Benoit Gratton

Gratton souhaite voir ses «vrais» Marquis à l’oeuvre

Après une première fin de semaine de deux défaites, les Marquis se produiront une première fois devant leurs partisans, vendredi soir, au Palais des sports. Pour l’occasion, ils auront l’occasion de prendre leur revanche sur l’Assurancia de Thetford.

Samedi, les Jonquiérois seront à Saint-Georges pour un premier affrontement face au Cool FM. Qu’est-ce que Benoit Gratton veut voir qu’il n’a pas vu durant la fin de semaine inaugurale ? « Je veux qu’on revienne à l’identité des Marquis des dernières années, une équipe difficile à affronter. J’ai trouvé que les deux derniers matchs, on n’a pas sorti de la manière qu’on aurait voulu, pas seulement dans notre jeu, mais aussi dans notre attitude. On est reconnus comme une équipe difficile à affronter et je n’ai pas retrouvé ça la semaine dernière. C’est vraiment un élément qu’on veut montrer en fin de semaine », de faire savoir l’entraîneur.

Lors du premier week-end, les Jonquiérois n’ont pas obtenu les résultats escomptés avec des revers de 6-2 à Thetford puis de 6-4 à Rivière-du-Loup. « On a vu quand même de belles choses, la semaine dernière. Cependant, pour les belles choses qu’on voyait, il y avait des choses moins bonnes et, toutes les fois, on dirait que ça se retrouvait dans notre but. Même contre Thetford vendredi, lors du premier match, on a eu de bonnes chances. Le gardien Jean-Philippe Levasseur a été solide. Je ne pense pas que le pointage indique nécessairement l’allure de la rencontre. Je ne pense pas non plus qu’on méritait de gagner, je n’irais pas jusque-là, mais on a vu de belles choses. C’est sûr qu’on doit régler beaucoup de choses en défensive. On a donné beaucoup trop de surnombres. C’est quelque chose qu’on va devoir absolument régler. »

Benoit Gratton convient qu’avec plusieurs nouveaux venus, la sauce prendra un peu plus de temps à prendre. Il se donne encore quelques rencontres pour réellement prendre connaissance de l’équipe qu’il a sous la main.

« On ne veut pas se trouver une excuse avec les nouveaux, mais c’est une réalité. Dans une équipe où tu t’entraînes tous les jours, ça paraît peut-être un peu moins parce que tu as la chance de peaufiner le système et de créer une chimie entre les joueurs. Dans notre cas, les joueurs arrivent le vendredi soir, jouent le match et repartent. Ce n’est pas évident à aller chercher. C’est l’une des raisons, mais c’est aux vétérans de l’année dernière de passer le message aux nouveaux et c’est quoi les vrais Marquis. C’est ce qu’on veut envoyer en fin de semaine et ça va prendre exactement ce qu’on va demander », d’indiquer l’entraîneur jonquiérois.

« On n’est pas en panique, mais en même temps, il y a beaucoup de choses à travailler et des points d’interrogation. On va essayer de les régler rapidement et regarder vers l’avant », de poursuivre Benoit Gratton, bien content de retrouver les partisans jonquiérois.

« Ça n’a jamais été facile pour les équipes visiteuses de venir jouer au Palais. Notre foule est l’une des bonnes dans la ligue, sinon la meilleure. On a de bons partisans derrière nous. Les nouveaux vont sentir qu’il y a quelque chose de spécial à Jonquière », d’exprimer Benoit Gratton.

+

EN BREF

• Le nouveau venu Spiro Goulakos ratera toute la fin de semaine, ce qui était prévu à la signature de son contrat la semaine dernière. Jonathan Oligny s’amènera en relève à la ligne bleue avec le vétéran Christopher Guay. Pour sa part, James Desmarais sera en uniforme samedi à Saint-Georges.

• L’ouverture locale des Marquis permettra de rendre un hommage à l’ancien collègue et responsable de la section des sports du Quotidien, Serge Émond, à la retraite depuis le début de l’année. Il se chargera d’ailleurs de la mise en jeu protocolaire, devant parents et amis.