Marquis

Chaude lutte à prévoir entre les Marquis et les Éperviers

Rivaux de longue date dans la bataille au sommet de la Ligue nord-américaine de hockey, les Marquis de Jonquière et les Éperviers de Sorel-Tracy croiseront le fer pour la première fois en saison régulière vendredi au Palais des sports. Et la lutte promet d’être vive puisqu’un seul point les sépare dans le peloton de tête du classement.

Les Marquis, dont ce sera l’unique partie au programme en fin de semaine, voudront certainement conforter leur mince avance, eux qui occupent le 2e rang avec 16 points après 11 matchs tandis que les Éperviers les talonnent au 3e rang, avec 15 points après 11 parties.

Entraîneur-chef de la formation jonquiéroise, Benoit Gratton s’attend à une forte opposition de la part des Sorelois qui surfent sur une vague de victoires consécutives. De leur côté, les Jonquiérois viennent de signer un week-end parfait. 

« Ce sera important de se concentrer sur notre jeu à nous, mais on doit s’attendre à une bonne opposition. Ils ont une bonne équipe et ils ont quand même une très bonne défensive. Ils ont aussi une bonne profondeur, puisqu’ils ont trois bons trios capables de marquer des buts », avance le pilote des Marquis en entrevue téléphonique. De plus, le jeune gardien Charles Corsi occupe le premier rang du circuit au chapitre des victoires (6) devant Gabriel Girard (Thetford) et Cédrick Desjardins (Jonquière) qui ont le même nombre de gains.

Cela dit, Benoit Gratton s’étonne tout de même de disputer un premier duel contre les Éperviers. « On a quand même joué presque le tiers de la saison et on les a rencontrés seulement en matchs préparatoires. Et il n’avait pas leur alignement régulier à ce moment-là », note-t-il.

Par contre, l’entraîneur-chef des Jonquiérois pourra compter sur le retour au jeu de son capitaine, Hugo Carpentier. Le #28 a raté les trois derniers matchs puisque sa conjointe vient de donner naissance à leur deuxième enfant. Avec l’échange d’Hubert Poulin, Luis Tremblay sera utilisé à l’attaque aux côtés de Steven Oligny. Quant à Alex Bourret, sa présence est incertaine puisque l’équipe qu’il dirige participe au tournoi midget Espoir présenté à Drummondville. Si son équipe (Canimex) passe la ronde préliminaire, il ne sera pas en uniforme et ce sera Simon Tremblay qui prendra la relève.

En bref

Le match entre les Marquis et les Éperviers sera webdiffusé à compter de 19 h 45 via www.mediaendirect.com...

D’après les données du collègue Gilles «Pelo» Péloquin, les partisans de Jonquière offrent la meilleure foule du circuit Martel. Après les six premières semaines d’activités, les Marquis attirent une moyenne de 1414 fans, suivi de Rivière-du-Loup (1159)...

Marquis

Nicolas Blanchard acquis par les Marquis

Dix ans après avoir terminé un séjour de trois saisons avec les Saguenéens de Chicoutimi, Nicolas Blanchard pourrait porter de nouveau les couleurs d’une formation du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Les Marquis de Jonquière ont mis la main sur ses services, tard lundi soir, en effectuant une transaction avec le Cool FM de Saint-Georges-de-Beauce.

En plus de Blanchard, les Marquis ont obtenu un choix de première ronde dans ce marché. Ils ont cédé en retour le robuste Hubert Poulin et des considérations futures.

Blanchard n’a pas encore joué cette saison en raison de problèmes de santé qui tardent à guérir. Maintenant âgé de 30 ans, il a passé huit saisons dans les rangs professionnels avant de se joindre à l’équipe de Saint-Georges en décembre 2015. Son passage chez les professionnels a été marqué par neuf parties avec les Hurricanes de la Caroline, en 2012-2013.

Directeur général des Marquis, Marc Boivin a discuté avec Blanchard après avoir conclu la transaction. Pour l’instant, il ne peut dire si l’attaquant évoluera avec les Marquis dans un avenir plus moins rapproché.

« L’an passé, il a subi une entorse cervicale et une commotion, explique Marc Boivin. Il m’a dit qu’il a commencé à patiner avec ses amis dans des ligues de garage et qu’il est en mesure de pousser sans avoir de problèmes. Nous verrons. C’est certain qu’on aimerait qu’il s’aligne avec nous et on va travailler fort pour l’amener à Jonquière. »

Nouvelle philosophie ?

Selon Marc Boivin, il ne faut pas expliquer le départ de Poulin par la nouvelle philosophie que veut adopter la LNAH. Aux partisans de l’équipe qui aiment les combats de boxe sur glace, il rappelle que les Marquis ont encore sur leur liste de protection des joueurs capables de faire le travail en cas de besoin.

Mais la disparition progressive des hommes forts dans la LNAH est une réalité. Le changement est voulu par le commissaire Richard Martel et d’autres dirigeants du circuit, mais il se fait aussi par la force des choses. Il y a de moins en moins de relève à ce niveau.

« Il n’y en a plus, des ‘‘toughs’’, avance Marc Boivin. Des gars de 300 ou 400 minutes de punition dans le junior majeur, il n’y en a plus. Dans le junior AAA, un gars qui se bat est expulsé du match. Un jour, ce sera la même chose dans le junior majeur.

« Nous bâtissons pour le futur. Nous avons ajouté (dans l’équipe ou sur sa liste de protection) des gars comme (Philippe) Paradis, (Alex) Picard, qui restera ici l’an prochain c’est certain, et Blanchard, qui sont capables de prendre soin d’eux. Il y a maintenant beaucoup d’intensité dans la ligue. Lundi, Blanchard m’a dit que le calibre en séries est maintenant plus fort que la East Coast. Blanchard et d’autres gars comme lui sont contents de voir ça. »

Hubert Poulin a joué une saison complète avec les Marquis après avoir été obtenu de la formation de Trois-Rivières en 2015-2016. La transaction lui permettra d’évoluer devant son public puisqu’il est natif de Saint-Georges et que c’est avec cette équipe qu’il a fait des débuts dans la LNAH en 2009.

« Saint-Georges nous demandait Hubert toutes les semaines, indique Marc Boivin. Nous le remercions pour les services rendus. Il avait une bonne valeur, ce qui nous a permis de mettre la main sur un premier choix et Nicolas Blanchard. C’est une transaction qui va nous aider pour le repêchage. »

Marquis

Les Marquis l'emportent à Saint-Georges

Jean-Simon Allard a marqué trois points et les Marquis de Jonquière ont défait le Cool FM de Saint-Georges par la marque de 4 à 3, samedi, à Saint-Georges.

Le Brunois a ouvert le pointage en première période, aidé d’Alexandre Quesnel et Danick Malouin. James Desmarais a ensuite marqué son huitième de la saison, sur des passes de Juraj Kolnik et Philippe Paradis. Les Marquis ont dominé le premier engagement, lançant 13 fois contre le gardien adverse et ne concédant que huit tirs.

La deuxième période a été autre, Saint-Georges inscrivant trois buts sans réplique. Kevin Cloutier et David Poulin, tous les deux en avantage numérique, puis Martin Gascon ont marqué. Les Marquis ont renversé la vapeur en troisième. Paradis et Allard, ce dernier en avantage numérique, ont noirci la feuille de pointage.

«Nous avons eu une bonne première. On était en contrôle. En deuxième, ça s’est compliqué un peu, explique l’entraîneur-chef, Benoît Gratton. Les joueurs de Saint-Georges ont travaillé. Il faut leur donner le crédit. Nos joueurs se sont regroupés en troisième. Là, on a vu les vrais Marquis.»

Ce n’est pas la première fois que les Marquis connaissent une deuxième période plus difficile. «Il va falloir rester davantage concentrés et se parler entre la première et la deuxième. On le sait que nous avons plus de difficultés en deuxième, donc on va se le rappeler entre la première et la deuxième pour faire les choses correctement.»

Après une victoire vendredi contre Trois-Rivières, les Marquis terminent donc leur fin de semaine avec une récolte de quatre points. «Notre objectif était de faire une fin de semaine parfaite et c’est atteint», explique Gratton. 

Les Marquis recevront Sorel-Tracy le 24 novembre au palais des sports, à 20h.

Marquis

Les Marquis parfaits face aux Draveurs

Les Marquis de Jonquière ont conservé une fiche parfaite contre les Draveurs de Trois-Rivières en l’emportant 5-3 devant un peu plus de 1400 spectateurs réunis au Palais des sports, vendredi. Et le trio composé de Paradis-Desmarais-Kolnik a eu son gros mot à dire dans cette troisième victoire en autant de duels, lui qui a inscrit trois des cinq buts des locaux.

James Desmarais en a même ajouté une couche en contribuant au 5e but des siens pour une soirée de trois points, ce qui lui a valu la 3e étoile. Première étoile du match, le défenseur Francis Trudel a lui aussi connu un fort match, en récoltant trois points, dont un but résultant d’une belle montée au filet qui a déjoué le cerbère Marc-Antoine Gélinas.

« On vient peut-être de trouver une bonne combinaison, a convenu l’entraîneur-chef Benoit Gratton après la rencontre. Depuis 3-4 matchs, Desmarais était probablement notre meilleur attaquant et en le jumelant avec Paradis et Kolnik, on tient peut-être quelque chose. Les trois ont vraiment joué un beau match. Ils ont vraiment été sur la rondelle, ils ont travaillé en bas de zone et ils ont eu plusieurs chances de marquer. Paradis (2e étoile) a amené son côté physique et on a pu voir la qualité première de James, soit son intelligence au jeu. Il distribue bien la rondelle et Kolnik sera là pour finir. Ils ont marqué de gros buts ce soir. »

Encore l’indiscipline

De fait, les Marquis ont amorcé la rencontre en force pour prendre les devants 2-0 avec à peine 10 minutes d’écoulées grâce au trio de Paradis-Desmarais-Kolnik. Philippe Paradis a ouvert la marque en enfilant son deuxième de la saison, tandis que James Desmarais faisait mouche à son tour un peu plus de deux minutes plus tard. Toutefois, l’indiscipline des locaux a été coûteuse. Profitant d’un 5 contre 3 de 90 secondes, les Draveurs sont parvenus à tromper la vigilance de Cédrick Desjardins pour réduire l’écart à 2-1 .

Si les locaux se sont imposés en première au chapitre des tirs au but (20-10), la deuxième a été plus mitigée (8-11). Les Marquis ont raté une belle chance de conforter leur avance en étant incapables de profiter d’un avantage numérique de quasi quatre minutes. Les visiteurs ont ensuite été plus opportunistes en créant l’égalité à mi-chemin de la rencontre, Michael Novosad sur un retour de Desjardins. Avec 44 secondes à faire en deuxième, Juraj Kolnik redonnera toutefois l’avance aux siens sur un jeu de puissance.

« On est encore un peu tombé dans l’indiscipline en deuxième période et on dirait que c’est toujours en deuxième que ça se produit. Ils ont embarqué Martin Larivière pour nous déranger et ç’a fonctionné. Il faut leur donner crédit, mais il faut éviter de tomber dans ce piège. Heureusement, on s’est ressaisi en troisième et on a joué une belle période », admet le pilote des Jonquiérois qui croit que ses troupes s’attendaient à un match facile après avoir pris les devants 2-0 en première.

Les Marquis ont retrouvé leur erre d’aller en troisième. Francis Trudel a permis aux locaux de doubler leur avance avec moins de dix minutes à faire dans la rencontre. Alexandre Quesnel a enfilé l’aiguille sur un beau jeu préparé par Desmarais. Puis, avec 39 secondes à faire, le Jonquiérois Jérémy Vigneault-Bélanger a fait mouche aux dépens de Desjardins qui a fait face à un total de 27 lancers. Les Jonquiérois ont tenu son vis-à-vis en alerte avec un total de 39 tirs.

Enfin, les Marquis ont encore du travail à faire en avantage numérique (1/6). « Je pense qu’on a bien bougé la rondelle. À part le 4 minutes d’avantage numérique où l’on n’a pas créé grand-chose, je pense qu’on a quand même bien fait dans l’ensemble. Mais je crois que les joueurs se mettent un peu de pression à marquer en avantage numérique. On joue peut-être un peu trop individuel », de conclure Gratton.

Marquis

Un autre vendredi contre Trois-Rivières

Jamais deux sans trois, dit l’adage. Après deux victoires en autant de vendredis, les Marquis de Jonquière pourraient signer un troisième gain consécutif contre les Draveurs de Trois-Rivières vendredi soir, au Palais des sports. Mais encore une fois, l’entraîneur-chef Benoit Gratton ne tient rien pour acquis, pas plus contre Trois-Rivières que contre le Cool de Saint-Georges samedi au Centre Lacroix-Dutil.

Comme il aime le répéter, la parité dans la Ligue nord-américaine de hockey fait en sorte qu’aucune équipe ne peut être prise à la légère. Ni Trois-Rivières ni Saint-Georges, même si elles occupent le bas du classement. Cela dit, l’objectif est évidemment de connaître un week-end parfait, mais la mission ne sera pas si facile qu’il n’y paraît. « Lors du dernier match contre les Draveurs, on a gagné 3-0, mais ç’a été 1-0 pendant une bonne partie de la rencontre. Ce ne sera pas un match facile. Il faudra être préparé et prendre les commandes dès le début du match », estime le pilote des Jonquiérois en entrevue téléphonique.

Évidemment, il aimerait voir ses troupes écoper de moins de pénalités, notamment au niveau de l’accrochage. « Ce sera important de garder nos bâtons sur la glace, de bouger nos pieds (au lieu d’accrocher) et de finir nos mises en échec.

Quant à Saint-Georges, Benoit Gratton rappelle que l’équipe a bien changé depuis leur dernier affrontement à la mi-octobre. « C’est une équipe complètement changée. Ils ont un nouvel entraîneur et de nouveaux joueurs. Ils essayent de revenir au niveau et on doit s’attendre à une bonne opposition de leur part. »

Bourret jouera vendredi

Benoit Gratton a également confirmé que la nouvelle acquisition, Alex Bourret, sera en uniforme vendredi à Jonquière, mais pas samedi à Saint-Georges où c’est Simon Tremblay qui devrait prendre le relais. Benoit Gratton compte utiliser le polyvalent Bourret à l’attaque pour ce premier match et à la pointe en avantage numérique. 

Le défenseur Samuel Groulx reprendra également du service en fin de semaine et c’est Luis Tremblay qui sera laissé de côté. Le capitaine Hugo Carpentier sera absent puisque sa conjointe est sur le point d’accoucher de leur deuxième enfant, si ce n’est déjà fait aujourd’hui. 

Une rumeur voulait que Yannick Riendeau soit de retour avec les Marquis après les Fêtes. « Nous lui avons parlé, confirme Gratton. Mais il a subi une opération pour une blessure majeure. Il est resté au Québec pour se remettre de cette opération et je pense qu’il ne pourra pas jouer avant un bon bout de temps. » Mais s’il était en santé et en mesure de jouer ses cinq matchs avant la période limite, Riendeau serait bienvenu avec les Marquis. 

Sur le site d’Élite Prospects, on mentionne que Riendeau est blessé au bas du corps pour sa troisième saison avec les Ducs d’Angers et qu’il sera absent pour une période indéterminée. 

Marquis

Alex Bourret vise un premier championnat

Maintenant âgé de 31 ans, Alex Bourret n’a jamais gagné de championnat depuis que le hockey occupe une grande place dans sa vie. Il estime que les Marquis de Jonquière lui offrent la meilleure chance de combler ce vide avant le jour où il devra accrocher ses patins et c’est pourquoi il a exprimé le souhait d’effectuer un retour avec cette formation.

Bourret a été échangé aux Marquis lundi. En retour, les Draveurs de Trois-Rivières ont obtenu les droits sur l’attaquant Pierre-Luc O’Brien.

Alex Bourret ne le cache pas, s’il devait évoluer dans la Ligue nord-américaine de hockey cette saison, c’était avec les Marquis et pas ailleurs. Le hockeyeur a apprécié son premier contact avec l’équipe de Jonquière en 2015-2016 et il souhaitait revivre l’expérience.

« Je n’ai pas joué à Trois-Rivières et je n’avais pas l’intention d’y aller, explique l’ancien choix de première ronde des Trashers d’Atlanta. Je suis quand même bien occupé avec mon emploi. Si j’avais à jouer dans la ligue cette année, c’est à Jonquière que je voulais le faire.

« À Jonquière, les joueurs sont très bien traités. Je me souviens de la période où j’ai fait partie des Marquis et je n’ai rien à dire contre l’organisation. En plus, ça me donne une chance de gagner un championnat avec une bonne équipe. C’était Jonquière ou rien. Les Draveurs m’ont offert de jouer avec eux et j’ai refusé. Je leur ai dit que c’était Jonquière ou rien du tout et deux jours après j’étais échangé.

« La ligue change et je vieillis. Je dois m’ajuster au jeu parce qu’il est de plus en plus rapide. C’est un défi. Je veux prouver que je suis encore capable de jouer. Surtout, je n’ai jamais gagné de championnat. J’ai souvent perdu en finale, mais je n’ai jamais gagné. J’aimerais finir sur une bonne note et les Marquis me donnent une chance de le faire. »

Alex Bourret a eu l’occasion de discuter avec l’entraîneur Benoît Gratton en début de semaine, mais il ne peut dire s’il sera en uniforme vendredi quand les Marquis accueilleront les Draveurs. Une décision sera prise dans les prochaines heures.

Marquis

Alex Bourret avec les Marquis

Les Marquis de Jonquière viennent de rapatrier Alex Bourret. Ils ont obtenu ses services lundi, en cédant en retour aux Draveurs de Trois-Rivières les droits sur Pierre-Luc O’Brien. Les deux joueurs touchés par la transaction n’ont pas disputé un match dans la Ligue nord-américaine de hockey cette saison.

O’Brien est un attaquant que les Marquis ont obtenu via le repêchage spécial qui a suivi la dissolution des Prédateurs de Laval, au cours de l’été. Bourret appartenait aux Draveurs, mais il ne s’est pas présenté à cette équipe.

Alex Bourret est connu des partisans des Marquis puisqu’il a porté les couleurs de l’équipe au cours de la saison 2015-2016. Il a alors amassé deux buts et 17 passes en 32 parties.

« C’est un joueur assez physique qui nous avait aidés sur le jeu de puissance, rappelle le directeur général des Marquis, Marc Boivin. Il est en forme et il veut jouer pour les Marquis. C’est quand même un joueur qui a été repêché en première ronde dans la Ligue nationale de hockey. »

Bourret a effectivement été sélectionné au premier tour par les Trashers d’Atlanta en 2005. Au cours des dix années suivantes, il a partagé son temps entre les circuits professionnels mineurs et la LNAH. 

Marquis

Défaite des Marquis en prolongation

Les Marquis ont effacé un retard de deux buts en première période avant de prendre le contrôle de la rencontre contre les 3L de Rivière-du-Loup, samedi soir au Palais des sports, mais les visiteurs ont finalement quitté Jonquière avec une victoire de 4-3 en prolongation.

Les locaux ont dominé 38 à 22 dans la colonne des tirs, mais ils n’ont pas réussi à inscrire le gros but face à leur ancien coéquipier Loïc Lacasse. En prolongation, le longiligne Simon Danis-Pépin a scellé l’issue du match à la suite d’un revirement.

«Ils (les 3L) sont sortis assez forts avec deux buts, mais on a pris le contrôle en deuxième et troisième périodes, avant qu’ils marquent un troisième but plutôt chanceux selon moi, a résumé l’entraîneur-chef des Marquis, Benoît Gratton. En prolongation, tout peut arriver. Dans l’ensemble, je suis très satisfait de notre match.»

Auteur d’un jeu blanc la veille, le gardien Cédric Desjardins a cédé deux fois devant Kévin Veilleux en première période, avant que James Desmarais et Francis Trudel fassent plaisir aux 1406 spectateurs en déjouant Lacasse. Le but de Trudel est survenu alors qu’il restait à peine un dixième de seconde au cadran.

Dans la dernière minute de jeu de la deuxième, Danick Malouin a donné les devants aux Marquis pour la première fois de la soirée. Jean-Philip Chabot a fait 3-3 à mi-chemin au dernier tiers.

«On aurait aimé capitaliser sur l’avantage numérique ( 0 en 5) et à 3-2, on aurait aimé fermer les livres, a indiqué Benoît Gratton. On a donné espoir à l’autre équipe et je pense qu’il faut essayer d’avoir l’instinct du tueur pour aller chercher le gros but. On va travailler sur cet aspect.»

Les Marquis (5-2-2) disputent leur prochain match vendredi soir, en recevant la visite des Éperviers de Sorel-Tracy (6-3-1).

En bref

Une situation cocasse est survenue pendant les cérémonies d’avant-match. Au terme d’une présentation pour honorer les anciens combattants, un problème technique a empêché l’interprétation de l’hymne national. L’annonceur maison a invité la foule à venir en renfort, avant qu’un Vétéran de l’armée canadienne s’empare d’un micro pour chanter l’Ô Canada. En ce jour du Souvenir, disons que le moment aurait été plutôt mal choisi pour décider d’ignorer l’hymne national.

Marquis

Desjardins en grande forme à Trois-Rivières

Malgré leur indiscipline, les Marquis de Jonquière ont réussi à quitter le Colisée de Trois-Rivières avec une victoire de 3-0 aux dépens des Draveurs, mais ils doivent une fière chandelle à leur gardien Cédrick Desjardins qui s’est montré intraitable pour signer son premier jeu blanc de la saison. Il a d’ailleurs largement mérité la première étoile du match.

Même s’ils se sont imposé 23-10 pour les tirs au but, les Marquis ont été limités à un seul but en première période, marqué par l’homme fort Hubert Poulin (2e étoile). 

Ce dernier est en feu depuis le début de la saison avec quatre buts en autant de rencontres. Et sur ses quatre filets, trois ont été inscrits lors des deux affrontements contre les Draveurs. Son but aura été le seul consenti par le gardien des Draveurs, Marc-Antoine Gélinas (3e étoile) jusqu’en toute fin de rencontre, alors qu’avec 1mn40 à faire dans le match, les Jonquiérois ont fait mouche deux fois.

Philippe Paradis a profité de la rencontre pour inscrire son tout premier but dans l’uniforme des Marquis sur une passe d’Hubert Poulin, tandis que James Desmarais enfonçait un dernier clou dans le cercueil des Draveurs à la faveur d’un avantage numérique, avec 19 secondes au tableau indicateur. Au grand dam des quelque 570 spectateurs présents, mais au grand plaisir de quelques braves partisans des Marquis qui ont défié le mauvais temps pour encourager les Jonquiérois. 

« Ce soir, le match se résume à Cédrick Desjardins qui a joué un match incroyable », a commenté d’entrée de jeu l’entraîneur-chef Benoit Gratton à l’autre bout du fil. « Même si nos chiffres sont différents en terme de tirs au but, il n’en demeure pas moins que Desjardins a fait face à une quarantaine de lancers et c’est grâce à lui qu’on a obtenu la victoire. »

Au chapitre des tirs au but, les chiffres étaient de 51 contre Desjardins et 42 de la part des Marquis. Mais bon, il n’en demeure pas moins que les Draveurs n’ont pas réussi à profiter de 10 avantages numériques, même à 5 contre 3, tandis que les Marquis n’ont fait mouche qu’une fois en sept occasions. 

D’ailleurs, les nombreuses pénalités ont marqué cette rencontre.

« Encore une fois on est tombé dans l’indiscipline et on a pris beaucoup trop de punitions. Mais c‘est le fun de voir des gars comme Poulin marquer. (...) C’est le premier match qu’on a autant de pénalité. C’est hallucinant. Ça me fait penser à un match de l’an dernier contre Saint-Georges où on en avait eu autant », déplore-t-il. « Par contre, je dirais que ç’a été une bonne pratique pour notre désavantage numérique », ajoute-t-il en riant.

Des 3L affamés 

Ce soir, les Marquis accueilleront les 3L de Rivière-du-Loup au Palais des sports, après la tenue d’un entraînement léger à 10 h 40. « On a manqué une belle occasion (vendredi) à 5 contre 3 de deux minutes complètes et on n’a pas réussi à marquer. On va en profiter pour travailler l’avantage numérique. »

Les Louperivois devraient être affamés, eux qui viennent de subir trois défaites consécutives.

Selon le statisticien des Marquis, Trois-Rivières a plutôt décoché 32 tirs contre Desjardins et les Marquis en ont dirigé 39 contre Gélinas.

Le juge de ligne a eu besoin de bricoler les ancrages du but gardé par Cédrick Desjardins en deuxième période, et ce deux fois plutôt qu’une, car le filet sortait trop facilement de ses amarres.

Marquis

Les Marquis s'attendent à une forte opposition

Après deux semaines avec un seul match à disputer au programme, les Marquis de Jonquière sont heureux de renouer avec l’action en fin de semaine pour deux rencontres, la première contre les Draveurs à Trois-Rivières vendredi, et la seconde, avec la visite des 3 L de Rivière-du-Loup. Le pilote des Jonquiérois, Benoit Gratton, s’attend à une forte opposition de la part de ses adversaires.

« Il n’y aura aucune fin de semaine facile. En étant l’équipe championne, on va être une cible cette année. Tous les clubs vont essayer de prouver qu’ils seront les prochains champions. C’est pourquoi il faudra être à notre meilleur en terme de préparation et de concentration dès le début des matchs », a-t-il indiqué en entrevue téléphonique. 

Depuis qu’il évolue dans la Ligue nord-américaine de hockey, Gratton estime que la parité entre les formations est plus présente que jamais. « Cette année, aucune équipe ne peut être prise à la légère. Si tu prends un match plus légèrement, tu vas te faire surprendre assez vite. »

C’est pourquoi il s’attend à avoir affaire à plus forte partie contre les Draveurs à Trois-Rivières que vendredi dernier à Jonquière. « Je pense que Trois-Rivières aura un meilleur alignement vendredi que la semaine dernière, alors qu’il manquait quelques joueurs qui devraient être de retour », dit-il en parlant de la défensive trifluvienne et du retour probable de l’attaquant Mathieu Guertin.

Quant à Rivière-du-Loup, les 3 L voudront certainement se reprendre pour la défaite subie en fusillade lors de leur passage au Palais des sports. De leur côté, les Marquis voudront se reprendre pour la défaite subie au Centre Premier Tech, alors qu’ils ont laissé filer une avance pour s’incliner 6-4. Actuellement, tant les Marquis que les 3L ont remporté un duel, de sorte que les Jonquiérois voudront certainement maintenir leur fiche parfaite à domicile.

En bref

Interrogé sur Philippe Paradis, Benoit Gratton estime que ce dernier a bien aimé son expérience et l’accueil de ses nouveaux coéquipiers. Ce qu’il a vu du #21 à son premier match augure bien pour la suite. « Le jour où il va commencer à bien se sentir, ce sera tout un joueur pour notre équipe. Son ajout nous a vraiment donné un nouvel erre d’aller. Je pense que ce sera bénéfique dans les prochaines semaines »...

La présence du capitaine des Marquis, Hugo Carpentier, demeure incertaine puisque le #28 était sur le point de devenir papa pour une deuxième fois. Les attaquants Simon Tremblay et Matthew Boudreau sont en attente... 

Le défenseur Samuel Groulx ne sera pas en uniforme. Luis Tremblay reprendra du service à la ligne bleue...

Cédrick Desjardins devrait être devant le filet vendredi...