Les Marquis de Jonquière ont perdu 3-2 face aux 3 L de Rivière-du-Loup.

Défaite crève-coeur des Marquis

À l’instar de la série quart de finale contre Saint-Georges, les Marquis de Jonquière ont concédé le premier affrontement aux 3 L de Rivière-du-Loup en s’inclinant 3-2 devant plus de 1700 spectateurs, dont plusieurs partisans ont manifesté leur colère face au travail des arbitres surtout en fin de rencontre. Malgré cette défaite crève-coeur, il est clair que les Jonquiérois ont l’intention de rebondir lors du deuxième match, dimanche, à Edmundston.

L’entraîneur Benoit Gratton avait prédit une série rude et intense contre Rivière-du-Loup et c’est ce qui s’est produit vendredi au Palais des sports. L’émotivité a atteint son paroxysme avec environ 3mn30 à faire dans la rencontre. Choqués par le travail des officiels, des partisans ont lancé des objets sur la patinoire, dont une poubelle bien remplie. Les dernières secondes ont été tumultueuses et il était temps que ça finisse !

Bon départ

Les Marquis ont pourtant amorcé la rencontre en force pour prendre les devants 2-0 avec moins de cinq minutes à faire en première. Vincent Richer a mis à profit le seul avantage numérique des locaux pour tromper la vigilance de Loïc Lacasse sur des passes de James Desmarais et de David Bastien. Les Marquis ont bourdonné dans la zone adverse tant et si bien que Bastien a finalement pris de vitesse Lacasse pour doubler l’avance des Jonquiétrois avec 4mn30 au tableau. Mais au grand dam des partisans, les Marquis ont écopé de deux pénalités consécutives. Le gros trio des 3 L n’a pas manqué sa chance sur la première infraction et le rapide Marc-Olivier D’Amour a eu le meilleur sur Cédrick Desjardins. Évidemment, les partisans ont fait savoir leur mécontentement aux officiels en scandant les slogans habituels avec entrain.

En deuxième, malgré une domination des Jonquiérois au chapitre des tirs au but (16-8), les visiteurs ont créé l’égalité par l’entremise de Jean-Philip Chabot, quelques secondes après la fin d’une pénalité aux Marquis. Puis, en troisième, l’imposant Kéven Veilleux s’est retrouvé aux côtés du petit Gabryel Paquin-Boudreau lors d’une mise au jeu et le 23 l’a visiblement irrité. Une escarmouche a ensuite éclaté près du banc des locaux et deux joueurs de chaque formation ont été chassés sur la séquence. Peu après, Alex Bourret a toutefois écopé d’un quatre minutes pour bâton trop élevé et les Marquis se sont retrouvé à court d’un homme pendant encore 2mn36. Malheureusement, Veilleux a réussi à loger la rondelle derrière Desjardins avec cinq secondes à égrener à la pénalité pour permettre aux siens de prendre les devants pour la première fois dans le match. Avec moins de dix minutes à jouer, l’intensité et la robustesse ont monté d’un cran. Avec 3mn19 à faire dans la rencontre, Hugo Carpentier a servi une rude mise en échec à Veilleux qui a fait éclater la baie vitrée. Veilleux a retraité au vestiaire, semblant blessé au poignet droit et ayant subi des coupures d’éclats de verre. Il s’en tire avec des points de suture.

Pas de panique

En point de presse, Benoit Gratton assure qu’il n’y a pas de quoi paniquer et qu’il profitera de l’entraînement de samedi pour apporter les ajustements requis.

« Ç’a été un match avec beaucoup d’émotion où chaque équipe n’a pas laissé beaucoup d’espace à l’adversaire. Des deux côtés, il y a eu des moments forts et d’autres moins forts. Il n’y a pas vraiment eu de momentum, sauf peut-être en deuxième où je pense qu’on a dominé l’autre équipe durant le premier dix minutes, mais après, l’avantage numérique de quatre minutes a fait la différence. C’est dommage, car on avait quand même bien joué pour contrer l’avantage numérique et ils ont marqué alors qu’il restait cinq secondes. On n’a pas été opportunistes sur l’avantage numérique et je pense que le match s’est joué sur les unités spéciales.

« Dans ce vestiaire, il y a plusieurs joueurs qui ont gagné (la coupe). En première ronde, nous avions perdu le premier match. J’ai gardé la même approche dans cette série que celle contre Saint-Georges. Je m’attends à une série qui ira en six ou en sept matchs. On va regarder les vidéos ce soir et samedi, nous aurons un bon entraînement et on repart à zéro dimanche. » Déjà éprouvés par les blessures pendant une bonne partie de la saison, les Marquis ont perdu les services de Philippe Paradis pour dimanche. « On a jonglé avec les trios et les paires de défenseurs toute l’année. Ça ne change rien présentement. On reste positif et j’ai bien confiance aux joueurs qui seront présents. »

Quant au travail des arbitres, l’entraîneur-chef s’est limité à dire qu’il a eu l’impression qu’il n’y avait plus de règlements dans les cinq dernières minutes de jeu, à tel point qu’il s’est inquiété pour la sécurité des joueurs de part et d’autre. 

LES MARQUIS EN BREF

• Exceptionnellement, le match #2 de la série demi-finale Marquis-3 L aura lieu dimanche, à 15 h, au Centre Jean-Daigle d’Edmundston, au Nouveau-Brunswick. Le Centre Premier Tech est en effet occupé par le Salon de l’habitation et du plein air en fin de semaine. Par contre, ce sera le retour à la normale pour les autres matchs de la série qui seront présentés au Centre Premier Tech...

• La fin de la saison 2017-18 au Palais des sports passera à l’histoire puisque c’était la deuxième fois en moins d’un mois qu’une baie vitrée éclatait après une rude mise en échec. Le 16 mars, une baie vitrée dans le virage de la section 4 a éclaté. Ça faisait plus de dix ans qu’une telle malchance s’était produite (en 2005-06)...

• Alexandre Quesnel, Stefan Chaput, Juraj Kolnik, Christopher Guay et Yannick Riendeau n’étaient pas en uniforme vendredi et le Normandinois Philippe Paradis s’est ajouté à la liste environ à mi-chemin de la première. Le robuste 55, qui a encaissé de rudes mises en échec, n’est pas revenu au jeu par la suite...

• Luis Tremblay a été atteint par un tir au niveau du cou en fin de deuxième et il a retraité rapidement au vestiaire. Plus de peur que de mal puisqu’il a été de retour au jeu en troisième...