Francis Verreault-Paul montre une récolte de neuf points en cinq rencontres depuis le début de la saison.

L’intensité retrouvée de Verreault-Paul

Lors de son deuxième match de la saison, Francis Verreault-Paul a été cloué au banc en troisième période par l’entraîneur-chef des Marquis, Bob Desjardins, insatisfait de son intensité. Depuis, l’attaquant est revigoré, comme en font foi ses six points en trois rencontres.

De l’avis de Bob Desjardins, Verreault-Paul avait connu un excellent camp d’entraînement de même qu’une très bonne entrée en matière avec trois points, après avoir purgé une suspension de deux rencontres. L’entraîneur-chef a toutefois observé une baisse de régime, ce qui a mené à la décision de ne pas l’utiliser en troisième période. « Je n’aimais pas son intensité. Il faut que Francis Verreault-Paul soit comme Francis Verreault-Paul pour connaître du succès », rappelle Bob Desjardins.

Après coup, les deux hommes ont eu une bonne discussion et, dès le lendemain, lors du match retour à Saint-Georges, il a marqué un superbe but dès la 27e seconde, dans la partie supérieure.

« C’est tout à son honneur. Il a bien répondu. C’est ce qu’un entraîneur veut quand il va piquer l’orgueil d’un athlète. C’est ce qu’un gars fier fait. C’est ce que je demande à mes gars d’avoir toujours la pédale au plancher et de ne pas prendre de période ou de présence de congé. Tu es payé comme un pro ; tu dois agir comme un pro », de souligner Bob Desjardins.

Dossier Diaby

Il est déjà établi que les Marquis devront se passer des services du défenseur Jonathan Diaby pour les deux rencontres de la fin de semaine, vendredi à Saint-Georges et samedi lors de la visite des 3 L de Rivière-du-Loup au Palais des Sports. L’appel de l’organisation jonquiéroise sera entendu, mardi, à Québec, au sujet des événements de vendredi dernier, quand le joueur a tenté de s’en prendre à un partisan, ce qui a mené à une suspension de dix rencontres.

« On fait ça parce qu’on a de bons arguments et on va leur dire », d’estimer Bob Desjardins sur la démarche. Pour les deux rencontres, laissé de côté la semaine dernière, Vincent Richer réintégrera l’alignement.

« Si tu n’as pas Jonathan Diaby pendant dix matchs, ça paraît. Un ou deux, tu peux t’en sortir. On avait de la profondeur, on va la tester vraiment. On va voir ce qui va se passer mardi. Si c’est réduit, on peut se débrouiller avec ce qu’on a. Si ça reste comme ça, il y aura peut-être des choses qui vont se passer, mais on va attendre. Pour en fin de semaine, il n’y a pas de panique. On a de la profondeur, on va s’en servir. On analysera ensuite après l’appel », d’annoncer le grand manitou des Marquis, précisant que Ryan Sullivan ne sera toutefois pas disponible en raison de son travail.

« On se retrouve un peu dans la même situation que la semaine dernière avec cinq défenseurs. On va donc apporter plus de punch offensif », mentionne Bob Desjardins, qui pourra toutefois compter sur le retour des attaquants Dany Massé et Jérémy Vigneault-Bélanger. En revanche, Alex Picard ne sera pas disponible en raison d’une blessure mineure.

« C’est le début de la saison, on ne prend pas de chances. On a des gars qui sont à 100 % et on va y aller avec eux », avance Bob Desjardins.

Depuis le début de la saison, Cédrick Desjardins a obtenu les sept départs des Marquis, lesquels montrent un dossier de 2-3-2. Son substitut, Étienne Roy, doit donc prendre son mal en patience, mais Bob Desjardins n’écarte pas la possibilité de l’envoyer dans la mêlée prochainement.

« À deux matchs par semaine, le gardien a cinq jours pour s’en remettre. Il ne peut pas dire qu’il a une fatigue mentale. Tout va dépendre du match de vendredi. C’est sûr qu’à un moment donné, il va falloir lui donner des minutes. Étienne est au courant de la situation et sait que son tour s’en vient. C’est seulement de trouver le bon moment pour lui donner des minutes », d’expliquer l’entraîneur-chef.