L'entraîneur-chef des Marquis, Bob Desjardins, continue de croire que son équipe peut rebondir.

L’histoire se répète pour les Marquis

Les matchs se suivent et se ressemblent pour les Marquis de Jonquière qui ont encaissé un autre revers, cette fois face aux Éperviers au Colisée Cardin de Sorel-Tracy par la marque de 7 à 4 vendredi soir. Cette défaite est la sixième de suite pour la formation jonquiéroise.

Durant cette séquence, les Marquis ont accordé sept buts à quatre reprises. Leurs trois victoires les placent à égalité avec le Cool FM de Saint-Georges, au dernier rang de la Ligue nord-américaine de hockey. D’ailleurs, toutes les victoires des Marquis ont été acquises contre le Cool FM.

Les Marquis ont encore bien débuté la rencontre, mais ce sont les visiteurs qui ont ouvert la marque par l’entremise de Charles-Antoine Drolet à mi-chemin au premier vingt. Quelques instants plus tard, Danick Paquette s’est dirigé au cachot pour avoir cinglé le gardien de but. C’était le début de la fin des Jonquiérois. Samuel Carrier a marqué sur l’avantage numérique, deux minutes avant de voir Marc-André Huot faire 3 à 0. Jérémie Malouin a ensuite redonné espoir aux Marquis en fin de de première en réduisant l’écart à un but.

Ce but tardif n’a pas eu l’effet escompté. Les hommes de Bob Desjardins ont livré une deuxième période très ordinaire, accordant deux autres buts aux locaux et en effectuant seulement six tirs sur Marc-Antoine Gélinas. Au retour en troisième, Dany Potvin et Thomas Beauregard ont inscrit respectivement le sixième et septième but des Éperviers contre Karel Saint-Laurent qui aurait certainement préféré un meilleur match de son équipe pour retour à Sorel.

Jonquière s’est réveillée en fin de match. Alors que Sorel enchaînait les pénalités, Philippe Paradis a marqué son premier de la saison et Danick Paquette a marqué deux fois, tous en supériorités numériques, pour réduire l’écart, mais c’était trop peu trop tard.

Après la rencontre, Bob Desjardins n’a pas jeté le blâme sur personne, mais plus sur l’éthique de travail de son équipe. « Ils ont juste travaillé plus fort que nous. Quand tu travailles, tu connais du succès. Il y en a qui n’ont pas l’éthique de travail au maximum. »

Il avoue qu’il commence à démontrer un peu d’impatience envers sa troupe. « Je commence à être fâché. Je suis quelqu’un de positif et qui n’abandonne pas, mais on en attend un peu plus de pas mal tout le monde. Je crois qu’on doit tous se regarder dans le miroir. Quand une équipe est en difficulté, sur le bord du précipice, il faut en donner plus. On veut s’en sortir, mais on ne fait pas les efforts pour s’en sortir. »

Encore une fois, les Marquis se sont écrasés quand il tirait de l’arrière. « Je pensais qu’on était pour connaître une meilleure sortie. C’était serré en début de rencontre, mais ils ont marqué un premier but et un deuxième pendant une punition. Ensuite, nos mauvaises habitudes ont encore pris le dessus. Je suis tanné de répéter les mêmes affaires chaque semaine, mais on ne travaille pas de la bonne façon. »

Il y a un peu de positif à retenir dans cette défaite. Complice sur le troisième but des siens, le capitaine des Marquis, Alexandre Quesnel, a inscrit un point dans autre match consécutif. L’attaquant a porté à 12 sa séquence de match avec au moins un point. Il en a obtenu à chacun de ses matchs cette saison.

Les Marquis auront l’occasion de rectifier la situation dès samedi alors qu’ils complèteront leur programme double contre les Éperviers. Ce deuxième match sera présenté au Palais des sports de Jonquière à compter de 19 h 30. Bob Desjardins est conscient de l’importance de sortir une grosse partie. « Il faut absolument gagner à la maison samedi. Il faut remettre ça au propre. Si on a moindrement un peu de fierté, il faut avoir le couteau entre les dents en partant, pas en troisième période. » Cédrick Desjardins retrouvera le demi-cercle pour la rencontre.