«Ça me tue littéralement de laisser aller Dominic Jalbert. Mais tout notre personnel était du même avis. On devait réaliser cette transaction pour le bien de l'équipe», a exprimé le directeur général des Marquis, Dean Lygitsakos.

Jalbert quitte, Roussin s'amène

Dans une transaction impliquant pas moins de sept joueurs avec le Cool FM de Saint-Georges-de-Beauce, les Marquis de Jonquière ont mis la main sur le franc-tireur Dany Roussin, mais ont dû se résoudre à céder l'ancien des Saguenéens Dominic Jalbert.
Les Jonquiérois accueillent également le gardien Michel Robinson et les défenseurs Michael Novosad et Jean-Philipp Chabot. Les Marquis ont aussi envoyé en Beauce le défenseur Bryan Main, l'attaquant David Chicoine et un choix de 9e ronde au prochain repêchage de la Ligue nord-américaine.
Les amateurs de hockey junior se souviennent certainement de Roussin qui a formé un duo explosif avec Sidney Crosby pendant deux saisons avec l'Océanic au début des années 2000. Celui qui célèbre aujourd'hui son 29e anniversaire de naissance dispute une cinquième saison dans la LNAH et a encore sa touche autour du filet avec 104 buts en 192 rencontres et cumule pratiquement un point par match. «On devait acquérir un attaquant de qualité. Roussin en est un, il est un marqueur né, un joueur qui exerce son art dans la circulation lourde devant le filet. Il va très bien compléter les effectifs que nous avons sous la main», de souligner le grand manitou des Marquis qui explique que cette acquisition devenait nécessaire avec tous les absents en attaque ainsi que l'incertitude entourant la blessure de Yannick Tremblay.
«Ma vision est que nous étions en position de force pour bouger en défensive. Nous étions en surplus évident avec l'arrivée de Luis Tremblay et le retour des joueurs blessés. On devait analyser le genre de défensive que nous désirions. Avec cette transaction, on s'assure de mettre chaque joueur dans la bonne chaise et de les rendre heureux. C'est vraiment important cet aspect et c'est trop souvent négligé. On croit fortement à ça, nous», précise-t-il.
Le directeur général annonce que trois des quatre joueurs, Roussin, Novosad et Chabot, habitent la région de Québec, ce qui a pesé dans la balance. «C'est un facteur non négligeable. Plus ils sont proches, moins les risques sont grands qu'ils se tannent de la route à parcourir. Ça ne peut pas nuire», souligne-t-il.
Même s'il demeure l'été à Québec, Jean-Philippe Chabot évolue depuis trois ans dans la CHL, plus précisément à Denver. Lygitsakos a bon espoir de parvenir à attirer le défenseur de 6 pieds 1 et 200 livres. «Nous sommes convaincus qu'il n'est pas si loin que ça de revenir dans la LNAH. Il est un joueur intelligent et fougueux qui joue le style des Marquis. C'est un bel investissement qui pourrait devenir payant», analyse-t-il.
Dean Lygitsakos mentionne également que Michael Novosad est un défenseur «fiable et efficace qui a prouvé sa valeur depuis bon nombre d'années». Pour ce qui est de Michel Robinson, le gardien de 31 ans roule sa bosse depuis de nombreuses années dans divers circuits en Amérique et en Europe. «Il a été coincé derrière le numéro un des dernières années, Jérémy Duchesne et par la relève en Hubert Morin en Beauce. Ses performances démontrent sa capacité à jouer à un haut niveau dans cette ligue. Il nous donne une autre option et de la flexibilité devant le filet. On verra comment le casse-tête se formera», d'indiquer Dean Lygitsakos
Dur de laisser aller Jalbert
C'est à contrecoeur toutefois que Dean Lygitsakos a accepté de laisser aller Dominic Jalbert. «Celle-là, elle est difficile à avaler. Dominic n'a rien fait de mal, au contraire. Je me suis attaché à ce joueur-là. Il a une attitude exemplaire, un excellent joueur et coéquipier, louange le directeur général. Ça me tue littéralement de le laisser aller. Mais tout notre personnel était du même avis. On devait réaliser cette transaction pour le bien de l'équipe. Ce sont par contre des jours comme aujourd'hui, alors qu'on se sépare d'un tel individu, qu'on réalise à quel point le métier que je pratique est humainement difficile.»