Le défenseur Jonathan Paiement est emballé de poursuivre sa carrière à Berlin, aux États-Unis.

Marquis de Jonquière: Carpentier et Paiement échangés

Une grosse partie de l’histoire récente des Marquis de Jonquière a été échangée vendredi. Le capitaine Hugo Carpentier et son assistant, le défenseur Jonathan Paiement, sont passés à la nouvelle formation de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH), les Blackjacks de Berlin, aux États-Unis.

Les deux joueurs avaient clairement exprimé lors des dernières semaines leur désir de se rapprocher de leur domicile. « Les deux, ce sont des piliers. C’est une transaction dans la chambre qui n’est pas évidente », a convenu le directeur général Marc Boivin, mentionnant que la meilleure offre venait de Berlin. En retour, il a mis la main sur le défenseur offensif Mathieu Brisebois, ainsi que sur l’attaquant Jean-Sébastien Bérubé, qui effectue un retour avec les Marquis, ainsi que sur un choix de première ronde en 2019.

Les deux joueurs ont été des pièces-maîtresses des trois conquêtes par les Marquis de la coupe Vertdure, en 2013, 2014 et 2017. Marc Boivin a indiqué que d’autres mouvements de personnel seront annoncés d’ici l’ouverture du camp d’entraînement le 22 septembre.

Après avoir porté les couleurs des Huskies de Rouyn-Noranda, dans la LHJMQ, dont une dernière saison de 73 points et 103 minutes de pénalité, Mathieu Brisebois a passé quelques années dans les rangs professionnels, disputant une cinquantaine de rencontres dans la Ligue américaine. Le joueur de 26 ans a passé les deux dernières années en Europe. « C’est un gars offensif. L’an dernier, le fonctionnement de notre avantage numérique a été problématique, même si on a rentré Michel Périard en fin de saison », de rappeler Marc Boivin, indiquant que la transaction permettait également de rajeunir l’alignement de l’équipe. Dans le cas de Jean-Sébastien Bérubé, l’attaquant format géant effectuera un retour avec l’organisation jonquiéroise, lui qui avait cumulé 40 points en autant de matchs en 2015-2016. La saison dernière, le choix de 7e ronde des Devils du New Jersey en 2008 a récolté 30 points en 34 rencontres avec Trois-Rivières puis Saint-Georges.

Le capitaine des Marquis, Hugo Carpentier, est présentement dans l’inconnu, n’ayant pas l’intention de se présenter à Berlin.

Le nouveau-venu emballé
À peine une heure après avoir appris la transaction, le défenseur Mathieu Brisebois avait déjà parlé avec Marc Boivin et confirmé sa venue au camp d’entraînement. Il a décidé de rentrer au bercail pour le travail, lui qui demeure sur la Rive-Sud de Montréal. « J’ai entendu de très bons commentaires », a-t-il laissé savoir à propos de l’organisation jonquiéroise, content de s’amener dans la LNAH et « surtout avec une bonne équipe ».

« Je dois être honnête, je ne connais pas beaucoup la LNAH. Je n’ai jamais vu un match. Ce que j’en ai entendu, c’est par du bouche-à-oreille. Je vais découvrir tout ça en temps et lieu », d’indiquer Brisebois, qui tout comme Marc Boivin, a bon espoir d’en arriver rapidement à une entente avec les Marquis.

+

LE DÉFENSEUR HEUREUX, L'ATTAQUANT EN RÉFLEXION

 Si Jonathan Paiement se rapportera avec empressement à Berlin, Hugo Carpentier est beaucoup moins convaincu. S’il reste sur la liste de protection des Blackjacks, il réfléchira sérieusement à son avenir. 

« Ça faisait sept ans que j’étais à Jonquière. Depuis trois ans, chaque début d’année, je me demandais si je revenais. Je viens de Gatineau et je faisais 6-7 h de route pour venir jouer. C’est un chapitre de ma vie qui est en train de se tourner », a-t-il laissé savoir lors d’une entrevue téléphonique, soulignant ses années à Jonquière et les « partisans incroyables » des Marquis.

« Le seul point négatif, c’est la distance. C’est la seule raison pour laquelle je ne voulais pas revenir », a-t-il assuré, disant avoir le sentiment du devoir accompli. 

Hugo Carpentier avoue se retrouver dans l’inconnu. Pas plus tard que jeudi, il avait mentionné à l’entraîneur et directeur général des Blackjacks, Martin Daoust, qu’il n’avait pas l’intention de jouer à Berlin. « Tant qu’à faire 5 h de route et passer les douanes chaque fin de semaine... J’avais une idée en tête, c’était de me rapprocher et que ma famille puisse venir me voir jouer plus souvent. Présentement, je suis au même point de départ que j’étais lorsque j’ai annoncé à Marc (Boivin) que je voulais être échangé », a-t-il confié, précisant que Sorel et Thetford étaient ses deux destinations privilégiées. « Je ne suis pas déçu après l’organisation. Ils m’ont tellement donné pendant les sept ans que j’ai été là. J’ai été traité comme un roi et je n’aurais pas pu demander mieux. J’aurais aimé me rapprocher. Je suis au même point de départ où j’étais à Jonquière, mais dans une situation où je ne connais pas l’organisation ni l’entraîneur », d’expliquer Carpentier qui a terminé au 9e rang des pointeurs de la LNAH la saison dernière avec 41 points en 30 parties. 

« Je pense que je suis encore dans les bons joueurs de la ligue. J’ai besoin de jouer au hockey. C’est dans mon ADN, d’indiquer l’attaquant de 30 ans. Ce n’est pas moi qui décide. Au hockey, on est des pièces du casse-tête. Je ne sais pas encore ce que mon avenir me réserve. Je suis encore en forme, je m’entraîne. Je suis prêt à jouer au hockey, mais pas n’importe où. »