De retour au jeu samedi, l'attaquant Philippe Paradis a touché la cible, lors d'un avantage numérique en première période.

Les Marquis passeront Noël au premier rang de la LNAH

Après deux défaites de suite sur les patinoires adverses, les Marquis ont profité du retour devant leurs partisans, samedi soir au Palais des sports, pour remettre les pendules à l’heure. Avec une victoire de 5-4 sur les Éperviers de Sorel en prolongation, les Jonquiérois ont du même coup obtenu le privilège de passer le réveillon de Noël installés au premier rang du classement de la Ligue nord-américaine.

La course vers les deux points n’a toutefois pas été simple pour les Marquis qui tiraient de l’arrière 4-2 en troisième. En prolongation, après une solide mise en échec d’Alexandre Quesnel sur une sortie de zone des Éperviers, le défenseur Jonathan Paiement en a profité pour se porter en attaque et s’est amené seul devant Charles Corsi qu’il a déjoué d’une belle feinte du revers. «Ça sonne cliché, mais c’était un match de quatre points. Avec l’alignement qu’on avait et les blessés, on a surtaxé certains éléments. En même temps, on voulait aller chercher la victoire, surtout à la maison. Ce sont des matchs qu’on ne peut pas échapper. À la veille de Noël, c’est un beau cadeau qui arrive une journée à l’avance», a laissé tomber l’entraîneur-chef Benoît Gratton dans son point de presse. Les Marquis devaient encore une fois se passer de nombreux éléments, dont les défenseurs Jean-Michel Bolduc et Francis Trudel, et les attaquants Jean-Simon Allard, Gabryel Boudreau et le capitaine Hugo Carpentier.
La rencontre avait pourtant débuté du bon pied pour les locaux qui ont frappé deux fois plutôt qu’une sur l’attaque massive. David Bastien a d’abord marqué son premier dans l’uniforme vert, blanc et noir et sur la pénalité suivante des Éperviers, Philippe Paradis a salué son retour au jeu avec un tir de la zone payante qui est passé entre les jambières de Charles Corsi. Fouettés par le trio d’Étienne Brodeur, Marc-André Bernier et Kevin Gadoury, qui ont tous engraissé leur fiche de trois points, les Éperviers ont inscrit quatre buts sans réplique pour à leur tour prendre les devants par deux, mais ils ont à leur tour laissé filer cette avance au troisième engagement. Alexandre Quesnel a d’abord remis les Jonquiérois dans le coup quand son tir dévié en défensive n’a pu être maîtrisé par Corsi. Puis, après un avantage numérique des Marquis où la meilleure chance a été obtenue par les Éperviers, David Bastien a complété un bel échange pour faire 4-4. 


Marc-André Bernier et Kevin Gadoury ont marqué des buts très similaires en deuxième période alors qu'ils ont profité de cages désertes sur des retours.

«En deuxième, ça été Sorel du début à la fin. Quand on a compté notre troisième but, on a senti qu’une certaine énergie est revenue. Encore une fois, il y a une couple de joueurs qui ont élevé leur jeu en troisième et en prolongation. C’est une grosse victoire même si on n’est pas nécessairement satisfaits du processus. On va la prendre pareil», de souffler Benoît Gratton qui espère pouvoir compter sur quelques retours en fin de semaine prochaine.
Inséré dans l’alignement en raison de ces blessures, David Bastien a saisi sa chance. Non seulement il a fait bouger les cordages à deux reprises, mais il s’est fait remarquer, héritant de la troisième étoile.
«On savait qu’il avait des habiletés individuelles au-dessus de la moyenne, mais on ne savait pas ce que ça donnerait en situation de match dans un jeu collectif. On a vu de belles choses. S’il est disponible la semaine prochaine, c’est certain qu’il va être de retour avec nous», a promis Benoît Gratton.
En raison des déplacements difficiles dans la région de Québec, le match a débuté avec une trentaine de minutes de retard, à 20h. Les deux mêmes équipes ont de nouveau rendez-vous jeudi soir, cette fois sur la patinoire sorelloise. Le prochain match local des Marquis sera disputé vendredi prochain, lors de la visite des Draveurs de Trois-Rivières.