Absent depuis le début de la série contre Laval, le joueur de centre Benoit Gratton a pris part à l'entraînement matinal de l'équipe jeudi.

« Il faudra payer le prix », résume Gratton

Même s'il ne savait pas encore s'il serait de l'alignement du match #5 opposant les Marquis de Jonquière aux Prédateurs de Laval au Palais des sports ce soir, Benoit Gratton a tout de même donné des signes encourageants en prenant part à l'entraînement matinal.
En entrevue, le fougueux centre des Marquis avoue qu'il a hâte de pouvoir à nouveau mettre l'épaule à la roue pour aider les siens dans cette série quart de finale qui est maintenant égale 2-2. Le #52 est en effet tenu à l'écart du jeu depuis le dernier match de la saison régulière. « On va regarder comment ça va aller aujourd'hui (jeudi). Je me sens bien, mais il faut aussi tenir compte du fait que je n'ai pas patiné depuis un petit bout. J'ai fait pas mal de vélo et cette semaine, j'ai embarqué un peu sur la glace dans mon coin, mais je n'ai pas pu me tester », a indiqué celui qui prendra part à l'échauffement d'avant-match avant d'être fixé sur son sort.
Cela dit, Benoit Gratton avoue qu'il aimerait mieux être dans le feu de l'action que de regarder ses coéquipiers batailler sur la glace. On ne s'attendait pas à ce que ce soit une série facile, même si Laval dit qu'on aurait dû les battre en quatre. À mon avis, ils disent cela pour essayer d'enlever un peu de pression sur leur équipe. Mais nous, on s'attendait à une série quand même assez robuste. C'est une équipe qui donne toujours de petits coups même après le coup de sifflet. Il ne faut pas embarquer dans leur jeu, mais avec l'émotion, ce n'est pas toujours facile. Bien que je n'ai vu que les matchs à Laval, je pense que le dernier des deux matchs à Laval, j'ai trouvé qu'ils ont vraiment joué dans notre tête et on a embarqué dans leur jeu. On a eu des opportunités de leur faire mal sur des punitions stupides qu'ils ont prises, mais on n'a pas été capables de marquer en avantage numérique. Si l'avantage numérique avait fonctionné et qu'on avait marqué, on aurait gagné le match », avance-t-il. Comme tout le monde, Gratton constate lui aussi que les Prédateurs doivent une fière chandelle à leur gardien Adam Russo, soulignant que les Marquis ont décoché pas moins de 163 lancers contre 99 pour Laval. « C'est sûr qu'il (Russo) est un facteur important et qu'il faudra lancer encore plus. De plus, les Prédateurs jouent bien devant leur filet et ils ne donnent pas beaucoup de deuxième chance. Il faudra donc se mettre le nez dans le trafic et y aller pour le rebond. Il faudra payer le prix », poursuit Gratton.
En bref
Comme prévu, les trois quarts de l'équipe étaient au rendez-vous durant l'entraînement matinal au Palais des sports. Les frères Jérémie et Danick Malouin, Francis Trudel, Jonathan Paiement, Jean-Simon Allard, Jean-Michel Bolduc se joindront au groupe en après-midi...
Le gardien des Jeannois du Collège d'Alma, Simon Boudreault-Belzile, est venu donner un coup de main pour l'entraînement des Marquis...
Les Prédateurs de Laval sont arrivés mercredi au Saguenay et se sont entraînés jeudi matin sur la glace du Foyer des loisirs...
La vente de billets allait bon train jeudi, peu avant midi. Quelque 1200 billets avaient trouvé preneur et le téléphone continuait de sonner. La préposée à la billetterie avait aussi à servir des clients qui se présentaient aux guichets. Bref, ça laisse présager une bonne foule...