La défensive des Marquis de Jonquière présentera un nouveau visage avec l’arrivée de nouveaux défenseurs, dont Jason Bell.

Créer la chimie

Instaurer rapidement une chimie au sein de l’équipe. Voilà le défi que s’est donné l’entraîneur-chef des Marquis de Jonquière, Benoit Gratton, en ce début du camp d’entraînement de la formation jonquiéroise de la Ligue nord-américaine de hockey.

«L’an passé, c’était pas mal tous les mêmes joueurs qui étaient au camp, mais cette année, je n’ai pas le choix. En ayant tous ces nouveaux joueurs, l’objectif sera d’implanter le système de jeu rapidement, résume-t-il, à l’autre bout du fil. On veut que tous les joueurs soient sur la même longueur d’onde en vue des matchs hors concours. Le défi sera de créer une chimie rapidement entre les vétérans et les nouveaux, surtout qu’on a seulement deux matchs hors concours. Ce ne sera pas nécessairement facile. D’ailleurs, on va se donner quelques matchs en début de saison pour s’ajuster.»

Le camp, qui a pris son envol vendredi soir au Palais des sports, comptait en effet plusieurs nouveaux visages. Surtout à la ligne bleue où la défensive a été renouvelée avec les départs de Jonathan Paiement et Francis Trudel, la retraite de Luis Tremblay et la disponibilité moindre de Jean-Michel Bolduc. Mathieu Brisebois et Jason Bell se joindront aux vétérans Vincent Richer et Danick Malouin. Malheureusement, les quelques partisans présents qui espéraient voir à l’oeuvre le choix numéro un des Marquis, Jonathan Diaby, devront patienter, car le défenseur n’a pu être présent en raison d’un décès dans son entourage.

Chez les attaquants, les vétérans Alexandre Quesnel, Jean-Simon Allard, Jérémie Malouin, Gabryel Paquin-Boudreau, Yannick Riendeau, Jean-Sébastien Bérubé, Matthew Boudreau et Steven Oligny étaient impatients de sauter sur la glace. Chez les nouveaux, on retrouve Danick Paquette et Gabriel Lévesque, ainsi que les joueurs invités Cédric Labelle, François Bérubé, Michaël Lafrance et le Saguenéen Samuel Brassard. Devant le filet, les Marquis sont encore en voiture avec la présence de Cédrick Desjardins et de Raphaël Girard.

En attente
Le DG des Marquis, Marc Boivin, travaille encore sur quelques dossiers. «(Le centre) Stephan Chaput s’est ouvert un nouveau commerce et c’est ce qui a retardé sa décision. Il pourra être de l’alignement tous les samedis et ratera environ quatre vendredis d’ici les Fêtes. Il sera de retour en forme», assure le DG.

Marc Boivin poursuit également des discussions avec le défenseur Spiro Goulakos, 6’2’’, 194 livres, qui a joué pour les Giants de Belfast dans la ligue d’Angleterre. En 47 matchs, il a amassé 56 points (12 buts, 44 passes) et 221 minutes de punition. «Ce n’est pas un gars pour se battre, mais c’est un gars qui frappe (durement)», souligne le DG.

Samedi, les joueurs sauteront pour un entraînement de 9h à 11h, ainsi que pour la tenue d’un match intraéquipe qui se déroulera de 17h à 19h. Un dernier entraînement est programmé pour dimanche, de 9h à 11h.

+

MATHIEU BRISEBOIS: UN DÉFENSEUR OFFENSIF QUI AIME LA ROBUSTESSE

Après avoir passé les deux dernières saisons en France et en Angleterre, le défenseur Mathieu Brisebois avait le goût de rentrer au Québec. L’offre des Marquis tombait donc à point pour l’ancien défenseur étoile des Huskies de Rouyn-Noranda, d’autant plus qu’il connaît déjà plusieurs joueurs de la formation jonquiéroise.

L’athlète de 26 ans connaît en effet Dannick Paquette et son père Lucien (recruteur en chef), Gabryel Paquin-Boudreau, les frères Malouin et le gardien Raphaël Girard, entre autres. Comme il a entendu parler en bien de la Ligue nord-américaine et de l’organisation des Marquis, il a décidé de saisir cette opportunité qui lui permettait de continuer à jouer du hockey de bon calibre. 

«La LNAH a beaucoup changé au fil des années et je n’ai entendu que de bons commentaires. Plusieurs bons joueurs sont revenus et je pense que ce sera une très bonne ligue», avance-t-il. Et que souhaite-t-il apporter aux Marquis? «Je suis un défenseur offensif qui aime quand même jouer robuste. Je pense que ce sera l’fun», lance-t-il en riant. 

Mathieu Brisebois a passé trois saisons dans la Ligue américaine et la ECHL avant de faire le saut en Europe. En 2016-17, durant sa saison à Amiens, en France, il présentait une fiche de 23 points (6 buts, 17 passes) et 72 minutes au cachot. En série, il a récolté un but et deux passes en cinq rencontres. La saison dernière, avec les Panthers de Nottingham, il a inscrit trois buts, amassé six passes et écopé de 37 minutes de pénalité en 28 rencontres.