L’attaquant Gabriel Lévesque sera utilisé comme défenseur vendredi soir, face aux Éperviers de Sorel.

Complications dans la brigade défensive

La suspension de cinq rencontres du défenseur Jonathan Diaby complique grandement la tâche des dirigeants des Marquis à l’aube du duel pour la première place, vendredi soir, au Palais des sports, face aux Éperviers de Sorel. Malgré plusieurs tentatives de leur part, le casse-tête de la brigade défensive a été très difficile à compléter.

Rien pour simplifier les choses, les défenseurs Spiro Goulakos et Jonathan Oligny ont annoncé de mauvaises nouvelles lors des derniers jours. Dans le cas de Goulakos, il ne peut pas être présent au match de vendredi soir. Pour Oligny, en raison de ses nouvelles obligations familiales, après mûre réflexion, le défenseur ne se joindra pas aux Marquis.

Face aux Éperviers, l’attaquant Gabriel Lévesque sera donc utilisé à la défense. Il a déjà disputé un match plus tôt cette saison où il avait bien fait et a également évolué à cette position pendant une demi-saison en Europe. « Il est capable de se débrouiller. Sur l’avantage numérique, il va jouer à la pointe où il est à l’aise », d’indiquer l’entraîneur-chef Benoit Gratton, estimant que le nouveau membre de la brigade défensive possède une bonne vision et sera en mesure de bien distribuer la rondelle en relance.

La suspension de cinq matchs imposée à Jonathan Diaby a compliqué les choses dans la brigade défensive des Marquis.

Coincé par le règlement de la Ligue nord-américaine de hockey qui ne permet plus la signature d’agents libres depuis la semaine dernière, le directeur général de la formation jonquiéroise, Marc Boivin, tente par tous les moyens de trouver des solutions via la liste de protection de l’équipe, ce qui n’a pas débloqué cette semaine, mais les discussions se poursuivent avec quelques joueurs.

Benoit Gratton pensait pouvoir compter sur du renfort, mais devra finalement s’en passer. « Je sais que c’est frustrant pour les partisans, mais c’est frustrant aussi pour l’organisation, les entraîneurs. Marc et Lucien Paquette travaillent fort. On essaie et on veut amener de la robustesse. Les fans le demandent et moi aussi. Tout le monde pense la même chose », d’insister l’entraîneur-chef, convenant que la perte de Diaby pour cinq matchs, en raison de son implication dans une bagarre générale samedi dernier, était majeure pour l’organisation jonquiéroise.

« Dans les deux sens de la patinoire, c’est notre meilleur défenseur, sans aucun doute. Je ne pense pas qu’on va pouvoir le remplacer. En même temps, on va donner un peu plus de temps de glace à d’autres joueurs, (Vincent) Richer, (Danick) Malouin, (Mathieu) Brisebois qui jouait déjà beaucoup et Napessis André qui a bien fait la semaine dernière. Une des choses importantes, ce sera de travailler en unité de cinq. Nos attaquants vont devoir se replier et qu’on s’assure de bien jouer en zone neutre. Ça va être la clé, en plus d’être extrêmement disciplinés », de rappeler Benoit Gratton sur l’affrontement qui donnera au vainqueur le premier rang au classement.

Présentement, les Sorelois ont un point d’avance sur les Jonquiérois en tête. Lors du premier affrontement entre les deux rivaux le mois dernier, dans un match particulièrement intense pour le début de la saison, les Marquis ont eu le dessus 3-2 sur la patinoire adverse.

« Le dernier match, sans dire que ç’a brassé, il y a eu des coups sournois. C’était un match intense et de séries. Je m’attends à la même chose vendredi. Je suis certain que les Éperviers vont vouloir faire la même chose qu’on a faite chez eux. On va devoir s’assurer d’être prêts à relever le défi et s’assurer que ça n’arrive pas », de prévenir Benoit Gratton, qui, en attaque, pourra compter sur James Desmarais, ainsi que sur le robuste Steven Oligny et le joueur affilié Yann Joseph.