Danick Paquette (47) a enfilé le troisième but des Marquis de Jonquière en deuxième dans une victoire de 3-2 des Marquis au Palais des sports. Christian Ouellet célèbre le but victorieux sur la séquence.

Les Marquis égalisent la série dans un gain de 3-2 face aux Éperviers

Cinq minutes pile en deuxième période auront suffi aux Marquis de Jonquière pour marquer trois buts consécutifs dans une victoire de 3-2 aux dépens des Éperviers de Sorel-Tracy, devant une belle foule de 2221 spectateurs réunis samedi au Palais des sports. Grâce à ce gain qui s’est terminé dans le tumulte, les Marquis nivellent la série finale de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH), qui prend maintenant la forme d’un 2 de 3.

Le premier vingt a commencé lentement pour les locaux. En dépit de trois avantages numériques, dont un de quatre minutes, les Marquis ont été incapables de s’inscrire au pointage. Heureusement pour eux, le gardien Cédrick Desjardins était sur le qui-vive et il a certainement volé un but au meilleur marqueur sorelois, Étienne Brodeur. Le #93 de Sorel aura toutefois causé du dommage aux Marquis en servant une mise en échec par-derrière au capitaine Alexandre Quesnel. Ce dernier a quitté pour le reste de la rencontre, lui qui a subi une fracture du nez et a reçu 21 points de suture au visage pour des coupures à trois endroits.

En deuxième, les Éperviers ont encore une fois été les premiers à s’inscrire au pointage, sur un tir du revers d’Antoine Houde-Caron qui s’était emparé d’un retour de lancer. Mais les Marquis se sont levés et ont pris le momentum du match. Dans un premier temps, avec 15mn05 à faire, les guerriers de Benoit Gratton ont bourdonné autour du filet de Karel Saint-Laurent et pensaient bien avoir marqué, mais au même moment, le filet a été déplacé. Les officiels ont utilisé la tablette pour revoir la séquence et après plusieurs minutes de délibérations, le but a été refusé.

Ç’a piqué les Jonquiérois au vif.  Jérémie Malouin a repéré le rapide Yannick Riendeau, qui s’était fait oublier en zone neutre. Le meilleur marqueur de la saison a aussitôt décampé pour se jouer habilement de Saint-Laurent et créer l’égalité. Peu après, les Marquis ont non seulement réussi à neutraliser un 5 contre 3 de 1mn31, mais ils ont même réussi à prendre les devants 2-1 en marquant sur un tir de la pointe de Jonathan Oligny, décoché sur la mise au jeu remportée par Francis Verreault-Paul. Une minute 36 plus tard, Danick Paquette, bien posté devant l’enclave, s’est emparé du retour de lancer de Yannick Riendeau pour tripler l’avance des locaux à la faveur d’un jeu de puissance.

En troisième, les Jonquiérois ont imposé leur rythme. Avec un peu plus de cinq minutes à faire dans la rencontre, Cédrick Desjardins a encore une fois brillé en volant un autre but aux Sorelois. Ces derniers ont réussi à réduire l’écart à 3-2 sur un tir d’Étienne Brodeur avec 3mn34 à faire. L’animosité entre les deux clubs était telle qu’avec 4,5 secondes à faire dans le match, une série d’escarmouches ont eu lieu. Après avoir déplacé la mise au jeu de la zone des Éperviers vers celle des Marquis pour finalement revenir à celle de Sorel, les officiels ont réussi à faire la mise au jeu et écouler les dernières secondes.

La série se transporte maintenant à Sorel-Tracy jeudi pour ensuite se poursuivre à Jonquière vendredi et si nécessaire, au Colisée Cardin samedi pour l’ultime match.

Les Éperviers de Sorel-Tracy ont été les premiers à s’inscrire au pointage en deuxième, comme le célèbre David Massé (58) qui a récolté une passe. La réplique des Marquis de Jonquière a été cinglante, avec trois buts en cinq minutes toujours en deuxième, ce qui a suffi pour l’emporter 3-2 et niveler la série finale.

Une série pour hommes

Encore une fois, le duel entre les deux clubs a été très éprouvant physiquement. «C’est une série pour hommes, convient Benoit Gratton après la rencontre. Je ne sais pas quel est leur bilan (de blessés) de l’autre côté.  Ils se sont maganés et nous aussi. C’est une guerre de tranchées à chaque match. Il y a des coups salauds qui se sont donnés, mais je pense que c’est typique quand l’intensité monte et on vient d’en avoir un bon exemple.»

D’autre part, l’entraîneur-chef des Marquis confirme que le but  refusé en deuxième a stimulé ses troupes. «Quand les officiels étaient en train de revoir la vidéo, j’ai dit aux gars que peu importe la décision, de continuer à pousser dans la bonne direction. Après ça, on a pris le momentum du match», poursuit-il en soulignant à nouveau la résilience de ses protégés.

Gratton a aussi encensé le gardien Cédrick Desjardins qui sait élever son jeu d’un cran en séries. «Je n’arrêterai jamais de dire que c’est le gardien le plus ‘‘gamer’’ de notre ligue et de loin. Il l’a prouvé encore une fois ce soir.»

L’énergie de la foule

Les Marquis présentent deux visages dans cette éreintante bataille pour la coupe Vertdure. Si les parties sont plus difficiles à Sorel, plusieurs joueurs se démarquent à la maison, transportés par la foule. «On dirait que les joueurs utilisent cette énergie et surfent sur cette vague, opine Benoit Gratton. Il faut apporter cette énergie là-bas. J’espère qu’on va avoir des partisans à Sorel. Ce serait le fun, même si je sais que ce n’est pas évident parce que c’est en pleine semaine. Ce serait vraiment apprécié d’avoir une gang de partisans derrière notre banc même si je sais que ce n’est pas toujours évident!» lance-t-il en entrevue.

Avec un maximum de trois matchs à jouer, les joueurs vont tout donner.  «Le prochain match est à Sorel et il faudra jouer encore une fois avec l’énergie du désespoir et je pense que c’est un peu ce qu’on a fait ce soir et le match #2 ici. C’est ce qu’on n’a pas fait là-bas et il faut essayer de transporter ça à Sorel jeudi», résume le pilote des Marquis.

Ce ne sera pas évident non plus pour les joueurs de se libérer pour le match de jeudi, mais Gratton estime que ses troupes sont prêtes à ce dernier sacrifice. «Les gars sont d’accord et ils ont décidé d’embarquer. On a travaillé tellement fort et on est partis de tellement loin. Il faut apprécier le moment présent et chaque minute. Je ne pense pas qu’on puisse aller là-bas et avoir peur de perdre. Il faut s’amuser et jouer au hockey. C’est ce qu’on fait ici. À Sorel, on dirait qu’on est un peu plus tendus. Il faut aller là-bas, s’amuser, tout donner et il arrivera ce qu’il arrivera», a-t-il conclu. 

En bref

Le gardien Cédrick Desjardins et le défenseur Jonathan Oligny des Marquis ont mérité respectivement la première et la deuxième étoile de la rencontre. Étienne Brodeur (Éperviers) a obtenu la troisième...

L’animosité entre les deux équipes est vive. Jérémie Malouin a eu maille à partir avec Marc-André Huot en deuxième et il ne s’est pas gêné pour se moquer du #20 en simulant la poule mouillée.... 

Chez les Marquis, Jonathan Diaby, Yann Poirier, Ryan Sullivan et Napessis André n’étaient pas en uniforme. Chez les Éperviers, David Rose (rudement mis en échec de Danick Paquette vendredi),  André Bouvet-Morrissette blessé lors du match #2 à Jonquière, et David Lacroix étaient absents...

Les partisans de Jonquière ont à nouveau reçu une serviette à agiter lors des buts. De plus, le canon a encore retenti fort samedi. Et comme c’était une victoire, trois coups bien fumants ont résonné pour couronner la soirée...   

Les partisans des Éperviers n’ont pas oublié leurs flûtes en s’amenant à Jonquière. Ils ont bien fait entendre leur présence…