À mi-chemin de la rencontre contre l’Assurancia de Thetford, Francis Verreault-Paul a ravivé les espoirs des partisans des Marquis en trompant la vigilance de Philippe Cadorette pour réduire l’écart à 2-1. Les Marquis de Jonquière ont renversé la vapeur en troisième pour créer l’égalité et forcer la tenue d’une prolongation qu’ils ont gagnée 5-4. Ils disputeront un ultime match de demi-finale samedi soir, à Thetford.

Les Marquis forcent la tenue d’un ultime match

Les Marquis de Jonquière ont remporté une véritable guerre de tranchées qui s’est poursuivie jusqu’en prolongation, vendredi soir, au Palais des sports pour finalement arracher une victoire de 5-4 devant 1519 spectateurs qui n’ont certainement pas regretté leur billet d’entrée. Du même coup, les guerriers de Benoit Gratton forcent la tenue du 7e et ultime match de cette demi-finale contre l’Assurancia de Thetford, samedi soir, au Centre Mario-Gosselin.

L’entraîneur-chef Benoit Gratton ne pouvait que saluer la résilience et la détermination de ses troupes après la rencontre. «On n’a pas abandonné une fois! On a tellement une équipe résiliente et je suis tellement fier de cette équipe présentement. On a eu de l’adversité toute l’année et personne ne nous voyait en demi-finale. Surtout avec la fin de saison qu’on a connue à la maison. Et maintenant, on joue le 7e match en demi-finale contre la meilleure équipe sur papier. Je pense qu’on ne pas être plus fier en tant qu’entraîneur de coacher une gang comme ça», a-t-il commenté, heureux que les dieux du hockey aient finalement penché de leur côté.

Ce dernier a encensé ses joueurs qui ont payé le prix. «Tu vois comment tu sors de ta zone de confort en séries. Vous auriez dû voir la réaction des joueurs sur le banc quand Yannick a bloqué la rondelle. Ce sont des gestes comme ça qui font que tu gagnes des championnats», ajoute-t-il.

De fait, dès les premières minutes de jeu, il était clair que les deux formations en présence allaient se livrer une dure bataille de tous les instants, Jonquière voulant forcer la tenue d’un 7e match et Thetford désireux d’en finir pour accéder à la finale. Le premier vingt a donc été âprement disputé, Jonquière décochant 15 lancers et Thetford, 16. Ce sont toutefois les troupes de Bobby Baril qui ont eu le meilleur, Matthew Medley trompant la vigilance de Cédrick Desjardins à la faveur d’un jeu de puissance avec 4mn32 à faire. Avec 11 secondes au tableau, le robuste Danick Paquette a jeté les gants devant Francis Wathier pour un furieux combat remporté par Paquette, au grand plaisir de la foule.

Toutefois, les Jonquiérois ont fort mal commencé la deuxième. Faisant fi d’un désavantage numérique, le Jonquiérois d’origine, Félix Petit a filé en échappé pour doubler l’avance des Thetfordois avec à peine 26 secondes d’écoulées à la médiane. Les partisans des Marquis ont dû attendre à mi-chemin de la rencontre pour célébrer le premier but des locaux. Profitant d’un avantage numérique, Francis Verrault-Paul a réussi à percer la muraille de Philippe Cadorette sur des passes de Yannik Riendeau et Danick Malouin. Il n’en fallait pas plus pour que le ‘‘Tomahawk Chop’’ résonne dans l’amphithéâtre jonquiérois. Mais les visiteurs n’avaient pas dit leur dernier mot et ils ont repris une avance de deux buts grâce à un tir de Francis Wathier avec 1mn47 à faire en deuxième. Les esprits se sont échauffés, ce qui a donné lieu à un peu de brasse-camarade avant de retraiter aux vestiaires.

Le vent tourne

En troisième, les Marquis ont su renverser la vapeur, comme en témoignent les tirs au but (14 contre 6). Les guerriers de Benoit Gratton ont ravivé les espoirs lorsque Gabryel Paquin-Boudreault a réduit l’écart à un seul but avec 8mn21 à faire sur des passes de Christian Ouellet et Danick Malouin. Puis Jérémie Malouin a soulevé la foule en créant l’égalité 95 secondes plus tard sur une passe de Jean-Sébastien Bérubé. Thetford a relancé le débat lors d’une mise au jeu à la gauche de Desjardins, lorsque Marc-Olivier Mimar a réussi à loger la rondelle dans le mince espace qui restait entre le cerbère et son poteau. Loin de baisser les bras, les Marquis ont redoublé d’ardeur et Jonathan Diaby a lui aussi enflammé la foule en créant l’égalité sur un tir de la ligne bleue avec moins de trois minutes à jouer.

La prolongation a été endiablée et les gardiens ont multiplié les arrêts, tandis que les joueurs des deux clubs se sont sacrifiés en bloquant des lancers. C’est le défenseur Danick Malouin qui a finalement tranché le débat avec 8mn47 à faire sur une passe de Christian Ouellet, comblant du même coup les nombreux partisans des Marquis encore présents.

Héros modeste

Le héros de la soirée est resté modeste, préférant partager le crédit avec ses coéquipiers, notamment ceux qui se sont sacrifiés pour bloquer des tirs. «Yannick Riendeau qui s’est mis la face devant une rondelle et tout de suite après, Mathieu Brisebois. Tous les gars ont travaillé fort. Oui, c’est moi qui ai marqué le but vainqueur, mais c’est un travail d’équipe et c’est ce dont il faut se souvenir», a fait valoir Danick Malouin.

Même si tout sera à recommencer samedi, les Marquis seront gonflés à bloc pour une ultime bataille en territoire ennemi. «Il faut recommencer à zéro samedi. Oui, ce soir on va être contents et avoir le sourire, mais samedi, on revient au travail et on repart à zéro. C’est la beauté des séries», rappelle le pilote des Marquis, tout en admettant que cette victoire en prolongation aura procuré une dose de confiance à ses protégés.

«J’ai vu de belles choses et si on peut amener cette confiance (à Thetford), ce sera tant mieux. On en joue pas souvent dans une carrière, une game 7, mais nous avons une équipe qui a quand même beaucoup d’expérience et qui est déjà passée par là. J’espère que ça va compter», a-t-il conclu.

En bref

- Pour une rare fois, les Marquis ont pu compter sur une brigade défensive complète. En plus des Diaby, Brisebois, Malouin, Richer et Bolduc, ils ont pu compter sur un ajout de taille en Spiro Goulakos. Ce dernier a d’ailleurs mérité la 3e étoile du match. Le gardien Cédrick Desjardins a obtenu la 2e étoile et la première a bien sûr été décernée à Danick Malouin...

- En raison de son travail, Goulakos ne pouvait être disponible avant en fin de semaine. Il est arrivé en train de Toronto et sera aussi en uniforme samedi. «On est content de l’avoir et il a joué tout un match même si ça faisait un bout de temps qu’il n’avait pas joué. Ça n’a pas paru», a commenté Benoit Gratton qui espère que le #6 amènera la même énergie samedi....

- N’étaient pas en uniforme les défenseurs Jonathan Oligny, Ryan Sullivan, Napessis André et l’attaquant Yann Poirier...

- Blessé, Maxime Macenauer n’était pas de l’alignement de Thetford. Francis Wathier et Simon Bourque sont arrivés en retard. Il restait 7mn36 à faire en première...

- Rien de mieux qu’un retentissant coup de canon Pyrotech pour stimuler une foule. Ça saisit même si on s’attend à un bon gros boom!