Marquis

Les Marquis déclassés

N’étant que l’ombre d’eux-mêmes, les Marquis de Jonquière ont livré l’une de leurs pires prestations de la saison, vendredi, au Colisée Cardin de Sorel, où ils ont été rossés 10-3 par les Éperviers. Grâce à cette victoire, les Sorelois ont confirmé leur titre de champions de la saison régulière.

Les Éperviers ont été sans pitié pour les Jonquiérois, s’offrant même une avance de 7-0 avant que Gabryel Paquin-Boudreau et Juraj Kolnik ne parviennent à déjouer le cerbère Marco Cousineau avec cinq minutes à faire lors d’une deuxième tumultueuse. La troisième n’a guère été mieux pour les troupes de Benoit Gratton puisque les Éperviers ont enfilé trois autres filets tandis que l’unique réplique des Jonquiérois est venue de Paquin-Boudreau pour son 2e du match. 

À l’autre bout du fil, le pilote des Marquis n’a pas cherché d’excuses. «Ç’a été un désastre. Il n’y a pas beaucoup de positif à retirer de ce match. Sorel est vraiment l’équipe à battre présentement. Les Éperviers jouent avec beaucoup de confiance, tandis que nous, c’est le contraire. On n’est pas très ‘‘sharp’’. Défensivement, ç’a été l’un de nos pires matchs. C’était triste à voir», a-t-il convenu.

Rien n’allait non plus pour le gardien Cédrick Desjardins qui a cédé sa place après avoir accordé trois buts en un peu moins de dix minutes. «Ça a permis à Raphaël (Girard) de voir un peu de temps de glace avant les séries.»

Alexandre Quesnel, Stefan Chaput, Jean-Michel Bolduc, Vincent Richer et Simon Tremblay faisaient partie des joueurs réguliers absents. «C’est l’histoire de notre saison et ça commence à être lourd, mais il faut cesser de s’apitoyer sur notre sort et trouver des moyens de s’en sortir. Oui, nous avons toujours des blessés et nous avons beaucoup de joueurs hors de l’alignement régulier, mais je pense que nous avons assez de talent dans ce club pour être capables de compétitionner. Il va falloir que les joueurs dans l’alignement en donnent plus», dit-il. 

Ce soir (samedi), les Marquis accueillent le Cool FM de Saint-Georges à 19h30, au Palais des sports. «Ce sera un match important, pas juste pour le classement, mais pour retrouver le chemin de la victoire avant le début des séries», a conclu Benoit Gratton. 

Marquis

L’hommage ultime pour Yannick Tremblay

L’attaquant Yannick Tremblay aura droit à l’honneur ultime de la Ligue nord-américaine, samedi soir, au Palais des sports, avant le duel entre les Marquis et le Cool FM de Saint-Georges. Le natif de Delisle, qui a remporté la coupe Vertdure avec la formation jonquiéroise en 2012-2013, sera officiellement admis au temple de la renommée du circuit senior québécois.

« Ça me rend nostalgique un peu, mais je suis bien fier de cet honneur », a exprimé Yannick Tremblay, jeudi, joint à Sherbrooke où il demeure depuis de nombreuses années. 

« Je suis né au Lac-Saint-Jean et je suis parti quand j’avais trois ans, mais j’ai encore de la famille qui sera présente samedi », a-t-il précisé, mentionnant avoir reçu de nombreux témoignages d’anciens coéquipiers depuis l’annonce de sa nomination, la semaine dernière. 

« Ça va un peu avec le texte que la ligue a écrit en annonçant ma nomination. Oui, on parle des points que j’ai faits, mais j’étais avant tout reconnu pour mon leadership et parce que j’étais un guerrier. C’est ce qui me rend le plus fier d’avoir pu laisser cette impression-là. »

Yannick Tremblay a définitivement marqué l’histoire du hockey senior au Québec, durant sa carrière qui a débuté en 2002, dans la Ligue de hockey semi-professionnelle du Québec, qui a précédé la LNAH. Il a inscrit plus de 600 points en près de 500 rencontres, ce qui lui offre une place de choix dans le top-10, ayant également remporté le championnat des séries à trois occasions. Dire qu’il n’avait pas évolué dans le midget AAA avant de faire sa place dans le junior majeur avec les Castors de Sherbrooke. 

« J’ai toujours été un passionné de hockey et, dans le fond de moi, je croyais en moi. De dire que je m’attendais à tout ça, ce serait peut-être mentir. J’ai eu une belle progression. Je suis arrivé dans le junior par la porte d’en arrière et j’ai réussi à avoir de belles statistiques et ensuite une belle carrière universitaire à Moncton et ensuite dans la LNAH. Sans dire que je suis surpris, je suis fier de ça », fait valoir Yannick Tremblay. 

S’il a passé la majeure partie de sa carrière avec le Saint-François de Sherbrooke, de 2003 à 2011, Yannick Tremblay garde un souvenir impérissable de sa seule saison avec les Marquis. Les longs voyages entre l’Estrie et le Saguenay ont soudé les liens avec son père, décédé en 2016, qui n’avait pas raté une seule partie en plus de s’occuper de la tâche de chauffeur. 

« Ç’a vraiment été une année spéciale. Oui, on a gagné et on avait une super équipe. J’ai passé beaucoup de temps avec mon père en faisant de la route. Il était bien fier de présenter son gars à ses chums du Lac-Saint-Jean. C’est une année que je n’oublierai pas », mentionne Yannick Tremblay. 

Marquis

Les Marquis s'inclinent 7 à 5

Les Marquis de Jonquière se sont inclinés 7 à 5 contre le Cool FM de Saint-Georges dans un véritable festival offensif où six buts ont été marqués dès le premier engagement. Les Jonquiérois n’ont jamais été en avance au pointage.

Les Marquis (39 points au classement) auront donc perdu les deux matchs de ce duel aller-retour contre Saint-Georges (35 points).
Toby Lafrance, Éric Bertrand et David Poulin ont rapidement chassé Cédrick Desjardins du filet des locaux. Après dix minutes de jeu et seulement six tirs, Desjardins avait déjà accordé trois buts.
James Desmarais (deux fois) a donné la réplique pour les Marquis au premier engagement, mais Alexandre Labonté a lui aussi compté pour le Cool FM. C’était donc 4-2 après une période au Palais des sports.
Martin Gascon a fait 5 à 2 en deuxième, puis Yannick Riendeau et Gabryel Paquin-Boudreau ont marqué pour les Jonquiérois, avant que Labonté inscrive sont deuxième du match. Sasha Pokulok, dans un filet désert, a coupé les jambes des Marquis. Steven Oligny a néanmoins tenté une remontée au dernier tiers, en vain.
Les Marquis seront de retour en action vendredi prochain, à Sorel-Tracy. Samedi, ils affronteront encore Cool FM, au Palais des sports, à 20h.

Marquis

Une mauvaise première coule les Marquis

Les Marquis de Jonquière ont oublié de se présenter en première au centre Lacroix-Dutil, permettant au Cool FM de se forger une avance suffisante pour soutirer une victoire de 3-2 devant un peu plus de 1000 spectateurs.

La rencontre a mal commencé pour les Marquis qui ont été littéralement étourdis par les Beaucerons en première. Ces derniers ont décoché 20 tirs vers Cédrick Desjardins, tandis que les Jonquiérois y allaient de seulement neuf lancers contre Adam Russo. Le cerbère des Marquis ne pouvait tout faire, si bien que les hôtes se sont forgé une avance de 3-0 avec les buts de Tommy Veilleux, Toby Lafrance et Patrick Lapostolle. Le réveil des Marquis est survenu en deuxième, alors que les hommes de Benoit Gratton sont parvenus à réduire l’écart à un seul but. Est-ce l’effet des combats entre Steven Oligny/Hubert Poulin et Danick Malouin/Mario Boillard Jr en début de médiane? Toujours est-il que Hugo Carpentier et Gabryel Paquin-Boudreau ont trouvé une façon de percer la muraille de Russo. Les Jonquiérois ont continué de menacer le gardien adverse en troisième (9-5), mais ce fut peine perdue.

«L’histoire du match s’est passée en première. On s’est creusé un trou de 3-0 et par la suite, on a joué du hockey de rattrapage. J’ai quand même aimé la façon dont on a joué nos deux dernières périodes. Ils ont dominé en première et on les a dominés en deuxième. En troisième, je dirais qu’on a joué une bonne période. On a eu beaucoup de chance de marquer, mais Russo a encore joué un bon match», a commenté le pilote des Marquis qui a dû composé avec l’absence de plusieurs réguliers.

Stefan Chaput, Jérémie Malouin, Juraj Kolnik, Simon Tremblay et Samuel Groulx étaient absents. Pas facile pour cimenter la chimie des trios. «C’est un peu l’histoire de notre saison et disons que ça commence à être un peu pesant de ne jamais avoir notre alignement complet. Depuis le début de l’année, on a essayé de ne pas utiliser cette excuse et ç’a bien fonctionné quand même», note Benoit Gratton qui a toutefois l’impression que la liste des absents se noircit presque toujours aussi vite que celle des retours au jeu.

Parlant de retour au jeu, la bonne nouvelle hier a été le retour dans l’alignement du robuste attaquant de Normandin, Philippe Paradis, et il sera présent ce soir, au Palais des sports. «Philippe a joué un très bon match, même si ça faisait longtemps qu’il n’avait pas joué. Il a été encore une fois solide avec la rondelle», a conclu l’entraîneur-chef.

Reste à espérer que les Marquis pourront venger leur honneur ce soir, à 19h30, au Palais des sports, alors qu’ils accueilleront les Beaucerons pour ce deuxième match de la série aller-retour.

Marquis

Adam Russo dans la mire des Marquis

Pour sortir victorieux de leur programme double contre le Cool FM de Saint-Georges, vendredi à l’étranger et samedi soir à Jonquière, les Marquis devront compliquer le travail du gardien adverse Adam Russo, tranche l’entraîneur-chef Benoit Gratton

Russo a blanchi Jonquière, le 16 décembre, alors que les Marquis avaient baissé pavillon au compte de 5 à 0. Le 26 janvier dernier, Jonquière avait vaincu le Cool FM au compte de 8 à 3, en l’absence d’Adam Russo. Benoit Gratton estime que ses joueurs devront déranger le portier adverse pour marquer.

« Russo est l’un des meilleurs gardiens de la ligue dans les dernières années, mentionne Gratton. Il faut trouver une façon de marquer contre lui en lui voilant la vue et en envoyant beaucoup de rondelles au filet. On devra lui mettre de la pression. C’est important de lui rendre la vie difficile en fin de semaine. Saint-Georges joue bien en équipe. Ils n’ont pas de flash à l’attaque, mais il faut les respecter. »

À cinq points de la première position détenue par Sorel-Tracy, les Marquis ont toujours l’objectif de terminer au premier rang, avec six parties à jouer d’ici la fin du calendrier régulier. Toutefois, Benoit Gratton n’a pas l’intention « d’hypothéquer » son équipe. Il soutient que l’objectif est avant tout « d’arriver en santé en séries ».

L’entraîneur avait déploré l’effort de ses joueurs, samedi dernier, après une défaite de 3 à 1 contre les 3L à Rivière-du-Loup. Gratton est confiant de les voir fournir un meilleur effort contre le Cool FM.

« Je pense qu’on a assez de fierté et de caractère dans notre chambre pour se relever, souligne Gratton. Je connais mon groupe, les joueurs sont fiers et orgueilleux! C’est certain qu’ils vont vouloir se reprendre. »

Marquis

Manque d’ardeur au travail chez les Marquis

Les Marquis de Jonquière ont livré une piètre bataille au 3L à Rivière-du-Loup, samedi soir, estime le chef d’orchestre des Marquis, Benoit Gratton, après une défaite de 3 à 1 de sa formation.

Yannick Riendeau est le seul à avoir touché la cible chez les Marquis. Jonquière était dans le coup après 40 minutes avec un score de 1 à 1 , mais n’a jamais mérité la rencontre, tranche l’entraineur de la formation.
«Rivière-du-Loup est venu pour jouer et on ne s’est pas présenté.Ils voulaient plus la gagner que nous, résume Benoit Gratton. Ils ont gagné presque toutes leurs batailles. J’ai senti qu’on n’était pas prêt à se battre pour chaque rondelle et à payer le prix! C’est l’histoire du match».
Son équipe a manqué d’opportunisme avec un seul but en 13 tentatives en supériorité numérique. Gratton convient que c’est ce type de duel qu’un entraineur lance à la poubelle, lorsqu’il prend fin.
« On est sorti à plat. On n’a pas eu beaucoup de chances de marquer. On était dans le match, malgré une performance comme ça. On veut l’oublier! On a assez de gagnants dans cette équipe-là qui savent ce que ça prend pour gagner un championnat. Je leur ai parlé pour que  pour que ça ne se reproduise plus, mais je n’avais pas besoin de m’éterniser. Je connais mon équipe et on n’a pas joué comme on en est capable», de conclure Gratton.

Marquis

Les Marquis retrouvent vite leurs repères

Un peu rouillés après presque deux semaines d’inactivité, les Marquis de Jonquière ont explosé en deuxième avec trois buts sans réplique pour blanchir les 3 L de Rivière-du-Loup 3-0 devant une foule de 1310 spectateurs réunis au Palais des sports. Du même coup, Cédric Desjardins a signé son deuxième jeu blanc de la saison.

Après une première période sans but, les Marquis ont ouvert les machines en deuxième avec trois buts sans riposte. Dès les cinq premières minutes de jeu, David Bastien a profité d’un jeu de puissance et du rebond d’un jeu préparé par le nouveau venu Michel Périard et Francis Trudel pour permettre aux locaux de prendre les devants 1-0. À peine 1mn30 plus tard, Yannick Riendeau a déjoué le cerbère Loïc Lacasse pour doubler l’avance des siens. À mi-chemin de la rencontre, David Bastien a enfilé son deuxième du match en décochant un boulet de canon qui a réussi à se frayer un chemin jusque derrière Lacasse. Ce dernier a été rudement mis à l’épreuve alors que les Marquis auront décoché un total de 43 tirs en sa direction.

D’ailleurs, la frustration des visiteurs a commencé à se manifester en troisième pour culminer lorsque Dave Hamel a bousculé volontairement Cédric Desjardins alors que ce dernier était devant son filet. Un geste qui lui a valu de se faire réprimander par les joueurs des Marquis présents sur la glace. Même Steven Oligny, avec qui il avait cherché noise plus tôt dans la rencontre, a quitté le banc de punition pour se porter à la défense de son gardien.

L’entraîneur-chef des Marquis, Benoît Gratton, a déploré le geste de Hamel à l’égard de Desjardins. « On se croirait dans les années 70. Pour moi, un joueur qui frappe un goaler, il n’y a rien de plus jaune. Si c’est le genre de hockey qu’ils veulent jouer, j’espère juste que la Ligue va sévir assez sévèrement. On n’a plus besoin de gestes comme ça dans le hockey d’aujourd’hui », a-t-il commenté après la rencontre.

Déjà célèbre à Jonquière pour avoir tiré la chaise de son gardien dans la foule, chaise qui a atterri sur une jeune partisane, Hamel en a rajouté avec une sortie fracassante qui lui a bien sûr attiré une sortie arrosée. Chose certaine, le 55 sera absent pour le second match de samedi, alors que ce sera au tour des Marquis de rendre visite aux Louperivois qui ont glissé au 4e rang du classement.

Belles surprises

Après la rencontre, le pilote des Marquis a confié qu’il craignait que ses troupes connaissent un match un peu plus difficile après une pause de près de deux semaines combinée au retour de joueurs blessés. « La première période a été comme je m’y attendais. Les gars étaient un peu rouillés et la cohésion n’était pas toujours au rendez-vous. En deuxième, les gars ont commencé à retrouver leurs jambes et à se trouver un peu mieux sur la patinoire et on a réussi à prendre les devants. En troisième, il y a eu un peu plus de brasse-camarade et nous sommes un peu tombés dans leur jeu, de sorte qu’on a été un peu déconcentrés au niveau hockey », a-t-il analysé.

Benoît Gratton s’est aussi dit satisfait de la première prestation du défenseur Michel Périard, qu’il connaissait pour avoir joué contre lui en Europe. « Ça faisait presque un an qu’il n’avait pas joué et tu voyais qu’il cherchait un peu son souffle quelques fois, mais je pense qu’on vient de trouver un défenseur qui va nous aider grandement dans les prochaines semaines. »

Il a également eu un bon mot pour David Bastien qui a effectué un retour remarqué avec un doublé et une pression constante à chacune de ses présences à l’attaque. « C’est un gars qui a une condition physique incroyable. Ça faisait presque trois semaines qu’il était absent et ça n’a quasiment pas paru. Encore une fois, c’est toute une surprise pour nous cette année. C’est un joueur qui est arrivé presque par défaut en raison des nombreux blessés que nous avions. De plus, il ne devait presque pas jouer en raison de son travail, mais il est rendu un joueur régulier sur notre top-6 qu’on ne pourra plus sortir de l’alignement », a-t-il conclu.

Mentionnons enfin que Cédric Desjardins (1re), David Bastien (2e) et James Desmarais (3e) ont été les étoiles de la rencontre.

Marquis

Marquis: Allard impatient de revenir au jeu

L’attaquant des Marquis de Jonquière, Jean-Simon Allard, est impatient de sauter sur la glace du Palais des sports de Jonquière, vendredi soir, contre les 3L de Rivière-du-Loup. Le natif de Saint-Bruno est absent depuis le 15 décembre dernier.

Jean-Simon Allard avait reçu un tir foudroyant au visage qui l’avait forcé à passer sous le bistouri. Près de deux mois plus tard, il est de retour en pleine santé.

« J’avais surtout hâte de retrouver la gang, raconte le principal intéressé. Tu te sens inutile dans les estrades. Tu vois tes coéquipiers sur la glace et tu es impuissant ! »

L’attaquant s’est entraîné avec des amis à Saint-Bruno pour revenir en forme. Pour éviter de se blesser au visage à nouveau, le numéro 41 des Marquis jouera avec une grille complète jusqu’à la fin de la campagne.

« Je ne m’attends pas vraiment à ce que cette blessure me cause du stress sur la glace. Avec la grille, il y a beaucoup moins de risques. Ça ne m’empêchera pas de garder le même style », estime celui qui joue sa septième saison avec les Marquis.

Jean-Simon Allard a hâte de jouer devant ses partisans. En plus de contribuer offensivement et défensivement, Allard souhaite que sa fierté de jouer pour l’équipe de sa région soit contagieuse pour le reste du calendrier.

« Les gens aiment voir des joueurs de la région sur la glace, mentionne l’attaquant de 28 ans. De mon côté, c’est spécial aussi, j’ai un fort sentiment d’appartenance à représenter cette équipe ! »

La semaine de congé a été profitable pour Jonquière, car l’attaquant David Bastien et le défenseur Francis Trudel seront également de retour. 

Au terme de la rencontre, la formation de Saguenay se dirigera à Rivière-du-Loup pour conclure le programme double contre les 3L.

Marquis

Michel Périard se joint aux Marquis

Pour leur retour au boulot après une semaine d’inactivité, les Marquis pourront compter sur du renfort en vue du programme double face aux 3L de Rivière-du-Loup, vendredi et samedi. En plus du retour de quelques blessés, Michel Périard se joint à la formation jonquiéroise pour le reste de la saison.

Périard jouit d’une grande expérience sur la scène internationale. Âgé de 38 ans, il a passé les 12 dernières saisons dans la DEL (Deutsche Eishockey Liga), ligue de première division en Allemagne. 

« Il est sur notre liste depuis le début de la saison. On a finalement réussi à le convaincre de s’aligner avec nous pour la fin de la saison, a fait savoir l’entraîneur-chef des Marquis, Benoît Gratton. Il ne pourra être en uniforme samedi à Rivière-du-Loup, mais il sera présent vendredi soir à Jonquière. C’est un gros ajout en vue des séries éliminatoires. »

Michel Périard est reconnu comme un défenseur à caractère offensif. En 590 matchs dans la DEL, il a cumulé 278 points, dont 67 buts. Il fut un choix de septième ronde des Sénateurs d’Ottawa en 1988, mais il n’a jamais joué dans la Ligue nationale. Au cours de sa carrière junior majeur, il a remporté la Coupe Memorial avec l’Océanic de Rimouski en 2000.

Paradis toujours absent

Si la brigade défensive peut compter sur un nouveau soldat, les combinaisons à l’attaque seront toutefois amputées d’un élément important. Philippe Paradis traîne toujours une blessure près du cou qui lui donne des maux à l’épaule. Les Marquis annoncent qu’ils veulent avant tout être prudents, mais que l’état de santé de Paradis a de quoi inquiéter.

Le Normandinois n’a pas joué depuis le 23 décembre, ratant les neuf derniers matchs. Celui qui s’est joint à l’équipe au début du mois de novembre a récolté sept points en neuf parties.

« C’est un nerf qui semble bloqué tout près de l’épaule et ça lui donne des problèmes au niveau de l’épaule et même du dos, a expliqué Benoît Gratton. Honnêtement, oui, c’est inquiétant, parce que ça traîne depuis un bout. En même temps, on ne peut pas trop penser à l’absence de Philippe Paradis dans notre alignement. On aimerait pouvoir compter sur ses services, mais les blessures font partie du sport. »

Outre Paradis, Stefan Chaput sera lui aussi absent en raison de symptômes reliés à une commotion cérébrale. Sauf que tout n’est pas tout noir pour les Marquis. Les attaquants Jean-Simon Allard et David Bastien réintégreront l’alignement, tout comme le défenseur Francis Trudel.

Dans le cas d’Allard, son retour survient après une absence de près de deux mois. Le 15 décembre, il avait été atteint à la joue par un puissant tir. L’athlète de Saint-Bruno avait dû passer sous le bistouri pour soigner cette importante blessure.

Programme double

Les Marquis joueront donc deux matchs contre les 3L de Rivière-du-Loup, vendredi et samedi. Le premier duel aura lieu au Palais des sports et le second sera disputé dans le Bas-du-Fleuve. Une occasion parfaite de se remettre rapidement dans le bain, a convenu Benoît Gratton.

« Une série de deux matchs contre la même équipe, c’est quelque chose que j’aime bien, a partagé l’entraîneur. Si tu gagnes ou tu perds le premier match, tu sais que tu affrontes les mêmes joueurs le lendemain. Ça amène un élément supplémentaire à la confrontation. On devrait faire ça plus souvent, mais ça demeure mon opinion. »

Durant leur semaine de congé, les Marquis ont vu les Éperviers de Sorel-Tracy s’emparer du premier rang au classement général. Jonquière se retrouve à quatre points de leurs adversaires, mais les hommes de Benoît Gratton ont deux matchs en main.

« Oui, on veut finir premier, mais notre mentalité ne change pas, a réagi ce dernier. On veut remporter tous nos matchs et cette façon de voir les choses demeure la même, peu importe notre position au classement. »

Cédric Desjardins sera le gardien de but partant, vendredi soir, au Palais des sports.

Marquis

L'attaque des Marquis tombe à plat

Après une performance de huit buts la veille, l’attaque des Marquis de Jonquière est tombée à plat au domicile des Éperviers de Sorel-Tracy, samedi soir. La troupe de Benoit Gratton s’est inclinée au compte de 2 à 0, ce qui permet aux Éperviers de reprendre la tête du classement général, un point devant Jonquière.

«Ç’a été un match un peu plus difficile ce soir. Il faut donner crédit à Sorel qui a bien joué en zone neutre et qui a fermé le centre, tout en étant physique», de confier l’entraîneur-chef Benoit Gratton après la rencontre.

Ce dernier aurait voulu voir son équipe menacer davantage le filet du gardien adverse, Marco Cousineau, qui effectuait un retour au jeu.

Les Marquis ont accordé sept avantages numériques aux locaux. Les Éperviers n’ont pas capitalisé. Par contre, l’indiscipline a tout de même coûté cher aux Marquis, selon Gratton.

«Chaque fois qu’on avait un peu de rythme, on allait au banc de punition. Ç’a été difficile pour nous ce soir! Je ne commencerai pas à blâmer les arbitres. Je ne pense pas qu’on a joué un bon match et on n’a pas perdu le match à cause des arbitres. On devrait se regarder en tant qu’équipe avant de blâmer les autres», a lancé l’entraîneur.

Les Marquis reprendront l’action le 9 février prochain contre les 3L de Rivière-du-Loup. La semaine de congé fera du bien à Jonquière, quelques blessés en tireront profit.

«Jean-Simon Allard et David Bastien seront de retour. On veut en profiter pour aller chercher une chimie entre les trios avant de commencer les séries», de conclure Benoit Gratton.