Lors du premier affrontement entre les Marquis et les 3 L, les visiteurs avaient été très opportunistes pour l’emporter 7-4.

Les Marquis devront jouer le couteau entre les dents

Après deux défaites consécutives et l’ajout de deux joueurs au cours des derniers jours, les Marquis de Jonquière (3-4-3) tenteront maintenant de retrouver le sentier de la victoire, en fin de semaine, avec des affrontements face aux 3 L de Rivière-du-Loup, vendredi soir, au Palais des sports, et le lendemain contre l’Assurancia, à Thetford.

Pour l’entraîneur-chef Bob Desjardins, la seule manière d’y arriver sera d’offrir un effort de tous les instants. « C’est un cliché, mais c’est juste qu’il faut apprendre à jouer 60 minutes. Samedi dernier, lors des 10-12 premières minutes, on était amorphes, c’était plate. Quand la rondelle va tomber à 20 h, il faut qu’on soit prêts à faire le travail avec le couteau entre les dents, tant offensivement que défensivement », pointe-t-il.

« Il faut se regrouper un peu défensivement. On donne trop de buts. On doit être plus serrés en unité de cinq pour minimiser les chances », mentionne Bob Desjardins, précisant que son équipe se retrouve au troisième rang de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH) pour les lancers accordés, obtenant en moyenne près de cinq tirs de plus que ses adversaires.

« On lance beaucoup, on n’en donne pas beaucoup. Ce sont les bonnes chances qu’il faut éliminer et pour ça, on doit être bien positionnés dans notre zone », fait valoir l’entraîneur d’expérience.

« À part le match qu’on a perdu 7-3 contre Rivière-du-Loup, c’est toujours par un but. On est tout le temps dans les matchs, mais on n’a pas été capables de gagner des matchs serrés ou de garder des avances. Dans nos défaites, on menait dans quatre rencontres en troisième période. On apprend à jouer ensemble. On a un nouveau noyau et un nouveau système. Ce n’est pas tout le temps facile. On a également fait beaucoup d’addition, dernièrement, mais je calcule que ce sont de bons ajouts qui nous amènent beaucoup plus de stabilité et de profondeur », annonce-t-il au sujet des acquisitions du défenseur Garrett Clarke et de l’attaquant normandinois Philippe Paradis. En revanche, les attaquants Gabryel Boudreau, Alex Picard et Yann Joseph sont toujours sur la touche.

« On en a d’autres qui sont là et on espère qu’ils vont nous donner de la misère à les sortir de l’alignement. C’est un peu ça une équipe de hockey. Quand tu as une chance de danser, il faut que tu danses. Après ça, on essaiera d’y aller avec le meilleur alignement possible pour gagner soir après soir, de raconter Bob Desjardins. Ce sont de bonnes décisions à prendre. Des fois, tu prends des décisions, mais tu sens que le calibre de tes joueurs est moins gros que ce qu’on a présentement sous la main. »

Pour cette fin de semaine de deux matchs, le grand manitou des Marquis enverra dans la mêlée ses deux gardiens, Cédrick Desjardins et le nouveau venu Karel St-Laurent. Il lui restait à déterminer l’ordre, ce qu’il se promettait de faire après discussion après les deux hommes masqués, jeudi soir. « Ça va faire du bien à tout le monde et Karel doit avoir un départ pour se remettre dans le bain », d’insister Bob Desjardins.