Mathieu Brisebois est le meneur chez les défenseurs avec 20 points, ce qui lui donne le 3e rang des marqueurs de la Ligue nord-américaine de hockey.

Brisebois s’amuse avec les Marquis

Défenseur reconnu comme offensif, Mathieu Brisebois est loin de décevoir à sa première saison dans l’uniforme des Marquis de Jonquière.

En seulement 17 parties, le joueur de 26 ans a déjà atteint la vingtaine de points, ce qui le place au troisième rang des marqueurs de la Ligue nord-américaine de hockey. Son coéquipier Yannick Riendeau est bien installé au sommet avec 31 points. Après avoir été blanchi de la feuille de pointage dans trois de ses cinq premiers matchs dans l’uniforme des Marquis, Brisebois a cumulé au moins un point dans dix de ses 12 dernières rencontres, dont deux performances de trois points et trois de deux points.

« Les gars m’ont vraiment rendu la tâche facile. On a une bonne attaque massive. Mes coéquipiers font de bons jeux et c’est quand même assez facile d’amasser des points », souligne humblement Mathieu Brisebois, qui pivote la première unité d’avantage numérique jonquiéroise, deuxième du circuit senior provincial avec un taux de 21 %.

Après trois saisons fructueuses avec les Huskies de Rouyn-Noranda, le défenseur droitier a passé quelques saisons dans les circuits professionnels, d’abord en Amérique, puis en Europe. Il a finalement décidé de rentrer au Québec au cours de l’été. « J’avais quand même de grosses attentes. Malgré tout ce qu’on a entendu sur la LNAH, tout le monde me disait que c’était une bonne ligue. Comme de fait, quand je suis arrivé, j’ai trouvé que le calibre était très bon », de valider Mathieu Brisebois, qui ne pensait pas se mettre en marche offensivement aussi rapidement.

« Oui, je suis surpris. Je ne savais pas à quoi m’attendre non plus, point. J’y allais comme bon me semblait. On a marqué le plus grand nombre de buts. On a un club assez offensif, donc ça rend la tâche plus facile à tout le monde », de louanger l’arrière, qui a raison dans son affirmation, les Marquis ayant marqué 72 buts, 18 de plus que les Éperviers de Sorel.

Avec la suspension de cinq rencontres à Jonathan Diaby, Mathieu Brisebois a également des responsabilités accrues depuis quelques semaines. « Ça revient un peu à mes années dans le junior majeur où j’avais pas mal de temps de glace. Ça ne me dérange pas, j’aime ça », raconte-t-il.

« J’ai toujours eu de la difficulté défensivement et ça va demeurer une lacune jusqu’à la fin de ma carrière. Je vais donc tout le temps essayer de mettre un peu plus l’emphase là-dessus », soulève Mathieu Brisebois sur ces points à travailler, lui qui montre un différentiel très intéressant de +2.

Visite des Pétroliers

Pour une deuxième fin de semaine de suite, les Marquis croiseront le fer avec les Pétroliers de Saint-Jérôme au Palais des sports de Jonquière. Cette fois, ils seront vraiment à domicile contre la formation qui a officiellement installé ses pénates au nord de Montréal en début de semaine. « Honnêtement, c’est un match piège, on ne peut pas les prendre à la légère. Ils vont sûrement avoir un alignement différent. Il faut s’attendre à un bon départ de leur part. Donc, notre préparation doit être excellente », de prévenir l’entraîneur-chef Benoit Gratton. L’attaquant Peter Sakaris disputera un premier match avec les Marquis. Il sera jumelé avec Jean-Sébastien Béburé et Jérémy Malouin.