L’entraîneur-chef Benoît Gratton s’attend à une forte progression dans le jeu d’Alexandre Picard (photo) par rapport à sa première fin de semaine dans l’uniforme des Marquis.

Des décisions difficiles à prévoir pour Benoît Gratton

Depuis le début de la saison, les Marquis de Jonquière ont marqué le plus grand nombre de buts avec 88 en 20 rencontres. L’ajout de l’attaquant Francis Verreault-Paul ne nuira certainement pas à provoquer de l’offensive. « Ça va paraître. Je suis sûr qu’il va voler sur la glace », de souhaiter l’entraîneur-chef Benoît Gratton.

Les adversaires des Marquis pour un deuxième programme double en autant de semaines, les 3L de Rivière-du-Loup, arrivent au 2e rang de la Ligue nord-américaine avec 71 réussites, à égalité avec les Éperviers de Sorel. Contrairement à la semaine dernière, les rôles seront toutefois inversés alors que les Marquis seront à domicile, vendredi, avant de se rendre au Bas-Saint-Laurent, samedi. « Disons qu’on sait à quoi s’attendre », a convenu en riant l’entraîneur-chef.

À court terme, Gratton n’aura pas de décisions déchirantes à prendre étant donné l’absence pour les deux matchs de James Desmarais. Il est toutefois conscient qu’avec une attaque aussi bien nantie, avant longtemps, certains verront leur temps de glace diminuer. « C’est un luxe à avoir quand tu as de bons joueurs qui arrivent. En même temps, il faut que tu gères le temps de glace de tout le monde. Les gars sont professionnels. Ça reste le côté business du hockey. Un moment donné, il faut que tu acceptes certaines choses. Je suis passé par là aussi. Ça fait partie du monde d’un joueur de hockey, c’est la réalité », de confier Benoît Gratton qui mutera Gabriel Lévesque à la défense pour les deux rencontres face aux 3L.

L’entraîneur-chef insérera le nouveau venu sur un trio offensif. Verreault-Paul se retrouvera au centre d’une ligne complétée soit par Alexandre Quesnel et Christian Ouellet ou encore Yannick Riendeau et Danick Paquette. « De toute façon, on n’a pas vraiment de premier ou deuxième, d’estimer Benoît Gratton. Un ou l’autre, il va être bien entouré. »

« Si on est capables d’aller chercher un ou deux défenseurs défensifs, je pense qu’on commence à parler d’un alignement pour aller jusqu’au bout », d’avancer Benoît Gratton qui croit qu’Alexandre Picard montrera une progression significative par rapport à sa première fin de semaine dans l’uniforme jonquiérois.

Dossier Goulakos

En revanche, la brigade défensive jonquiéroise possède beaucoup moins de profondeur. Spiro Goulakos, qui n’a disputé que 11 des 20 rencontres de l’équipe, mais a tout de même amassé 12 points, sera de nouveau absent pour la fin de semaine. Benoît Gratton explique qu’il suit présentement une formation pour son travail à Toronto, ce qui limite grandement sa disponibilité. L’arrière montréalais de 28 ans terminera ce stage prochainement et pourrait donc être en uniforme plus régulièrement après les Fêtes. « On espère qu’il puisse revenir. Quand il est là, il est assez productif. On travaille fort sur ce dossier », d’assurer Benoît Gratton, précisant que Jonathan Oligny, qui était moins disponible pour des raisons familiales, a fait part de fortes probabilités de pouvoir revenir dans le giron des Marquis en 2019.