Outre le retour de Jonathan Diaby, retenu à l’écart du jeu en raison d’une suspension, la brigade défensive des Marquis profitera aussi des services de Mathieu Brisebois (photo), qui était à l’écart en raison d’une blessure.

Deux retours à la défensive

Avec les retours au jeu de Jonathan Diaby et Mathieu Brisebois, la brigade défensive des Marquis sera solidifiée, vendredi soir, pour l’affrontement face aux meneurs au classement général de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH), à Thetford.

Les deux arrières ont raté les trois dernières rencontres pour des raisons différentes. Pendant que Diaby était suspendu, Brisebois était à l’écart en raison d’une blessure. « Ce sont deux gros changements », a fait savoir l’entraîneur-chef Benoît Gratton lorsque questionné au sujet de l’alignement face à l’Assurancia.

« Disons qu’on retrouve nos deux meilleurs défenseurs. Juste là, je pense que ça va faire une grosse différence », a-t-il repris.

« Ce sont les deux gars les plus utilisés en avantage numérique. Disons qu’en ne les ayant pas, ça changeait la dynamique », d’avouer Benoît Gratton, alors que l’attaque massive des Marquis n’a produit qu’un seul but en neuf occasions, la semaine dernière, face aux Éperviers de Sorel, ce qui a mené à une victoire en territoire ennemi et un revers le lendemain à domicile.

« Souvent, l’avantage numérique, c’est ce qui peut faire la différence entre la victoire et la défaite. En début de saison, on réussissait à marquer ces buts. C’est l’un des éléments où tu peux changer le momentum et le cours d’un match. Si tu n’es pas capable de marquer en avantage numérique, ça devient plus difficile de gagner des matchs », de convenir l’entraîneur-chef Jonquiérois.

Avec neuf matchs à disputer au calendrier régulier, les Marquis se retrouvent en deuxième position du classement général, deux points derrière Sorel, mais surtout sept derrière l’Assurancia qui a également un match en main. Le duel de vendredi pourrait donc sonner le glas des espoirs des régionaux.

« Le classement, avec tout le monde qui fait les séries, on aimerait au moins finir deuxièmes et avoir l’avantage de la glace, mais présentement, il faut vraiment se axer sur la façon qu’on joue. Peu importe, si on veut aller jusqu’au bout, on va devoir battre les meilleures équipes. Le classement à ce stade-ci de l’année, on peut laisser ça de côté et se concentrer à jouer les meilleurs matchs à chaque fois. Dernièrement, on a un bon match, un moins bon, un bon match, un moins bon. C’est sûr qu’on fait beaucoup de changement de personnel de match en match. Ce n’est pas évident tout le temps, mais c’est la réalité de notre ligue. Vendredi soir, à l’exception de Jean-Michel Bolduc qui sera régulier, on aura un alignement pratiquement complet. Sinon, tout le monde est là. Il n’y a donc plus d’excuses », d’affirmer l’entraîneur des Marquis, qui éprouvent certaines difficultés devant leurs partisans, mais ont remporté leurs deux dernières parties sur les patinoires adverses.

« J’ai parlé à Martin Gagné, plus tôt cette semaine, et c’est ce qu’on se disait, que la bonne nouvelle, c’est qu’on est sur la route. Dernièrement, on est meilleurs sur la patinoire adverse. On va essayer de rester positif et utiliser cet élément pour se motiver », de souligner Benoît Gratton, qui déléguera Cédrick Desjardins devant le filet des siens.