Ryan Sullivan est maintenant un membre de la brigade défensive des Marquis de Jonquière.

Les Marquis ajoutent le défenseur Ryan Sullivan

Après la défaite de 6-2 des Marquis de Jonquière à Rivière-du-Loup, l’entraîneur-chef Benoît Gratton avait pratiquement promis du renfort au sein de la brigade défensive. Les paroles sont devenues concrètes mercredi après-midi avec l’acquisition du vétéran défenseur Ryan Sullivan.

En retour, le directeur général, Marc Boivin, a dû sacrifier l’attaquant James Desmarais. Le vétéran de 39 ans s’était amené avec les Marquis l’an dernier après plusieurs années en Europe et a rapidement démontré sa touche offensive avec 44 points. Cette année, il a raté plusieurs matchs en raison de son travail, amassant 13 points en dix parties.

« Il n’était pas tout le temps là. Avec l’arrivée de Francis Verreault-Paul et d’Alexandre Picard, on en avait plus ou moins besoin. Ne pas pouvoir venir dans les séries, on l’a vécu l’an dernier et on s’est fait sortir par Rivière-du-Loup. On ne veut pas revivre cette situation », d’indiquer Marc Boivin.

Pour sa part, Ryan Sullivan est un défenseur à caractère défensif maintenant bien établi dans la Ligue nord-américaine de hockey, dont il fait partie depuis 2012. L’arrière ontarien de 6 pieds 4 et 200 livres en sera à sa quatrième équipe après Cornwall, Laval, Saint-Georges et Berlin/Saint-Jérôme depuis le début de la saison, au cours de laquelle il a amassé trois points en 14 rencontres.

« C’est un gars qui n’a pas froid aux yeux. Il est capable de prendre soin de lui et de protéger ses coéquipiers », de noter Marc Boivin, rappelant que lors de son seul match face aux Marquis cette saison, le défenseur de 30 ans avait jeté les gants face à Danick Paquette.

Le nouveau venu a discuté avec le recruteur-chef des Marquis, Lucien Paquette, et a manifesté sa joie de se retrouver avec les Marquis.

Ce renfort sera également le bienvenu dans le vestiaire de la formation régionale. « Offensivement, on avait en masse d’éléments à la ligne bleue. Ça nous prenait un gars de même », de trancher Marc Boivin, assurant ne pas avoir terminé ses emplettes du temps des Fêtes.

« On continue de magasiner. On continue aussi de se tenir au courant des gars sur notre liste, s’ils peuvent rentrer. Ce n’est pas impossible, confie Marc Boivin. Tout le monde court après des défenseurs cette année. C’est ce qui fait que ça devient compliqué et que tu dois payer un peu plus cher des fois. Tu n’as pas le choix. »

Après quatre duels consécutifs contre les 3L de Rivière-du-Loup, les Marquis ont maintenant rendez-vous deux fois plutôt qu’une avec les Éperviers de Sorel en fin de semaine. Ils seront sur la route vendredi soir, avant de conclure l’année 2018 devant leurs partisans samedi, au Palais des sports.