Gabryel Paquin-Boudreau est entré en collision avec le gardien Marc-Antoine Gélinas sous les yeux du défenseur Michaël Novasad.

Les Marquis se butent à Gélinas

Pour une deuxième semaine de suite, les Draveurs de Trois-Rivières ont arraché deux points aux Marquis de Jonquière. Vendredi soir, il ont réussi l’exploit devant une foule hostile au Palais des sports, s’imposant en fusillade au compte de 2-1.

Les joueurs trifluviens peuvent dire un gros merci à leur gardien Marc-Antoine Gélinas pour cette troisième victoire de suite. Le gardien a obtenu une première étoile bien méritée après avoir stoppé 39 tirs. Les Marquis ont été réguliers comme une horloge dans cette rencontre, terminant chaque période réglementaire avec 12 tirs pendant que Cédrick Desjardins faisait face à un total de 20 lancers. En prolongation, malgré un avantage numérique, les Marquis n’ont pas été en mesure de conclure. Gélinas a enregistré son plus bel arrêt par la suite à quatre contre quatre devant Vincent Richer qui s’était libéré dans l’enclave. Il a ensuite bloqué David Bastien et James Desmarais en tirs de barrage pendant qu’à l’autre bout, Jonathan Bellemare et Yanick Tifu ont déjoué Desjardins sur de belles manoeuvres. 

« On n’arrive pas à aller chercher le but qui fait mal ou qui pourrait nous donner du momentum. C’est ce qui fait la différence dernièrement », a laissé tomber l’entraîneur-chef Benoît Gratton dans son point de presse, concédant que les nombreux changements de combinaisons ont eu un effet en attaque. Hier, en plus de Juraj Kolnik et Philippe Paradis, Stéfan Chaput s’est ajouté au groupe d’éclopés. 

« J’ai envoyé le message aux joueurs avant le match qu’on ne peut pas utiliser cette excuse. Il faut travailler avec les joueurs qu’on a et essayer de trouver une chimie. Les joueurs dans l’ensemble réagissent bien, mais dernièrement c’est plus difficile. On a réussi à s’en sortir pendant quelques matchs, mais il est temps que les autres reviennent », d’admettre Gratton qui se croise les doigts pour un alignement quasi complet la semaine prochaine. 

Malgré seulement quatre tirs en première, les visiteurs ont tout de même pris les devants, lors d’un avantage numérique en première période. En deuxième, James Desmarais a démontré qu’il pouvait dégainer à la vitesse de l’éclair pour ramener les deux équipes à la case départ. La rencontre avait des allures de séries avec de nombreuses mises en échec de part et d’autre, plus précisément 45 du côté des Marquis, agrémentée d’escarmouches à pratiquement tous les arrêts de jeu. « On les a vus beaucoup dans les dernières semaines et depuis le début de l’année. Il y a une petite rivalité qui s’est formée surtout qu’on avait perdu la semaine dernière là-bas. On avait le sentiment de revanche. Je pense qu’on est bien sortis et qu’on a disputé tout un match de hockey. Ç’a été tout un spectacle pour les partisans même si on n’a pas le résultat voulu. On a fait face à tout un gardien et il faut lui donner le crédit. C’est définitivement l’une des raisons pourquoi on a perdu un point », d’indiquer l’entraîneur-chef, en profitant de l’occasion pour faire un plaidoyer envers la Ligue nord-américaine de hockey.

« Si quelqu’un me dit qu’il n’y a pas de mises en échec, j’aimerais qu’il vienne voir un match et qu’il les compte, a-t-il défié. Il est temps qu’on arrête de dire qu’il n’y a plus de spectacle. »

Malgré cette défaite, les Marquis ont conclu une année 2017 sensationnelle devant leurs partisans. Ils n’ont subi qu’un seul revers en temps réglementaire, en janvier, et deux défaites en temps supplémentaire, en 17 rencontres. 

« Notre fiche le dit. Je n’ai pas peur de le dire, depuis un an, on a dominé à la maison », de trancher Benoît Gratton. 

***

Les Marquis en bref

• À leur sixième affrontement de la saison et leur deuxième en autant de semaines, les joueurs des deux équipes avaient certainement quelques comptes à régler, ce qui s’est traduit en quelques bagarres. Steven Oligny et Sébastien Laferrière ont lancé les hostilités en s’échangeant les politesses en première. Jean-Michel Bolduc a ensuite sonné Benjamin Rubin. La palme du combat de la soirée revient toutefois à Luis Tremblay et Guillaume Veilleux qui ont valsé pendant deux minutes, s’envoyant des coups de part et d’autre sans broncher... 

• Les Marquis auront le luxe d’évoluer à domicile pour leurs deux rencontres de la fin de semaine prochaine. Ils recevront le 3 L de Rivière-du-Loup vendredi avant d’affronter les Éperviers de Sorel le lendemain au Palais des sports. Petite promotion intéressante pour ceux qui veulent assister aux deux rencontres. À l’achat de celui pour le premier, le billet pour le deuxième match sera à moitié prix...

• Les Marquis ont joué de chance en troisième. Sur un jeu anodin, alors qu’une pénalité était appelée à James Desmarais, Cédrick Desjardins a échappé la rondelle qui a rebondi sur Alexandre Quesnel avant de se retrouver au fond du but. L’officiel avait toutefois sifflé en raison de la pénalité. Il a d’abord pointé qu’il accordait le but avant de se raviser après discussion avec ses collègues...

• Le défenseur Michael Novosad, qui a évolué avec les Marquis avant de passer aux Draveurs en janvier dernier, disputait hier un 400e match en carrière. Il est le 24e joueur de l’histoire de la LNAH à atteindre ce plateau...

• Comme la semaine dernière, les équipes 4-5-6 ont vaincu les clubs 1-2-3 au classement général vendredi. C’est donc dire que les Marquis termineront 2017 en tête du classement, un petit point devant les Éperviers de Sorel qui ont perdu 3-2 hier devant le 3 L de Rivière-du-Loup...