James Desmarais a réussi le premier but des Marquis, au cours de la première période.

Défaite des Marquis en prolongation

Les Marquis ont effacé un retard de deux buts en première période avant de prendre le contrôle de la rencontre contre les 3L de Rivière-du-Loup, samedi soir au Palais des sports, mais les visiteurs ont finalement quitté Jonquière avec une victoire de 4-3 en prolongation.

Les locaux ont dominé 38 à 22 dans la colonne des tirs, mais ils n’ont pas réussi à inscrire le gros but face à leur ancien coéquipier Loïc Lacasse. En prolongation, le longiligne Simon Danis-Pépin a scellé l’issue du match à la suite d’un revirement.

«Ils (les 3L) sont sortis assez forts avec deux buts, mais on a pris le contrôle en deuxième et troisième périodes, avant qu’ils marquent un troisième but plutôt chanceux selon moi, a résumé l’entraîneur-chef des Marquis, Benoît Gratton. En prolongation, tout peut arriver. Dans l’ensemble, je suis très satisfait de notre match.»

Auteur d’un jeu blanc la veille, le gardien Cédric Desjardins a cédé deux fois devant Kévin Veilleux en première période, avant que James Desmarais et Francis Trudel fassent plaisir aux 1406 spectateurs en déjouant Lacasse. Le but de Trudel est survenu alors qu’il restait à peine un dixième de seconde au cadran.

Dans la dernière minute de jeu de la deuxième, Danick Malouin a donné les devants aux Marquis pour la première fois de la soirée. Jean-Philip Chabot a fait 3-3 à mi-chemin au dernier tiers.

«On aurait aimé capitaliser sur l’avantage numérique ( 0 en 5) et à 3-2, on aurait aimé fermer les livres, a indiqué Benoît Gratton. On a donné espoir à l’autre équipe et je pense qu’il faut essayer d’avoir l’instinct du tueur pour aller chercher le gros but. On va travailler sur cet aspect.»

Les Marquis (5-2-2) disputent leur prochain match vendredi soir, en recevant la visite des Éperviers de Sorel-Tracy (6-3-1).

En bref

Une situation cocasse est survenue pendant les cérémonies d’avant-match. Au terme d’une présentation pour honorer les anciens combattants, un problème technique a empêché l’interprétation de l’hymne national. L’annonceur maison a invité la foule à venir en renfort, avant qu’un Vétéran de l’armée canadienne s’empare d’un micro pour chanter l’Ô Canada. En ce jour du Souvenir, disons que le moment aurait été plutôt mal choisi pour décider d’ignorer l’hymne national.

Cédric Desjardins n'a pu que constater les dégâts sur cette frappe de la pointe de Kevin Veilleux.