Les Marquis blanchis 1-0

Malgré les efforts, l’attaque des Marquis de Jonquière a été menottée par la défensive des Éperviers de Sorel-Tracy qui ont réussi à soutirer une victoire de 1-0 devant une foule bruyante de 2638 spectateurs réunis au Colisée Cardin vendredi. Les Sorelois prennent donc les devants 2-1 dans cette série finale 4 de 7.

Les Jonquiérois tenteront de profiter de l’avantage de jouer à la maison et devant leurs partisans pour niveler à nouveau la série, samedi.

Il faudra toutefois que l’attaque des Marquis joue avec plus d’aplomb, car encore vendredi, certains revirements et l’imprécision des passes auraient pu être plus coûteux pour les Jonquiérois, n’eut été le brio du cerbère Cédrick Desjardins. Ce dernier n’a concédé qu’un seul but sur 37 lancers au début de la deuxième période.

«Ça fait deux matchs que Cédrick est incroyable et si on ne l’avait pas eu ce soir, je ne pense pas qu’on aurait été dans le match. Par contre, la bonne nouvelle, c’est qu’on a été dans le match parce que c’était 1-0 du début de la deuxième à la fin de la troisième», a convenu l’entraîneur-chef des Marquis, Benoit Gratton.

La première a été endiablée et, même si elle a été à l’avantage des locaux au chapitre des tirs au but 13-8, le gardien Cédrick Desjardins s’est montré solide, stoppant l’échappée d’Antoine Houde-Caron par suite d’un revirement. Ses coéquipiers ont aussi bien fait en bloquant des tirs.

Dès le début de la deuxième, le prolifique trio des Éperviers -Brodeur/Gadoury/Huot- s’est mis en branle. Étienne Brodeur, encore lui, oublié près de Desjardins, s’est retrouvé en possession de la rondelle. Le #93 a eu le temps de feinter pour finalement déjouer le cerbère jonquiérois et procurer l’avance 1-0 aux siens

Après avoir enfilé l’aiguille, les Sorelois ont resserré encore plus la défensive, rendant plus ardue la tâche de l’attaque jonquiéroise.

«On a eu quelques chances, mais j’ai trouvé qu’on n’avait pas beaucoup lancé au filet. C’est d’ailleurs le message qu’on avait lancé après la deuxième, d’essayer de mettre un peu plus de rondelles au filet et d’être plus présent devant leur filet. Mais quelques fois, on a pris la décision de faire la passe au lieu de lancer. Il va falloir revenir à la base, mettre de rondelles au filet et essayer d’aller chercher la deuxième et la troisième chance de marquer s’il le faut», a commenté Gratton après la rencontre.

«Il faut aussi leur donner le crédit, ils ont joué un bon match à la maison. Ils sont allés chercher le premier but et après, ils se sont refermés défensivement. C’est là que c’est dangereux si nous, on ouvre le jeu. Ils ont eu quelques chances quand on a essayé, avec raison, de forcer les choses. Mais c’est sûr que ça va en prendre plus de la part de tout le monde (samedi) .

«J’espère qu’on va remplir le Palais des sports, parce que samedi passé, ça nous a donné vraiment des ailes et de l’énergie. (Cette énergie) nous a manqué un peu ce soir. J’ai trouvé qu’on était ‘’flat’’ . J’espère qu’on va retrouver cette dose d’énergie qu’on a eue à Jonquière.»

Des amis d'Alexandre Quesnel, dont Jean-Gabriel Pageau des Sénateurs d'Ottawa, étaient venus l'encourager, vendredi.

+

EN BREF

- Le jeu de puissance a été anémique de part et d’autre vendredi. Les Marquis ont été blanchis en quatre occasions et Sorel n’a pu capitaliser en sept occasions…

- Déjà 1500 billets avaient trouvé preneur pour le match #4 de samedi, à 20h, au Palais des sports. Ça devrait faire du bruit au Palais des sports aussi!...

- Le défenseur Spiro Goulakos est arrivé avec cinq minutes à faire en première. Un coup de pouce apprécié. Le #6, qui travaille à Toronto, a pris l’avion jusqu’à Montréal pour ensuite sauter dans une voiture et filer à Sorel. Il sera aussi présent samedi...

- Le défenseur Jonathan Diaby sera absent samedi, retenu par des obligations personnelles. Toutefois, Jean-Michel Bolduc sera de retour au jeu…

- Parlant de défenseur, l’imposant Ryan Sullivan a chaussé les patins pour l’échauffement, mais il n’a pas participé à la rencontre…

- Le capitaine Alexandre Quesnel a eu droit à du support remarqué à Sorel. Jean-Gabriel Pageau et quelques amis ont endossé les différents chandails et numéros de Quesnel durant sa carrière…

- Pour ajouter aux flûtes, trompettes et sirènes, des maracas étaient distribués aux partisans à l’entrée…