Le gardien des Marquis Michel Robinson a fait face à 42 lancers.

Cousineau bat Jonquière

Le Viking de Trois-Rivières est reparti du Palais des sports avec une victoire de 5-2 et deux gros points en poche, hier soir, mais les Marquis le lui auront fait payer chèrement. En fait, il était temps que la rencontre, disputée devant 1429 spectateurs, prenne fin parce qu'on aurait peut-être fini par manquer de soldats dans les deux camps.
Ce qui est sûr, c'est que les gardiens n'ont pas manqué d'ouvrage. Le cerbère de Trois-Rivières, Marco Cousineau, a repoussé 48 des 50 lancers dirigés contre lui tandis que Michel Robinson, qui disputait son premier match dans l'uniforme des Marquis, a fait face à 41 lancers.
Dans une première période marquée par de nombreuses pénalités de part et d'autre, les Trifluviens ont profité du jeu de puissance pour se forger une avance de 2-0 sur des tirs de Peter-James Corsi et de Tommy Lafontaine (à la faveur d'un 5 contre 3 dans ce dernier cas).
En deuxième, les Jonquiérois ont un peu mieux joué, sans toutefois être capables d'acheter un but, tandis que le Viking a conforté son avance sur un tir dévié de Benjamin Casavant.
En troisième, les troupes de Lygitsakos ont redoublé d'ardeur, - ce qui n'est pas peu dire avec 22 tirs! - et ça a fini par payer. Mais il aura tout de même fallu attendre 43mn12 avant de voir les locaux s'inscrire au pointage. Profitant d'un jeu de puissance, Bruno Saint-Jacques s'est pointé à la gauche de Cousineau avant d'y aller d'une belle passe latérale sur la palette de Simon Laliberté qui n'a pas raté sa chance.
Malheureusement, Nicolas Dumoulin a redonné une avance de trois buts en marquant sur un puissant tir de la ligne bleue. Encouragés par la foule, les Marquis ont de nouveau déjoué Cousineau, par l'entremise de Jean-Simon Allard, sur des passes d'Hugo Carpentier et de Michael Novosad.
Avec 2mn10 à jouer, les Marquis ont joué leur va-tout en retirant leur gardien au profit d'un 6e attaquant. En vain puisque le rapide Peter-James Corsi a marqué son 2e du match dans un filet désert malgré la glissade de Saint-Jacques pour bloquer le tir.
Un placement
En entrevue d'après-match, Dean Lygitsakos a déclaré d'entrée de jeu que ses troupes «avaient joué leur meilleur effort de la saison. On fait face à de l'adversité avec les blessures, les absences, l'arbitrage, etc. J'ai demandé à nos joueurs de revenir à notre identité, soit de finir nos mises en échec, de batailler pour toutes les rondelles libres, de gagner les territoires devant les filets offensifs et défensifs. Ce soir, nous avons été sans reproche à cet égard», a-t-il tranché.
«Autant à Sorel (vendredi) j'ai trouvé qu'on a abandonné tôt, qu'on n'a pas défié nos adversaires, que ce soit avec nos coups d'épaules ou notre vitesse, autant ce soir on leur a mis dans la face. Après deux périodes c'était 35-6 pour les mises en échec de notre côté. On a été dominants physiquement, mais on s'est butés à un gardien en parfaite possession de ses moyens et n'eut été de lui, je pense qu'on les aurait pulvérisés.»
D'ailleurs, le pilote des Marquis estime que ses troupes ont fait un bon placement en malmenant les Trifluviens. Il a comparé cela à un placement au guichet qui rapportera si jamais ils doivent affronter Trois-Rivières dans une série 4 de 7...
1- Marco Cousineau
2- Jean-Michel Bolduc
3- Jonathan Paiement