Le DG des Marquis, Marc Boivin, est convaincu que le retour d’une brigade défensive complète, notamment celui du vétéran défenseur Jean-Michel Bolduc (photo), va améliorer les choses dans les prochaines semaines.

« Comme si les séries commençaient »

Directeur général des Marquis de Jonquière, Marc Boivin est convaincu que le passage à vide que traverse la formation jonquiéroise est maintenant derrière elle. Non seulement a-t-il réitéré sa confiance envers son personnel d’entraîneurs et ses joueurs, mais il est même convaincu que l’équipe renouera avec le succès pour le dernier droit de la saison et les séries.

Le DG reconnaît que c’est la première fois que les Marquis alignent six défaites consécutives à la maison, mais il rappelle que certains facteurs peuvent expliquer le creux de vague du club jonquiérois de la LNAH. Le départ des piliers comme Carpentier et Paiement ainsi que la retraite de Luis Tremblay et Jean-Michel Bolduc ont paru. Heureusement, dans le cas de Bolduc, le longiligne défenseur vient de reprendre du service, mais il lui fallait retrouver son erre d’aller. L’édition 2018-19 des Marquis compte aussi 12 nouveaux joueurs, ce qui n’est pas rien. « Ça paraît sur la glace, mais ça paraît encore plus dans la chambre », souligne le DG.

Malgré les nombreux changements, les Marquis ont réussi à gagner huit matchs d’affilée avant les Fêtes, « même en accordant 50 lancers ». « C’était clair qu’on vivait sur du temps emprunté et qu’à un moment donné, ça allait s’effondrer. On allait comme Cédrick (Desjardins) allait. On comptait sept buts, mais on en donnait six. Tu ne peux pas jouer comme ça longtemps, mais surtout tu ne peux pas espérer aller en séries ainsi », fait-il valoir.

Il rappelle également que la défensive des Marquis a été décimée pendant plusieurs semaines. Ils ont notamment été privés de deux piliers de la ligne bleue en même temps, soit Jonathan Diaby (qui a cumulé 8 matchs de suspension) et Mathieu Brisebois (blessé). Leur retour se fait sentir tout comme celui de Jean-Michel. Un autre excellent défenseur, Spiro Goulakos, termine son stage cette semaine et devrait être en mesure de s’aligner à nouveau avec les Marquis pour le reste de la saison.

« Il faut que les gens comprennent cela aussi. Il y a des circonstances qui ont fait que c’était plus difficile. Mais si je regarde les trois derniers matchs, on joue beaucoup mieux et le système défensif est meilleur. On aurait mérité de gagner autant que l’autre club. C’est en train de virer de bord et ça va virer de bord au bon moment », assure-t-il avec conviction.

Déjà en mode séries

Pour l’organisation des Marquis, la pause du prochain week-end permettra aux joueurs de guérir les petits bobos avant de redoubler d’ardeur pour le reste de la saison et les séries. « On a eu une réunion après le match de vendredi (à Thetford). Pour nous, ce qui compte, c’est d’entrer en séries en santé parce que je peux vous garantir qu’on est en mesure de battre n’importe qui ! »

« Les gars savent qu’ils ont un break cette semaine et que lorsqu’on va revenir la semaine suivante, ce sera comme si les séries commençaient pour nous. On ne finira pas premiers, mais on va travailler fort pour finir deuxièmes », affirme Marc Boivin.

Après la pause, l’organisation a réservé des glaces pour des entraînements. Un luxe que l’équipe n’a pas eu durant la saison. « On va pouvoir pratiquer l’avantage numérique. C’est souvent là qu’on perd nos matchs », estime Marc Boivin.

Ce dernier s’attend à ce que les troupes jouent avec plus d’intensité et que les joueurs complètent davantage leurs mises en échec. Mais il souhaite également que les joueurs retrouvent le plaisir de jouer. Ce qui n’était pas le cas ces derniers temps, car les joueurs entendent (et lisent) les commentaires négatifs. Ils voient les foules baisser.

« On veut ramener du positif et j’ai entièrement confiance qu’on peut ramener cette coupe là encore une fois ici. Et à ceux qui pensent le contraire, d’ici un mois, ils vont changer d’avis ! »