Marie-Alexandre Leductermine sa quatrième et dernière année à l’Université de Clemson, en Caroline du Sud.

Marie-Alexandre Leduc a fait sa place

Alors que son passage avec l’Université de Clemson tire à sa fin, la place de Marie-Alexandre Leduc au sein de l’équipe de tennis féminin des Tigers de Clemson, en Caroline du Sud, ne fait aucun doute. Avant de conclure la première moitié de saison, elle et sa partenaire ont remporté le titre national en double du Championnat interuniversitaire d’automne, en novembre dernier, en Arizona.

La Jonquiéroise est de passage dans sa ville natale pour quelques jours, une première en un an. Maintenant âgée de 21 ans, elle est sur le point d’amorcer la session d’hiver de sa quatrième et dernière année à Clemson. Disons qu’elle a fait en sorte que ces moments ultimes soient mémorables en remportant un titre national avec sa partenaire des 18 derniers mois, la Mexicaine Fernanda Navarro.

« C’était la première fois de l’histoire qu’une équipe du programme de tennis féminin de Clemson remportait le championnat national d’automne », a annoncé Marie-Alexandre Leduc.

Sommée 16e favorite, la paire Leduc/Navarro a conclu la compétition avec cinq victoires, dont deux contre des membres du top-10 national.

Installée en Caroline du Sud depuis le début de l’année scolaire 2015-2016, Leduc dispute sa troisième saison avec ses coéquipières des Tigers de Clemson. Elle avait dû se limiter à l’entraînement, durant sa première année aux États-Unis, puisqu’elle avait le statut de professionnelle avec de débarquer à Clemson.

« C’était plus difficile au début étant donné que je ne jouais pas, a convenu la jeune femme. Par la suite, ça vaut vraiment la peine avec les compétitions. C’est vraiment différent parce que c’est en équipe, alors qu’habituellement au tennis, c’est plutôt un sport individuel, sauf pour les matchs en double. »

En vertu de leurs bons résultats, Leduc et Navarro ont conclu la saison automnale au troisième rang du classement national en double.

La saison hivernale dans les universités américaines sera consacrée aux tournois par équipe. Les joueuses auront un horaire chargé avec 25 tournois prévus au calendrier, avant les championnats de conférence. Les championnats nationaux de la NCAA suivront, si Clemson réussit à se qualifier.

Encadrement de qualité

Loin de la maison, Marie-Alexandre Leduc n’a jamais pensé à tout abandonner. Celle qui poursuit des études en justice criminelle à l’Université de Clemson vante l’encadrement offert par l’équipe de tennis, à commencer par son entraîneuse Nancy Harris, avec qui elle entretient une belle relation.

Ce n’est pas sans lui rappeler ses années passées au Club de tennis intérieur Saguenay d’Arvida en compagnie de Caroline Delisle.

« Je m’entends vraiment avec elle, d’autant plus que les entraîneurs peuvent s’impliquer pendant les matchs, a expliqué Marie-Alexandre Leduc. C’est donc encore plus important d’avoir une bonne relation avec ton entraîneur. »

Leduc et ses six autres coéquipières jouiront également de toutes nouvelles installations, au à l’entraînement, le 12 janvier. L’Université de Clemson a complètement remis à neuf son site d’entraînement, comprenant maintenant six terrains à l’extérieur et autant à l’intérieur.

Active sur le circuit mondial de l’ITF avant de faire le saut à l’université, Marie-Alexandre Leduc va attendre la fin de ses études à Clemson avant de penser à la suite de sa carrière. Un retour au Québec est toutefois envisagé, peu importe ses décisions, et des études en enseignement du primaire sont dans l’air.

« Si je connais une bonne fin de saison, je vais voir ce qui se présente devant moi, a-t-elle révélé. C’est la fin de la saison qui va déterminer la suite des choses pour la continuité de ma carrière. Une carrière professionnelle est toujours une option. Je vais évaluer la situation après la saison, mais c’est sûr que les résultats enregistrés avant Noël sont encourageants. »

Marie-Alexandre Leduc regarde aussi la possibilité de tenter à nouveau sa chance au Challenger Banque Nationale de Saguenay, présenté chaque automne « chez elle », au Club de tennis Saguenay.

+

DÉCÈS DE SON PÈRE: UNE ÉPREUVE TRAVERSÉE AVEC MATURITÉ

La nouvelle avait provoqué une onde de choc dans le milieu sportif régional, et encore plus dans le clan Leduc lorsque Jean-François, le père de Marie-Alexandre, est décédé subitement, à l’automne 2016. À ce moment, Marie-Alexandre disputait sa première saison officielle sur le circuit de tennis universitaire.

Grandement impliqué dans la carrière de sa fille, Jean-François Leduc a créé un grand vide. Plus de deux ans après le triste événement, Marie-Alexandre aborde la question avec maturité.

« C’est sûr que la première saison à Clemson a été difficile, surtout qu’il était très impliqué et qu’on était super proches, a-t-elle raconté. Malgré tout, je pense que ça aurait pu être pire. L’encadrement à l’université m’a beaucoup aidée. »

Lorsqu’elle a appris la nouvelle, Marie-Alexandre Leduc a reçu tout le soutien des gens de Clemson, qui lui ont aussitôt payé un billet d’avion pour rentrer au pays. Et la principale intéressée assure qu’elle n’a jamais songé à faire une croix sur son stage universitaire.

« Ce n’est pas ce que mon père aurait voulu », a-t-elle partagé.