Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le trio canadien composé de la Baieriveraine Valérie Maltais ainsi que des Ottaviennes Ivanie Blondin (absente de la photo) et Isabelle Weidemann a remporté l’argent lors de l’épreuve de poursuite par équipes au Championnat du monde de patinage de vitesse.
Le trio canadien composé de la Baieriveraine Valérie Maltais ainsi que des Ottaviennes Ivanie Blondin (absente de la photo) et Isabelle Weidemann a remporté l’argent lors de l’épreuve de poursuite par équipes au Championnat du monde de patinage de vitesse.

Maltais vice-championne du monde à la poursuite par équipes

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Après avoir raflé l’or aux deux étapes de la Coupe du monde, il était clair que les Canadiennes seraient attendues avec une brique et un fanal vendredi, lors de l’épreuve de poursuite par équipes des Championnats du monde à Heerenveen, aux Pays-Bas. Les Néerlandaises ont mis à profit les deux semaines de pause pour peaufiner leur stratégie et elles sont parvenues à ravir l’or par une fraction de seconde. Le trio canadien composé de la Baieriveraine Valérie Maltais et des Ottaviennes Ivanie Blondin et Isabelle Weidemann n’est pas en reste avec le titre de vice-championnes du monde.

Les Canadiennes avaient pourtant eu un départ canon, Maltais prenant la tête dès le premier tour. Leur avance, qui était d’une demi-seconde à un certain moment, a commencé à fondre alors qu’il restait un tour à faire.

« On n’a pas exécuté la course parfaite. Nous sentions que nous étions moins en synchronisme dans les poussées. Peut-être que nous voulions en donner un petit peu trop. Ce sont des dixièmes de seconde qui coûtent cher à de petits moments et quand on se bat pour un titre mondial, c’est vraiment serré », a reconnu la Baieriveraine.

Malgré la déception, elle se disait fière d’elle et de ses coéquipières.

« Notre première réaction était de se dire : maudit, on a fini deuxièmes, mais rapidement, on s’est dit que nous devions être contentes de notre année. Oui, nous voulions le titre aujourd’hui, mais on retire beaucoup de positif et de bonnes leçons. »

La vedette du jour a été sans conteste le Québécois Laurent Dubreuil, couronné champion du monde au 500 m.

La journée a été fructueuse pour le Canada qui a vu les équipes masculine et féminine mettre la main sur la médaille d’argent à l’épreuve de poursuite par équipes. Quant à Laurent Dubreuil, avec cette victoire sur la distance de 500 m, il marque l’histoire en devenant seulement le deuxième Canadien à remporter ce titre. Il rejoint ainsi le légendaire Jeremy Wotherspoon.

Le Québécois a réalisé son exploit en arrêtant le chrono à 34.348 secondes, pour devancer le Russe Pavel Kulizhnikov (34.540). Le Québécois Alex Boisvert-Lacroix a pour sa part conclu au 12e rang, avec un chrono de 35.011, tandis que son coéquipier albertain, Gilmore Junio, l’a suivi au 13e rang (35.038).

Le Québécois Laurent Dubreuil a été couronné champion du monde sur 500m, vendredi, dans le cadre des Championnats du monde longue piste présentés à Heerenveen, aux Pays-Bas. Il est seulement le deuxième Canadien à remporter ce titre. Chez les dames, le trio canadien, dont fait partie Valérie Maltais de La Baie, a remporté la médaille d’argent à la poursuite par équipes.

Pour en revenir à la poursuite par équipes, l’équipe féminine canadienne a signé un temps de 2 : 55.973, tandis que les Néerlandaises ont été plus rapides avec un temps de 2 : 55.795. Les Russes complètent le podium avec un chrono de 2 : 59.358. 

Chez les hommes, le trio canadien composé de Ted-Jan Bloemen, Jordan Belchos et Connor Howe a livré lui aussi une chaude lutte aux Néerlandais. Ces derniers ont eu le meilleur avec un chrono de 3 :41.429, suivi des Canadiens, 3 :41.711, et des Russes, 3 :42.662.