Incapables de percer la muraille du gardien de l’Assurancia de Thetford Philippe Cadorette, il y a une semaine devant leurs partisans, les Marquis pourront se reprendre vendredi soir, cette fois contre les 3L de Rivière-du-Loup.

En nette progression

Avec une première victoire en poche, les Marquis de Jonquière vont tenter de franchir la barre respectable de .500, vendredi soir, en recevant les 3L de Rivière-du-Loup au Palais des sports.

La formation de la Ligue nord-américaine a signé un premier gain, samedi dernier, par la marque de 5-4 face au Cool FM, à Saint-Georges. Ces deux points ont enlevé un certain poids sur les épaules des joueurs, après trois défaites pour amorcer la saison régulière.

« C’est certain qu’on n’aurait pas voulu être 0-4, mais c’est surtout dans la façon de jouer qui me rend un peu plus confiant et plus heureux de mon équipe, a réagi l’entraîneur-chef Benoît Gratton. Même si on n’a pas gagné vendredi (défaite de 2-0 contre Thetford), on a peut-être joué trois meilleures périodes que dans notre victoire du lendemain. »

Les Marquis ont effectivement connu leur part d’ennuis en troisième période du duel contre Saint-Georges. En avance 5-2 après 40 minutes de jeu, ils ont vu le Cool FM réduire l’écart à 5-4 au dernier tiers, en plus de bombarder le gardien Cédrick Desjardins de 21 lancers.

Desjardins et ses coéquipiers ont finalement résisté à la remontée, pendant que les locaux terminaient le match avec 52 tirs. Benoît Gratton ne faisait pas un grand enjeu avec le nombre élevé de tirs.

« On a eu plus de chances de lancers qu’eux, a-t-il nuancé. Cédrick a fait de bons arrêts et il ne faut pas lui enlever du crédit, mais plusieurs tirs venaient de l’extérieur. Ils ont peut-être le quart de leurs tirs à cinq contre cinq et le reste est venu en avantage numérique. »

Avec quatre matchs sous le compteur, le jeu d’ensemble des Marquis devient de plus en plus solide, d’après les observations de l’entraîneur en chef.

« Les nouveaux joueurs commencent à s’acclimater à la ligue, au système de jeu et à leurs coéquipiers, a fait valoir Benoît Gratton. Ce n’est pas seulement une question de cohésion sur la glace, c’est aussi la chimie dans le vestiaire qui prend forme. Les joueurs commencent à se sentir plus à l’aise. »

Gratton a également donné une bonne note à son avantage numérique, qui marque un but à toutes les cinq occasions depuis le début de la campagne. Il a souligné que la présence des défenseurs Jonathan Diaby et Mathieu Brisebois à la pointe ajoutait une nouvelle dynamique.

« Au cours des dernières saisons, on n’avait pas ce luxe et en ayant cette dimension, ça vient ouvrir d’autres options en bas de zone », a estimé Benoît Gratton.

+

EN BREF

Après le match de vendredi à Jonquière, les Marquis vont traverser la frontière américaine samedi en vue d’un affrontement face aux BlackJacks de Berlin. La nouvelle formation ne semble toutefois pas soulever les passions au New Hampshire, comme en font foi les foules de 445 et 253 spectateurs lors des deux premiers matchs locaux.

L’attaquant James Desmarais sera à son poste vendredi, mais il sera absent, samedi, à Berlin. Le défenseur Spiro Goulakos sera en uniforme pour les deux rencontres de la fin de semaine, et finalement, Samuel Blanchet fera ses débuts avec les Marquis.