L'entraîneur-chef des Marquis, Dean Lygitsakos, n'a pas cherché d'excuses. «Notre exécution a été atroce.

L'offensive tourne au ralenti

Avec seulement deux matchs dans les jambes depuis le 4 janvier, les Marquis de Jonquière se sont fait rattraper par la dure réalité, hier, alors qu'ils se sont inclinés 5-2 face aux Éperviers de Sorel-Tracy devant quelque 1500 spectateurs massés au Colisée Cardin.
L'entraîneur-chef des Marquis, Dean Lygitsakos, n'a pas cherché d'excuses. «Notre exécution a été atroce. Ça paraît qu'on ne pratique pas en ce moment. On ne génère rien et notre avantage numérique ne fonctionne pas. Nous ne sommes pas capables de nous faire trois passes en ligne. C'était gênant, a-t-il tranché. Il faut retourner à la base en faisant de bonnes passes et en exécutant nos tirs avec rapidité. Nous l'avons fait deux fois ce soir (hier) et nous avons marqué les deux fois.» Bien sûr, le pilote des Jonquiérois s'attendait à cette situation, car en plus de disputer peu de rencontres, ses hommes n'ont pas eu la chance de compenser par plus d'entraînements collectifs.
Malgré les ratés offensifs, les Marquis ont été les premiers à s'inscrire au pointage sur un tir de Marc Beaucage (passe de Samuel Lévesque) aux dépens du cerbère Adam Russo. Malheureusement, les réjouissances auront été de courte durée puisque les Éperviers ont déjoué Pier-Olivier Pelletier à trois reprises par l'entremise de Christian Deschênes, Éric Doucet et Mathieu Dumas (à la faveur d'un 5 contre 3 dans ce dernier cas). En deuxième, Stéphane Roy a profité d'une erreur en défensive pour creuser l'écart à 4-1 après 40 minutes. Malgré leurs efforts, les Marquis n'ont pas été en mesure d'acheter un but, malgré trois avantages numériques et une domination 10-4 dans les tirs au but. Scénario presque identique en troisième, sauf que les deux dernières minutes de jeu ont été un peu folles. Luis Tremblay a réduit l'écart à 4-2 à la faveur d'un avantage numérique (1/7) et Gaby Roch a même récolté son premier point sur le jeu. Mais l'ancien #13 des Marquis, David Chicoine, lui a rendu la pareille 45 secondes plus tard pour permettre aux Éperviers de signer un gain de 5-2.
Mentionnons que d'entrée de jeu, les pugilistes ont animé la soirée. Moins de deux minutes s'étaient écoulées au tableau lorsque Gaby Roch, qui n'a pas froid aux yeux, a ouvert le bal contre le dur à cuire des Éperviers, Jon Mirasty. Ce dernier a attaqué rapidement avec une série de droite à la mâchoire téflonée de Roch qui a décoché sa part de coups aussi. Le colosse Alex Penner a aussitôt enchaîné avec Sébastien Laferrière qui n'aura pas réussi à avoir le dessus sur l'homme fort des Jonquiérois encore cette fois-ci.
Ce soir, au Palais des sports, les Marquis tenteront de retrouver une meilleure cohésion alors qu'ils accueilleront le Viking de Trois-Rivières qui a lui aussi subi un revers de 5-2, hier, aux mains de Rivière-du-Loup. La mission s'annonce ardue, surtout que le match d'hier aura encore fait quelques éclopés et que le retour au bercail aura eu lieu au petit matin...
Eric Doucet
Adam Russo
Louis Mandeville