Le défenseur Spiro Goulakos sera en uniforme pour le premier match de la saison, vendredi, à Thetford.

Goulakos s'entend avec les Marquis

À la veille du début de la saison dans la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH), les Marquis de Jonquière ont ajouté une pièce importante à leur brigade défensive avec la mise sous contrat de l’arrière format géant Spiro Goulakos.

Les pourparlers avec le défenseur de 28 ans se déroulaient depuis déjà plusieurs semaines.

Goulakos n’a pas eu un parcours typique dans le monde du hockey. Après avoir joué quatre ans dans le junior AAA, le natif de Montréal a pris la route des collèges américains (ECHL), étant même nommé capitaine de la formation de l’Université de Colgate lors de ses deux dernières saisons. Après deux campagnes à partager son temps entre la Ligue américaine (LAH) et la ECHL, le joueur de 6 pieds 2 pouces et 194 livres s’est exilé en Angleterre l’an dernier, amassant 56 points en 47 rencontres, en plus de passer 221 minutes au cachot.

Pour le directeur général de l’équipe, Marc Boivin, il s’agit d’un coup de circuit. « Avec l’ajout de Goulakos, Jonathan Diaby et Mathieu Brisebois, la défensive des Marquis sera assurément l’une des meilleures de la LNAH. La signature de ce joueur n’aurait pas été possible sans le flair exceptionnel de notre recruteur-chef, Lucien Paquette, qui l’a repêché en dixième ronde du repêchage universel de 2017 », a-t-il souligné, annonçant que le nouveau venu sera en uniforme dès l’ouverture de la saison, vendredi soir, à Thetford.

Capitaine

Les dirigeants des Marquis de Jonquière ont trouvé leur nouveau capitaine. Il sera dévoilé seulement en fin de semaine, après l’annonce aux joueurs. « On va garder ça pour nous pour le moment. Je ne l’ai pas annoncé encore aux joueurs. J’aime donc mieux ne pas en parler tout de suite, mais on va en avoir un, ça s’est sûr », a assuré l’entraîneur, Benoit Gratton.

Les Jonquiérois auront plusieurs nouveaux visages cette saison, particulièrement au sein de la brigade défensive. « On a rentré un gars comme Jonathan Diaby, qui n’a pas joué depuis environ un an et demi. On va lui laisser un bon mois pour bien évaluer son jeu. C’est la même chose pour les nouveaux joueurs. On ne veut pas évaluer les joueurs trop vite. De ce que j’ai vu au camp et lors des deux matchs préparatoires, on va avoir une équipe excitante à regarder. Je pense qu’on va avoir beaucoup de rapidité et on va être capables d’amener l’élément de robustesse également », d’estimer l’entraîneur-chef, ayant en tête un autre nouveau venu, Danick Paquette.

À l’attaque

Dans son évaluation, d’autres nouvelles acquisitions en attaque ont permis d’ajouter de la vitesse, un peu à l’image des plus récents champions de la Coupe Vertdure, les Éperviers de Sorel-Tracy.

« Je pense que leur vitesse faisait la différence. Ils étaient robustes en défensive, mais en attaque, ça patinait beaucoup. Pendant l’été, Rivière-du-Loup est allée chercher des joueurs peut-être plus petits, mais plus rapides. C’est un peu la tangente dans le hockey en général. C’est la vitesse qui prime. Notre ligue n’a pas le choix de suivre cette vague. C’est certain qu’on veut garder l’ADN de la LNAH, qui a toujours été la robustesse. On est quand même allés chercher des gars qui sont capables de tenir leur bout de ce côté », de faire valoir Benoit Gratton.

Absents

Samedi, il devra toutefois se passer de Jean-Simon Allard tandis que James Desmarais et Stephan Chaput rateront la fin de semaine inaugurale. « Après Noël, ils vont être quand même assez disponibles. C’est un autre plus. Oui, on ne les aura peut-être pas tout le temps en début de saison, mais si on peut les avoir dans l’alignement en fin de saison et pour les séries, ça va nous donner une profondeur. On ne veut pas revivre ce qu’on a vécu l’an dernier. On essaie d’amener beaucoup de joueurs qui vont être capables de jouer quand ça va compter », d’expliquer Benoit Gratton,

+

Benoit Gratton: L'avantage d'être un ancien joueur

Benoit Gratton n’est plus une verte recrue derrière le banc des Marquis. Il entreprendra vendredi sa deuxième saison à la barre de la formation jonquiéroise. 

«En ayant joué, je connaissais bien la ligue et surtout les joueurs. Je dirais encore plus qu’un entraîneur. Quand tu affrontes les joueurs, tu connais bien les tendances et encore plus les forces qu’un entraîneur derrière le banc. C’était un avantage pour moi. C’est sûr que l’an dernier, c’était quand même un défi de passer de jouer à entraîner en une année. C’est sûr que cette année, sans dire que je me sens plus confortable, ça va être une équipe un peu plus à ma main», souligne-t-il. 

Hommes forts

Dans la Ligue nord-américaine de hockey, la gestion des hommes forts est un élément important qu’a apprivoisé Benoit Gratton la saison dernière. «Oui, on aimerait ça en avoir, mais en même temps, il y en a de moins en moins», rappelle-t-il, estimant du même souffle que l’ajout de joueurs comme Danick Paquette et Jonathan Diaby aura des répercussions très positives. 

«C’est le fun d’avoir des joueurs comme ça, mais qui sont capables de donner 15-20 minutes de temps de glace et même plus. Je ne nommerai pas de noms, mais des joueurs qui font une présence par période, ce n’est pas très intimidant», convient Benoit Gratton.

«Un joueur comme Paquette, qui fait une présence régulière, va être dans la face des joueurs adverses de premier et de deuxième trio, c’est une autre histoire. C’est beaucoup plus intimidant quand tu sais que le joueur est sur la glace, patine et est capable d’appliquer de bonnes mises en échec. On ne se fera pas intimider», assure-t-il. 

+

Hugo Carpentier ne s'est pas présenté avec les BlackJacks de Berlin

L’ancien capitaine des Marquis Hugo Carpentier a décidé de ne pas se présenter avec les BlackJacks de Berlin. Peu après la transaction qui l’a fait passer aux mains de la formation américaine en août, en compagnie du défenseur Jonathan Paiment, il avait mentionné être en réflexion, n’ayant pas le désir de faire cinq heures de route et de passer les douanes toutes les fins de semaine.

Alex Picard, qui avait fait le camp des Marquis l’an dernier avant de s’entendre avec une formation de la Ligue continentale russe (KHL), est présentement au Québec et sans contrat. « S’il n’a pas reçu d’offre à la fin octobre, ça ne me surprendrait pas qu’on le voie dans notre équipe en novembre », d’indiquer Benoit Gratton à propos de l’ancien choix de première ronde, 8e au total, par les Blue Jackets de Columbus. « Ce n’est pas un joueur qui est en fin de carrière. Il a 32 ans et il est encore capable d’en donner. Ça pourrait être toute une acquisition pour nous », exprime-t-il. 

Pour une cinquième saison, il sera possible de suivre les matchs des Marquis sur la route sur les ondes de CKAJ 92,5. Dominic Bolduc assurera encore la description.

es partisans des Marquis devront patienter jusqu’au vendredi 12 octobre pour voir leurs favoris en action sur la glace du Palais des sports, contre l’Assurancia de Thetford.