau soignent des blessures mineures et les dirigeants de l’organisation jonquiéroise ne veulent prendre aucune chance.

« Ça va me donner l’occasion de brasser la sauce encore un peu et trouver de nouvelles combinaisons », de faire valoir Bob Desjardins, qui croisera le fer avec son mentor, son vis-à-vis des Pétroliers, Pierre Pelletier.

« C’est lui qui m’a initié au coaching. J’ai beaucoup appris de lui. Premièrement, c’est un bon ami et c’est lui qui m’a montré le hockey. C’est tout le temps agréable de se retrouver contre lui », a-t-il exprimé à la veille d’un duel face aux détenteurs du deuxième rang, quatre points devant les Marquis.

« Ils sont devant nous avec 6-4. Tout le monde parle d’eux comme s’ils avaient une saison incroyable. Si on va chercher une victoire, on tombe à seulement deux points d’eux. On ne doit pas être si loin que ça, dans un sens, de mettre en contexte Bob Desjardins. C’est aux autres équipes de s’ajuster à nous en dictant le tempo. C’est de cette manière qu’on est capables de répondre. Si on joue à la hauteur de notre talent, je pense qu’on va en gagner plus qu’on va en perdre. »

Malgré l’acquisition de Karel St-Laurent, plus tôt cette semaine, c’est le vétéran Cédrick Desjardins qui sera entre les deux poteaux, vendredi soir, au Palais des Sports. « On va laisser le temps à Karel de s’acclimater, mais la semaine prochaine, il va voir de l’action à 100 % », d’annoncer l’entraîneur-chef, assurant que la venue de l’ancien des Éperviers de Sorel n’est pas un désaveu envers son gardien numéro un.

« Un gardien, des fois, c’est comme un gros paquebot au diesel. Quand tu n’as pas beaucoup de matchs et que tu ne reçois pas beaucoup de lancers, sans beaucoup d’entraînements, tu n’es pas aussi aiguisé que tu devrais l’être. Je suis confiant et je ne suis même pas inquiet. Je sais que Cédrick va être à la hauteur de ses attentes et des nôtres. Je ne suis pas inquiet que, quand la machine va partir, il va prendre son envol. Il a gagné partout où il est passé et il va encore gagner. Il a encore du très bon hockey dans lui. Karel vient seulement mettre un peu de sécurité, pas qu’on n’en avait pas avec Étienne (Roy), mais c’est un jeune qui n’avait pas beaucoup d’expérience. Karel a eu de grosses minutes et a gagné de gros matchs. Il a participé à la finale l’an dernier et il a vu de l’action en plus de remporter les deux dernières coupes Vertdure. Ça vient nous amener une bonne stabilité et c’est un autre gars d’expérience dans le vestiaire qui sait ce que ça prend pour gagner », de faire valoir Bob Desjardins, rappelant que d’autres gardiens connaissent de lents débuts de saison à travers la LNAH.